"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mercredi 21 juin 2017

Il faut se méfier des hommes nus d'Anne Akrich

Lecture en partenariat avec Babelio et les Editions Julliard: un grand merci !

La présentation de l'éditeur
 :

« Si Dieu ne s'était pas mis en tête de planter ce foutu jardin en Éden, on n'en serait pas là. Si, au milieu de ce jardin, Il n'avait pas fait pousser l'arbre de la connaissance, la femme n'aurait pas croqué dans le fruit et ne l'aurait pas tendu à l'homme. Tout le monde serait resté nu. On aurait continué à cultiver sagement la terre et à dompter les fleuves. Si l'homme-poussière et la femme-côtelette n'avaient pas entrepris de se venger en lançant la rumeur de l'Éden, leurs descendants n'auraient pas eu cette idée fixe : retrouver le jardin ! Ils n'auraient pas construit de beaux bateaux pour partir à sa recherche. Ils n'auraient donc jamais trouvé Tahiti, ni ne l'auraient baptisée ainsi : Paradis perdu. S'il n'avait pas été perdu, personne n'aurait songé à le retrouver.
Pas même Marlon Brando. »

À mi-chemin entre la biographie tragi-comique d'un monstre sacré du cinéma et le thriller introspectif, ce roman jubilatoire dynamite en un seul récit deux mythes toujours enracinés : le glamour hollywoodien et le paradis terrestre.

Avis :

Chargée d'écrire un scénario sur la période tahitienne de la vie de Marlon Brando, Cheyenne Cohen se voit contrainte de retourner à Tahiti après une dizaine d'années d'absence.  Elle y a passé son enfance et y a vécu des heures douloureuses partagées avec sa jumelle.  Son endroit de naissance et son prénom en ont fait la personne parfaite pour réaliser ce scénario.  Reste à voir comment elle va mener sa mission à bien, une fois arrivée au Paradis perdu et confrontée à sa famille, aux caprices d'Hollywood, aux souvenirs tragiques, à la drogue omniprésente sur l'île...


Mêlant fiction et réalité, satire et une pointe de thriller, ce roman est plutôt atypique : il met en lumière la vie de Marlon Brando mais en gomme parfois la vérité pour plaire à Hollywood.  Il se focalise également sur Tahiti qui a su séduire Brando mais montre que sous le soleil, tout est loin d'être rose.  Sans cesse, Anne Akrich semble souffler le chaud et le froid en appuyant là où ça fait mal.  Le cinéma hollywoodien est loin d'être épargné, stigmatisé dans sa folie et ses rêves de grandeur. Le ton est caustique, vif; le style est fluide et l'ensemble se lit sans déplaisir.  Une lecture plaisante, magnifiée par sa couverture et son titre !


mercredi 14 juin 2017

La Voie des Rois: Volume 1 de Brandon Sanderson

Lecture en partenariat : merci au  Livre de Poche pour cette lecture passionnante !

Le résumé de l'éditeur :

Roshar, terre de pierres et de tempêtes. Des siècles ont passé depuis la chute des Chevaliers Radieux, mais leurs avatars, des épées et des armures mystiques qui transforment des hommes ordinaires en guerriers invincibles, sont toujours là.

Au cœur des Plaines Brisées, Kaladin lutte depuis dix ans dans une guerre insensée. Dalinar, le chef d’une des armées, est fasciné par un texte ancien, La Voie des rois. Au-delà de l'océan, la jeune Shallan apprend la magie et découvre certains secrets des Chevaliers Radieux...

Avis 

Dans le monde fantastique de Roshar, Brandon Sanderson met en scène quelques héros majeurs et de nombreux personnages tout aussi passionnants mais qui apparaissent plus rarement.  On y trouve même une charmante sprène répondant au nom de Syl, une jolie coïncidence, que j'ai pris grand plaisir à suivre. 

