"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

vendredi 15 janvier 2016

Journal de Julie Delporte


Album reçu dans le cadre du Loto BD organisé par Mo', merci à  Oliv pour cette découverte.

Le résumé de l'éditeur : 

Journal s’ouvre sur une citation d’Annie Ernaux qui rappelle que l’autobiographie permet de rendre commune à tous les lecteurs une expérience intime et personnelle. Julie Delporte y parvient magistralement. À travers son journal, elle raconte l’expérience de la séparation, et réussit à rendre sensible et universelle la fin de son histoire d’amour. Véritable catharsis, elle écrit sa relation à l’autre avec ses crayons de couleurs pour se libérer de ses doutes et de ses angoisses, et transformer ses émotions en pensées colorées. Chaque page se lit comme un poème. Julie Delporte évoque avec finesse ses peurs, sa mélancolie profonde, le manque, la solitude, et la nécessaire reconstruction sans l’autre. Comment vivre de nouveau ? se défaire de ses habitudes à deux ? Comment ne pas se perdre en perdant une partie de soi-même ? et réussir à faire face à ses angoisses, apprivoiser la solitude, apprendre à recommencer ? Un premier livre autobiographique saisissant.

Avis : 

Dans cet ouvrage, présenté sous forme de Journal, Julie Delporte se penche sur les jours difficiles qui suivent sa séparation : jour après jour, elle livre ses impressions, ses doutes face aux petites choses du quotidien. 

Elle doit tourner une page, poser des choix seule et cela n'est pas si évident.  Ce journal sera son nouveau compagnon de route : constitué de collages, de dessins aux couleurs éclatantes, il partage les émotions de la jeune femme et lui sert d'exutoire.

Découvrir le travail de Julie Delporte et ce Journal m'a beaucoup plu : il déborde de vie et de créativité.  Le thème ne prête forcément à rire mais le ton n'est ni larmoyant, ni triste pour autant.  Sous les crayons de Julie Delporte, les couleurs resplendissent, les émotions éclatent.  Tout cela  donne de la vitalité et du réalisme au récit.  Une belle découverte pour laquelle je remercie Oliv.

Aucun commentaire: