"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

lundi 26 octobre 2015

Les ailes de Camille de Jean-Jacques Marimbert


Lecture en partenariat avec les éditions Casterman : un grand merci !

La présentation de l'éditeur :

- Un petit garçon, sourd, oui, neuf ans, Camille Deltheil, il a disparu depuis ce matin. Il n’était pas à l’école… brun, les yeux marron. Oui, il comprend, parle un peu…
Le jour où Camille manque de perdre le beau papillon africain que lui a envoyé son père, il ressent d’une manière intense son handicap, il étouffe et ne pense plus qu’à une seule chose : fuir…

Avis : 

Marqué par les oreillons, Camille est devenu sourd tout jeune.  A neuf ans, prisonnier de son handicap, il doit batailler pour un peu de liberté : rentrer seul de l'école, discuter avec sa mère sans frôler la caricature, s'arrêter à la boulangerie pour un malabar, ...

Luttant à chaque instant pour trouver sa place, Camille est en colère : à l'école, à la maison, dans la rue.  Quand il reçoit un papillon africain de son père en voyage, Camille est aux anges, lui qui, depuis toujours, s'est pris d'affection pour ces insectes.  Aussi, lorsque la vie lui semble particulièrement injuste, Camille a des envies d'ailleurs...

Les ailes de Camille est un roman court qui traite d'un sujet grave et sensible : l'intégration des personnes handicapées et la sensation d'emprisonnement qu'éprouvent ces personnes en raison de leur différence. 

Le personnage de Camille est à fleur de peau, révolté : il se sent incompris, perdu.  Un sentiment qui décuple son handicap...  L'auteur montre également la difficulté des personnes qui l'entourent et cherchent à bien faire : les parents, les enseignants, les amis.  Eux aussi se trouvent dans une position difficile.


Le texte, tout en délicatesse, dépeint parfaitement le désarroi des uns et des autres, ainsi que la recherche de paix de Camille.  Les illustrations au crayon de Sybille Delacroix s'accordent bien à la sensibilité du récit.  Les papillons amènent une part de rêve dans le quotidien parfois difficile du petit garçon, une échappatoire bienvenue.  Un très joli roman entre poésie et réalisme, une indispensable sensibilisation à la différence !

3 commentaires:

Jérôme a dit…

J'aime beaucoup ce genre de sensibilisation, surtout si elles sont pleines de finesse.

Nahe a dit…

Un roman intelligent et sensible, c'est tout à fait ça !

Jean-Jacques Marimbert a dit…

Merci… Cordialement, JJM