"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

jeudi 31 mai 2012

Les ailes d’Alexanne : tome 1 - 4 h 44 d’Anne Robillard

La note de l'éditeur :

Après la mort de ses parents, Alexanne Kalinovsky, quinze ans, est confiée à sa tante Tatiana dont elle ignorait jusqu’alors l’existence. Rapidement, l’adolescente constate que cette vieille dame n’est pas une personne ordinaire... Elle vit seule dans un immense manoir aux multiples chambres parfumées à l’encens, garnies de chandelles et d’anges.


Découvrant peu à peu l’histoire de ses origines et ses dons particuliers, Alexanne lève le voile sur l’héritage étrange dont sa famille l’avait tenue éloignée. Mais des événements inattendus viendront compromettre sa quête spirituelle. Car les bonnes fées ne sont pas toujours celles qu’on croit...

Avis :

Agée de quinze ans, Alexanne est une adolescente sans histoires qui vit à Montréal. Ses copines, les garçons sont ses seules préoccupations. Sa vie va pourtant prendre un tout autre tournant lorsque ses parents décèdent dans un accident de voiture. Sans parents proches, Alexanne est prise en charge par les services sociaux qui identifient rapidement une tante qui vit dans les Laurentides. La jeune fille ira y passer ses vacances tout proches, histoire de découvrir cette parente inconnue. En cas d’incompatibilité, un retour à Montréal sera envisagé. Pour Alexanne, c’est le bout du monde et elle est bien décidée à tout faire pour que le séjour se passe mal et qu’elle puisse revenir à Montréal. Pourtant au contact de Tatiana, sa tante, Alexanne se surprend à apprécier cette maison un peu fantaisiste, peuplée d’anges. L’atmosphère est fort différente du climat rationnel et sérieux dans lequel elle a été élevée et la jeune fille découvre bientôt de mystérieux habitants…


C’est en grande fan des Chevaliers d’Emeraude que j’ai entamé cette nouvelle série. Si la magie occupe une part importante dans le récit, je n’y ai pas retrouvé l’étincelle qui en ferait une série hors du commun. L’univers créé par Anne Robillard est attirant mais l’auteur nous en livre finalement si peu de détails que j’ai eu l’impression de rester en dehors de l’histoire. La tante veut éviter de brusquer sa nièce et ne lui livre que des bribes d’informations à propos de sa famille et de son passé. Ce vécu familial semble si riche et important que j’ai trouvé cette absence très frustrante.

Quant au récit, j’ai eu l’impression que l’action se limitait à l’entretien des fleurs… Bien sûr, d’autres événements ont vu le jour dans ce livre mais j’ai néanmoins, au final, conservé ce sentiment de trop peu à propos de l’action.

Parmi les intervenants mis ici en scène par l’auteur, aucun ne m’a semblé sortir du lot. Tous semblent sympathiques, certains dotés de pouvoirs hors du commun mais je n’ai jamais véritablement accroché à l’un ou à l’autre. Un sentiment qui pourrait s’étendre à l’ensemble de l’ouvrage : une lecture agréable mais qui n’a pas réellement réussi à me captiver. Je suis d’un bout à l’autre restée en dehors de l’histoire, insensible à sa magie. Sans doute donnerais-je une seconde chance à cette saga en lisant le deuxième volet…


1 commentaire:

Oksambre a dit…

Coucou Nathalie :)

Comment vas tu ?
J'ai acheté le tome I hier en foire à tout et du coup j'hésite entre deux livres. Je m'explique : j'ai dévoré le tome II d'Assassin Royal de Robin Hobb, étant en vacances je n'ai pas le III sous la main et j'ai trop traînée sur "Terrienne" qui ne me plait pas. Donc j'hésitais entre celui ci et L'enfant de la prophétie de J. V. Jones. Ta chronique me pousse plutôt vers ce second roman.