Le fil à recoudre les âmes de Jean-Jacques Greif


La présentation de l'éditeur :

Kenichiro croyait être un Américain comme les autres. Mais le 7 décembre 1941, lorsque les Japonais déclenchent la guerre en attaquant Pearl Harbor, l’adolescent né à Los Angeles devient brusquement un «Jap», un étranger ennemi, comme tous les Japonais installés aux États-Unis depuis plusieurs décennies. Les voilà devenus des espions potentiels qu’il faut éloigner des côtes. Kenichiro, sa mère, sa petite soeur et plusieurs milliers d’autres Japs se retrouvent au milieu du désert, dans un «centre de réinstallation» cerné par les barbelés.

Officiellement, ils ne sont pas prisonniers, mais résidents. Les gardes armés ne sont pas des gardiens mais des conseillers de sécurité. Kenichiro préfère en rire dans les lettres qu’il envoie régulièrement à Mrs Moore, son ancien professeur d’anglais. Un jour, il lui annonce une « nouvelle incroyable ». Alors que la guerre fait rage, sa famille a accepté de quitter les États-Unis pour retourner vivre au Japon… non loin d’Hiroshima.

Avis : 

Etudiant américain sans histoire, Kenichiro est né à Los Angeles et y mène une vie tranquille entre études et famille.  Mais nous sommes en 1941 : après Pearl Harbour, la guerre se déchaîne entre les Etats Unis et le Japon et comme des milliers d'autres Américains d'origine japonaise, le jeune garçon est enfermé dans un centre au milieu du désert.

S'accommodant tant bien que mal de la situation, le jeune garçon entreprend alors de raconter son quotidien à son ancien professeur d'anglais, Mrs Moore, dans une correspondance teintée d'ironie et de réalisme.  Lorsque ses parents décident de rentrer au Japon, Ken continue de noter ses pensées dans un cahier à destination de Mrs Moore.

Dans ce roman dévoilant une partie cachée de l'Histoire des Etats Unis,  Jean-Jacques Greif s'intéresse dans un premier temps à Kenichiro, il nous relate sa vie dans les camps et sa difficile adaptation à la vie japonaise.  Il s'y fait notamment une amie, Yuriko qui sera au centre de la seconde partie du roman, cette fois basée sur Hiroshima et ses suites.  Ces deux temps sont intéressants l'un comme l'autre mais l'ambiance est très différente : joyeuse et optimiste pour Ken qui veut toujours penser que les choses s'arrangeront et dramatique et beaucoup plus dure à lire pour la jeune Yuriko, durement marquée par la guerre.


Un roman découverte pour moi, ignorante de l'existence de ces camps  à la justification douteuse : assurément une lecture forte, révoltante même mais que l'auteur veut conclure sur une note positive, gardant foi en l'humain et la solidarité.




Challenge Un mois au Japon avec Hilde et Lou


Commentaires

Isabelle a dit…
Il me plait vraiment ce livre, merci pour la decouverte et le partage.
Bonne soiree.
Nahe a dit…
Une période méconnue pour moi et je suis heureuse de te tenter à la suite :)

Posts les plus consultés de ce blog

Les cousins Karlsson : vikings et vampires de Katarina Mazetti

L’Île au manoir d'Estelle Faye