"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mardi 5 juin 2012

Pour un garçon de Nick Hornby

La note de l'éditeur :

Pour un petit Londonien de douze ans, que sa mère, baba cool divorcée et dépressive, affuble de grosses lunettes et de mocassins ringards, et à qui elle inculque des théories aussi psychorigides qu'improbables à propos de l'existence, la vie n'est pas facile.

Pour un célibataire londonien de trente-six ans, riche, oisif, mais qui a de plus en plus de mal à dénicher des compagnes bien roulées, indulgentes et disponibles, la vie n'est pas facile non plus.

Quand le gamin et le célibataire se rencontrent dans un club pour femmes seules où le célibataire s'est indûment introduit, les choses deviennent de plus en plus compliquées. Nick Hornby en dit beaucoup, en riant, sur la triste condition des mâles célibataires de tous âges, dans les tristes temps que nous vivons.

Avis :

Pour un garçon traînait depuis quelques temps déjà dans ma PAL.  Déniché en bouquinerie pour moins que deux fois rien, c’était pour moi l’occasion de découvrir un auteur dont j’avais beaucoup entendu parler.    De ce roman qui nous conte la rencontre improbable entre Marcus et Will, je ne connaissais que le film mettant en scène Hugh Grant et Nicholas Hoult, un film que j’avais beaucoup apprécié.  Une bonne raison supplémentaire d’enfin ouvrir ce livre…
Marcus est un jeune garçon de douze ans qui vient d’emménager à Londres.  Il est élevé par une mère baba cool, dépressive, qui rejette en bloc les baskets, la viande, la mode, les chanteurs du moment, …   Ajoutez à cela le fait qu’il prenne tout pour argent comptant et ne comprenne pas la plaisanterie et vous aurez une idée des difficultés que Marcus éprouve à se faire des amis.  Dans son nouveau lycée, il serait même plutôt la tête de turc idéale…
Autre pilier de cette histoire, Will, un séduisant trentenaire, sans attache, ni responsabilité.  Il y a des années, son père a écrit une chanson de Noël qui a fait un malheur, « Le chouette traîneau du Père Noël », reprise par les plus grands noms de la chanson et voilà la fortune de Will assurée sans trop de souci.  De quoi se couler une existence de rêve, un brin égoïste !
Depuis peu, Will a découvert combien il était agréable et facile d’entretenir une relation avec une mère célibataire et il est donc à la recherche de nouvelles conquêtes.  Pour rencontrer ses « proies », il participe à des réunions pour parents célibataires, s’étant au préalable inventé un fils de deux ans, Ned.  Au cours d’une sortie au parc, il fait la connaissance de Marcus et se trouve, à son corps défendant, impliqué dans la vie de ce  jeune garçon un peu atypique.
Dans cette comédie émouvante où se mêlent de manière anarchique un canard mort, Kurt Cobain, des baskets Adidas, un siège auto pour enfants, …, Nick Hornby nous parle de solitude et de singularité.  Ces thèmes sérieux et pesants sont abordés avec humour et cynisme au travers des propos et des pérégrinations de ces deux personnages que rien n’aurait pu rapprocher et qui vont pourtant s’apprivoiser et devenir mutuellement indispensable l'un à l’autre.  Une histoire drôle et touchante d’amitié et d’humanité et un auteur dont je lirai avec plaisir d’autres titres.



Ce livre est ma quatrième lecture pour le Challenge  Pal Express organisé par Miss Bouquinaix.

5 commentaires:

sybille a dit…

j'aime beaucoup cet auteur...mais je ne connais pas ce livre !

Malika a dit…

Le seul Nick Hornby que j'ai lu (c'était Naked) ne m'a pas vraiment convaincue ...

Nahe a dit…

@ Sybille : une jolie découverte. Il est également paru sous un autre titre, il en a changé à la sortie du film, je pense.
@ Malika : Je ne connais pas Naked mais ce titre-ci m'a bien plu...

Syl. a dit…

J'ai aimé le film !
Nahe, tu as une page Facebook ? Parce que j'ai mis nos gourmandises en page...

Nahe a dit…

On retrouve bien l'atmosphère du film et quelques extras dans le livre.

Pas de FB pour moi ^^ Je pourrai y jeter un oeil grâce à Barbouille !