"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mercredi 21 octobre 2015

Le sourire d'Angelica d'Andrea Camilleri

La présentation de l'éditeur :

À cause d'une phrase scabreuse prononcée par Livia dans son sommeil, Montalbano doute de sa fidélité. Peu après, à la suite d'une étrange série de cambriolages qui frappe un groupe d'amis de la bourgeoisie de Vigàta, il fait la rencontre bouleversante d'Angelica, vivante incarnation de ses rêves d'enfant. Les fantasmagories et les contradictions du commissaire sicilien ne l'aident guère à affronter une machination que nourrit un vieux désir de vengeance. Et dans ce qui semblait d'abord une somnolente enquête, ponctuée de rougets grillés et de promenades sur le môle, Montalbano, malgré le soutien de sa fine équipe du commissariat, ne verra pas venir la violence et la mort.

Avis

Lors d'un séjour de sa fiancée Livia, le commissaire Montalbano prend en charge un cambriolage un peu étrange : son adjoint Mimi Augello est absent et l'enquête lui revient donc. Immédiatement il s'intéresse aux amis des victimes et effectivement, d'autres vols se produisent dans ce petit groupe.  Montalbano est même averti par lettre des intentions des voleurs, un défi qu'il ne peut que relever !

Au cours de son enquête, le commissaire fait la connaissance d'Angelica qui lui rappelle ses rêves d'adolescent.  Rapidement Montalbano tombe sous le charme de la jeune femme... de quoi embrouiller un peu plus une enquête qui semble d'emblée compliquée et qui cache sans doute bien plus qu'un simple cambriolage.  Un vrai tracassin, comme Montalbano aime à le dire!

C'est un commissaire Montalbano en mauvaise posture que met en scène cette fois Andrea Camilleri : le quasi-sexagénaire perd la tête pour une minote de même pas trente ans et le voilà torturé par les affres de la jalousie. 

Pourtant son héros ainsi malmené, rien ne manque pour assurer la réussite de ce roman : l'inégalable saveur du patois local, la place de la cuisine sicilienne, l'irrévérence du commissaire envers sa hiérarchie et le système, ...  Sans oublier des personnages irremplaçables et une enquête joliment corsée.  Une série qui garantit le plein de bonne humeur et que je retrouve toujours avec grand plaisir !

4 commentaires:

keisha a dit…

J'en ai lu, je devrais bien revenir à Montalbano...

éléa a dit…

Bonjour je découvre ton blog et je vais sûrement y revenir.
Je regardais les enquêtes de Montalbano sur France 3, on parle bien de la même chose ?

Estelle Calim a dit…

Je n'ai jamais lu Montalbano mais j'adore la série et je retrouve une enquête qui me rappelle un épisode dans ta description :)

Nahe a dit…

@ Keisha : et tu aurais bien raison ;o)
@ Eléa : merci de ta visite Eléa; oui, c'est tout à fait ça !
@ Estelle Calim : je te conseille sa lecture, bien plaisante !