"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

vendredi 8 juin 2012

Le chat qui voyait rouge de Lilian Jackson Braun

La présentation de l'éditeur :

Etre responsable d'une nouvelle rubrique culinaire et suivre à la lettre un régime drastique relève presque de l'impossible pour le journaliste Jim Qwilleran ! En proie aux pires frustrations, il s'installe dans une atypique pension d'artistes gastronomes, où il retrouve par hasard son amour de jeunesse. Mais peu après, l'adorable Joy disparaît sans laisser de traces... Jim et ses félins semblent être les seuls à avoir entendu un cri cette nuit-là. Et à trouver étrange que l'atelier de poterie où Joy exerçait ses talents soit si bien gardé...

Avis :

Le chat qui voyait rouge est tiré de la série “Le chat qui...” créée par Lilian Jackson Braun. Elle y met en scène un journaliste Jim Qwilleran, employé au Daily Fluxion, et ses deux chats, Koko et Yum Yum. Chaque tome voit son héros involontairement impliqué dans une intrigue policière qu’il élucidera avec l’aide de ses chats détectives.



Dans ce quatrième tome, qui n'est paru qu'après une longue interruption, Jim Qwilleran doit faire face à des problèmes de poids. Mis au régime par son médecin, il est plein de bonnes résolutions mais se voit, dès son premier jour de diète, confier une chronique gastronomique. Le voilà chargé de visiter les hauts lieux de la bonne cuisine et d’en donner écho dans son journal, un comble !


Sa première tâche sera de goûter la cuisine de Robert Maus, attorney et fin gourmet à ses heures perdues : il se rend dans sa résidence de River Road et, dans un climat un peu bohème, y découvre une étrange pension de famille, fréquentée de personnages d’horizons plutôt éloignés. Parmi les hôtes, Joy, son amour de jeunesse, aujourd’hui mariée et, à première vue, malheureuse en ménage.


Séduit par les lieux et la formule d’hébergement proposée, Jim Qwilleran emménage aussitôt à Maus Haus mais sent planer sur la maison un climat tendu. Les lieux semblent avoir abriter quelques drames et l’atmosphère s’en ressent. Lorsque quelques jours plus tard, Joy disparaît après une scène de ménage, Jim s’inquiète et commence à mener son enquête, assisté en coulisses par Koko et Yum Yum.

Ce roman m’a été offert et je dois bien avouer que de moi-même, je ne l’aurais sans doute pas acheté. Néanmoins, attirée par l’aspect policier et par la caution de la collection 10/18, j’ai décidé de passer outre mon impression première et de me lancer dans cette lecture. Dès les premières pages pourtant, j’ai senti que je n’étais pas dans mon élément : j’ai trouvé que le texte datait et que cela était fortement perceptible. A titre d’exemple, un des éléments qui me motivaient était l’aspect culinaire annoncé. Pourtant lors des nombreuses dégustations, les plats m’ont semblé démodés et finalement bien peu attirants.


Un autre aspect qui m’a rebutée est l’apparente désinvolture des protagonistes au cours de leur enquête : une personne disparaît, une seconde suit et personne n’appelle la police... Autant d’éléments, au même titre que le déménagement éclair du journaliste, qui m’ont paru bien invraisemblables et m’ont déplu. Enfin, je dois bien confesser n’avoir pas été sensible au charme des siamois, ni à leurs capacités hors du commun. Tout cela m’a semblé un peu tiré par les cheveux. Je suis ainsi restée en dehors de l’histoire, n’y trouvant aucun attrait, ni suspense. Je pense néanmoins que les amis de la gent féline pourraient y trouver leur bonheur, la preuve en étant le succès de cette série qui compte une trentaine de volumes.

Ce livre est ma septième lecture pour le Challenge  Pal Express organisé par Miss Bouquinaix.

3 commentaires:

Le Papou a dit…

Aaaaah! Koko & Yum Yum, j'ai passé plus d'une année à lire presque toute la collection.

Le Papou

Jérôme a dit…

Je ne connais pas cette série et ton avis ne m'encourage pas à m'y mettre.

Nahe a dit…

@ Le Papou : je savais qu'il y a un public d'inconditionnels !
@ Jérôme : on ne peut pas plaire à tout le monde, je n'ai vraiment pas accroché...