Il nous invite ainsi à suivre Kaladin, un soldat brave et impétueux, Shallan une jeune érudite qui  cache d'étranges motivations derrière sa soif de savoir, Dalinar, un chef de guerre à la gloire bien établie et qui s'intéresse depuis quelques temps à La voie des rois, un ouvrage ancien.  Tour à tour, ils se débattent avec les problèmes et leur situation ne semble pas vraiment sur le point de s'arranger.  Que du contraire !  

Au fil du récit, chacun d'entre eux nous livre son passé et ses espoirs dans ce qui peut apparaître comme un puzzle gigantesque.  L'histoire de chacun est dure mais malgré tout prenante, elle se dévoile peu à peu : cette première partie compte plus de sept cents pages et la suite tout autant. Deux autres volumes, le livre des Radieux, continuent cette série captivante.  Ceci sans pour autant décourager le lecteur : bien au contraire ! Les pages se tournent sans peine tant le lecteur se laisse emporter par l'imagination de l'auteur et ses héros hors du commun.  C'est ici que le terme "addictif" prend tout son sens.

L'univers mis en place par Brandon Sanderson est époustouflant : faune, flore, climat, organisation de la société...  Tout a été minutieusement pensé : l'imagination de l'auteur est juste renversante.  Ceci combiné à des personnages atypiques et attachants, plongés en plein chaos, donne une série fantasy réellement enthousiasmante.  Inutile de rajouter que j'ai déjà entamé le deuxième tome...


vendredi 2 juin 2017

Martha ou la plus grande joie de Francis Dannemark


Un grand merci à Françis Dannemark pour cette lecture!

La présentation de l'éditeur :

« Martha a perdu de larges pans de sa mémoire à la suite d’un accident. Elle parle peu mais elle voit tout. Et quel sourire ! Au début de l’été, en nous rendant dans un joli village au bord de l’Yonne, nous ignorions qu’une femme âgée allait nous dévoiler son passé et nous plonger dans l’eau froide du nôtre. Pendant ce temps, en Irlande, un vieil écrivain, dont j’étais le traducteur et l’ami, serait accusé de plagiat et disparaîtrait dans la nature.

Mais lorsque je repense à ces journées, j’ai envie de retenir tout ce qu’elles ont eu de tendre, de farfelu et de merveilleux. J’ai envie de parler de la plus grande joie de Martha, qui pourrait bien être aussi la mienne. Et la vôtre. »

De révélations en rencontres, la vie des protagonistes se transforme, faisant place à une grande joie, dans cette comédie dramatique où l’on retrouve la « petite musique » si fluide de l’auteur.

Avis 

A la rencontre d'une vieille amie de leur père, Martin emmène sa sœur jumelle passer quelques jours dans un village au bord de l'Yonne : la nature et la proximité de la rivière envoûtent Martha.  Depuis une mauvaise chute, Martha a bien changé: elle est restée de longs moments dans le coma, son comportement est depuis lors un peu erratique et sa mémoire est des plus capricieuses.  Le regard qu'elle pose maintenant sur la vie et les autres est plutôt naïf et bienveillant; elle voit ce qui passe inaperçu pour d'autres.  Dont son fils, déboussolé par cette mère qu'il ne reconnait plus et qu'il cherche à encadrer à tout prix.

Ces quelques jours avec Martin et cette plongée dans leur passé familial vont de manière inattendue bouleverser leur vie : de jolies rencontres, une nature magnifiée, une fillette mutique, des secrets de famille, un écrivain irlandais en vadrouille...  Il n'en faut pas plus à Martha pour révéler sa part de fantaisie et s'affranchir d'une existence trop conformiste.

En compagnie de Martha, Francis Dannemark nous invite à faire l'école buissonnière et nous perd joyeusement dans un roman tendre et savoureux.  Il met en scène une héroïne touchante, dont on envie la capacité à s'émerveiller des détails du quotidien.

