"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mercredi 26 février 2014

Un homme est mort de Kris & Etienne Davodeau


La présentation de l'éditeur :

195O. Brest est un immense chantier. De la ville fortifiée, aux ruelles étroites, une nouvelle ville va surgir, orthogonale, rectiligne, ordonnée, moderne. Ce sera Brest-la-Blanche,  qui deviendra très vite Brest-la-Grise.  Mais face aux revendications salariales des ouvriers travaillant à la reconstruction, les patrons refusent de céder. La grève générale est déclarée. Les chantiers sont immobilisés, les ouvriers de l'Arsenal rejoignent le mouvement.

Et le 17 avril, le drame se produit. La police, dépassée par l’ampleur du mouvement, tire sur la foule, blessant plus de vingt personnes et tuant un homme. Édouard Mazé.

Le lendemain, appelé par la CGT pour tourner un film sur le mouvement, René Vautier débarque clandestinement à Brest. Il est alors recherché par la police suite à un premier film documentaire, Afrique 50, témoignage sans concessions du système colonial français d'après guerre.

René arrive dans une ville en état de siège. Le lendemain ont lieu les obsèques d'Édouard Mazé. Une foule immense, un peuple entier accompagnera son cercueil.

En s’attachant à la véracité des événements, en respectant la parole des témoins, Kris et Étienne Davodeau nous redonnent l’espoir en l’homme et en sa faculté à lutter pour sa liberté.

Avis 

Brest : 1950.  La ville n'est qu'un immense chantier, la guerre a laissé un champ de ruines et il faut maintenant reconstruire.  La tâche est de taille et les ouvriers sont nombreux, logés dans des barraquements de fortune.  Face aux conditions de travail difficiles et à l'intransigeance des patrons, la grève éclate.  Suite à l'arrestation de militants, une manifestation s'organise et la répression est  immédiate.  Parmi les blessés, un homme reste à terre, une balle en pleine tête :   Edouard Mazé.

Cherchant à faire entendre son action, la CGT a fait appel à René Vautier, un cinéaste connu pour ses documentaires tournés en Afrique et en Irlande.  Dénonçant le colonialisme dans ses reportages, René Vautier est recherché par la police.  Son arrivée s'organise en douce et coïncide malheureusement avec la mort de Mazé.  Par la force des événements, le film à venir va prendre une autre dimension.

Pour le tournage, Vautier sera épaulé de deux militants, Désiré et Ti'zef.  D'un chantier à l'autre, par des moyens de fortune, au milieu des cortèges et des piquets de grève, le film se monte, mélange d'ingéniosité et de solidarité.  Sa diffusion suivra le même chemin !

Cet album, fruit de la collaboration de Kris et de Davodeau relate l'épopée de ce film et sa destinée.  Un dossier en fin d'ouvrage nous en apprend plus sur la genèse de cet album, sur les journées de grève de 1950 et sur leurs protagonistes.  Une touche qui ajoute encore à la cruelle réalité de cette bande dessinée et à son capital d'émotions.

Habilement rendue par le tandem Kris et Davodeau, l'ambiance qui plane sur Brest est palpable, quel que soit le moment.  Colère des ouvriers, excitation liée au projet du film, urgence face au manque de moyens, ... Des instants forts qui crèvent les pages et retrouvent un second souffle, sous les yeux du lecteur.  Couleurs, découpage, mise en page s'harmonisent et offrent un ensemble sensible et puissant.  De loin en loin, la touche rouge d'un drapeau dénote, acquérant par là-même davantage de sens.  Un album magnifique,  que je vous invite à découvrir, le qualifiant même d'utile et d'indispensable ! 

4 commentaires:

bénédicte a dit…

lu l'année dernière pendant ma période Davodeau ( j'ai alors éclusé tous les albums disponibles dans les bibliothèques bisontines ...)très apprécié aussi !

Jérôme a dit…

J'avais adoré, je le relirai bien...

Syl. a dit…

Je n'ai pas vu passer ce billet !
Je n'ai pas noté cette bd, de plus la bibli ne l'a pas. Je passerai donc.

Alison Mossharty a dit…

Je vois que l'éditeur est Futuropolis. J'aime beaucoup les BDs qu'ils publient. Je note le titre pour essayer de la trouver dans ma bibli. J'avoue qu'au premier abord le sujet ne m'inspire pas tellement. Enfin, surtout une sorte d'histoire qui raconte l'histoire d'un film, c'est étrange mais ça m'intrigue aussi vu ton avis très positif. J'espère qu'ils l'auront ^^
Merci pour la découverte !