Tel l'Yonne, très présente dans cette histoire, le texte coule, fluide et vif et nous entraîne dans un univers paisible et apaisant, un monde où les pannes de voiture ne constituent pas un sujet de contrariété mais bien l'occasion de réaliser de belles rencontres ou de faire trempette.  Une vision du quotidien bienfaisante et bienvenue, un petit trésor heureusement contagieux que Françis Dannemark offre à ses lecteurs dans ce récit qui en devient indispensable.


mercredi 31 mai 2017

Glass sword de Victoria Aveyard

Lecture en partenariat : merci au  Livre de Poche pour cette lecture passionnante !

Le résumé de l'éditeur : 

Mare Barrow a le sang rouge, comme la plupart des habitants de Norta. Mais comme les seigneurs de Norta, qui se distinguent par leur sang couleur de l’argent, elle possède un pouvoir extraordinaire, celui de contrôler la foudre et l’électricité. Pour la famille royale, elle est une anomalie, une aberration. Une dangereuse machine de guerre.

Alors qu’elle fuit la cour et Maven, le prince qui l’a trahie, Mare fait une découverte qui change la donne : elle n’est pas seule. D’autres Rouges, comme elle, cachent l’étendue de leurs pouvoirs. Traquée par Maven, Mare fait face à sa nouvelle mission : recruter une armée, rouge et argent. Aussi rouge que l’aube, plus rapide qu’un éclair d’argent. Capable de renverser ceux qui les oppriment depuis toujours. Mais le pouvoir est un jeu dangereux, et Mare en connaît déjà le prix.

Le deuxième volet épique et passionnant de la série Red Queen.

Avis 

Fuyant la cour de Norta et le roi Maven, Mare a rejoint la résistance.  Elle se sait "à part", un mélange entre les mondes rouge et argent.  Consciente de son pouvoir, elle cherche à rallier d'autres mi-rouge, mi-argent.  Ils sont en effet une menace pour Maven et il pourrait chercher à les faire disparaître.  Le temps est compté.  Commence donc à travers le pays une chasse à l'homme impitoyable.

Pour Mare, quitter Norta est un soulagement mais ce n'est pas encore le moment de profiter des siens : la lutte continue et des sacrifices s'imposent.  En cherchant à créer une armée de personnes extraordinaires comme elle, Mare connaîtra de nombreuses pertes.  Sa position est difficile, elle doit être inflexible et sans faille.  N'étant ni vraiment rouge, ni vraiment argent, elle doit endosser un rôle exigeant et ingrat sans l'avoir voulu.  Au sein même des rebelles, la méfiance la poursuit.  A ses côtés, Cal et Kilorn se disputent le droit de l'aider mais rien n'est vraiment simple en plein milieu de la guerre.


Ce second tome est sombre, angoissant: l'atmosphère est incertaine et menaçante.  Opérations commando, trahisons, batailles sanglantes... le suspense est complet et cet épisode est à la hauteur des promesses du premier volet de la série.  Il se referme avec regret et de nombreuses interrogations.  Affaire à suivre !

samedi 27 mai 2017

Ka Mate, Patate ! d'Arnaud Tiercelin et Lauranne Quentric


Lecture en partenariat avec Babelio et les Editions Kilowatt: un grand merci !


La présentation de l'éditeur :

Antoine aime par-dessus tout jouer du piano et écrire des histoires. Un jour pourtant, son père l'inscrit au club de rugby sans lui demander son avis. Une histoire pour découvrir que finalement, le rugby c'est vraiment chouette et que des fois on peut se tromper.

Avis 

Le jour où Antoine apprend que son père l'a inscrit dans un club de rugby, c'est la catastrophe.  Ce qu'il aime, lui, c'est le piano, le scrabble et inventer des histoires.  Le rugby, pense-t-il, c'est un sport de sauvages et de là, à s'imaginer écrasé sur le terrain, il n'y a pas loin.

A l'école, son copain Pablo trouve ça génial et voit déjà Antoine réaliser des plaquages comme les All Blacks : voilà qui ne va pas rassurer davantage le petit garçon. 

Le jour de l'entraînement, Antoine a le moral au plus bas et quand son papa lui annonce qu'il ne pourra pas le conduire comme prévu, il se voit sauvé.  Le répit est de courte durée car d'autres enfants de l'école vont au rugby et pourront l'y accompagner.  Cette fois, Antoine se prépare au pire...

A travers les inquiétudes d'Antoine, ce roman présente le rugby de manière sympathique et inédite
: l'histoire est drôle et touchante.  Antoine n'est pas rassuré à l'idée d'essayer le rugby et ses pensées laissent présager une catastrophe.  Le petit garçon exprime ses émotions dans un langage imagé et réaliste : les petits lecteurs retrouveront forcément leurs doutes et leurs interrogations dans cette situation. 


Ce qui peut sembler simplement amusant cache parfois un réel malaise face à la nouveauté.  Arnaud Tiercelin et Lauranne Quentric l'ont bien compris : le ton est juste et fait mouche; les illustrations viennent dynamiser le texte et s'y accordent très bien.  Le tout est un roman jeunesse réfléchi et amusant amenant avec bonheur le sport et l'inconnu dans une vie tranquille d'enfant.  Un joli récit à découvrir à partir de sept ans.


tous les livres sur Babelio.com

mardi 23 mai 2017

Le vertige des falaises de Gilles Paris

Lecture en partenariat : merci à Gilles Paris et aux éditions Plon.

Le résumé de l'éditeur :

Sur une île sauvage et désertée, Marnie, adolescente effrontée et fragile, vit au-dessus des falaises au cœur d'une imposante maison de verre et d'acier avec sa mère Rose et sa grand-mère Olivia, qui règne sur la famille et sur l'île tout entière.

Des plaines aux herbes hautes, des sentiers au bord de mer, la nature se révèle aussi cruelle que les mystères trop longtemps ensevelis.

Et si une seule personne détenait tous les secrets de cette famille et s'en libérait enfin ?

Avis : 

Insoumise et audacieuse, Marnie ne craint pas les falaises qui se précipitent dans l'océan.  Elle ne craint d'ailleurs rien, ni personne.  Du haut de ses quatorze ans, elle est bien décidée à vivre comme elle l'entend.

Digne représentante de la famille Mortemer, comme sa grand mère Olivia avant elle, elle s'affirme envers et contre tout.  A l'image de Glass, la maison familiale, faite de verre et d'acier et qui en impose sur la petite île où elles vivent.

Voix dominante de ce texte, Marnie se livre dans ce roman choral où elle raconte les siens et leurs secrets.  Car chacun a quelque chose à cacher dans la famille Mortemer et c'est l'ensemble de leurs confidences mises bout à bout qui permettra au lecteur d'appréhender ce tableau un peu noir.

Dans cette histoire familiale teintée de roman policier, Gilles Paris met en lumière, à travers Marnie et Olivia, des personnages touchants et forts, parfois énigmatiques.  Des voix, dites secondaires, les accompagnent dans l'aventure, certaines faibles, d'autres naïves... mais toujours profondément humaines et réalistes.

L'île offre un environnement idéal à l'intrigue: sauvage et impétueux.  Un décor où peu à peu le malaise s'installe et où les masques tombent, balayant d'un coup de vent les idées reçues.  En ombres chinoises, derrière la tempête qui fait souffler la vérité sur Glass, se découpent les silhouettes d'Agatha Christie, Daphné du Maurier ou encore Alfred Hitchcock, venus noircir un peu plus l'ambiance du roman, tels de maléfiques parrains. 


L'ensemble inquiète et captive : de beaux portraits de femmes, une atmosphère pesante, des secrets de famille... un mélange inattendu pour un roman envoûtant !

dimanche 14 mai 2017

Des fleurs en cuisine






Pour ce dimanche, les cuisines sont fermées : pas le cœur à festoyer.  

Les pensées des marmitonnes rejoignent Asphodèle dont le joli sourire est en peine en ce moment.