"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

samedi 15 février 2014

Metal mélodie de Maryvonne Rippert


La présentation de l'éditeur :

Dix-neuf heures. 
Mom devrait être là, tout de même. 
Je fais quoi, moi ? J'ai faim ! 
L'adolescente se leva, éteignit la télé d'un geste. 
Le silence s'installa. Un je-ne-sais-quoi d'inhabituel s'était insinué dans l'atmosphère de la maison. Seule sa chambre était telle qu'elle l'avait laissée. Tapissée d'affiches sombres aux caractères gothiques, chargée d'un parfum d'encens et de cigarettes blondes refroidies. 
Sur le bureau, la lettre l'attendait.

"Luce,
Le journal m'envoie en Australie. Quand tu liras ces lignes, je serai sans doute dans l'avion. Je déteste les séparations, tu le sais. N'aie pas de regrets, c'est sûrement mieux ainsi ... J'ai tout organisé. Une somme sera versée sur ton livret jeune, le loyer est payé. A toi de gérer le reste."

Avis :

Entre Luce et sa mère, les relations sont plutôt tendues ; toute tentative de communication se solde inévitablement par un échec.  Aussi, lorsque la jeune fille apprend, par une lettre, le départ pour l'Australie, elle prend la chose plutôt bien et s'apprête à savourer cette liberté inattendue. 

Au fil des semaines et du silence qui grandit, Luce commence pourtant à s'inquiéter et se rend compte qu'elle ne connaît rien de sa mère et de son passé.  Mi-curieuse, mi-honteuse, elle se lance alors dans une enquête difficile.

Adolescente rebelle, Luce est une enfant compliquée.  Entre son look gothique et son caractère bien tremper, elle en fait voir de toutes les couleurs à Inès, sa mère.  A la suite de son départ, elle est amenée à se remettre en question et à s'intéresser un tant soit peu à celle qui lui a donné la vie.  Ses recherches vont la mener en Andalousie où de prime abord, pour la petite fille gâtée qu'elle est, l'existence ne sera pas des plus faciles.


Tout au long de sa quête, Luce se débarrasse peu à peu de sa carapace de sale gamine capricieuse, elle devient une ado mal dans sa peau et inquiète, le soleil d'Espagne la révèle à elle-même.  Au travers de cette métamorphose, Maryvonne Rippert nous offre un roman fort et tendre sur les relations mère-fille; elle fait la part belle aux  émotions et à la délicatesse, dans un cadre magnifique.  Un texte à ne pas réserver à nos ados ! 

4 commentaires:

Moka a dit…

Autant le dire tout de suite, j'adore le travail de Maryvonne. C'est toujours un plaisir de la lire.

Jérôme a dit…

J'ai un titre de cette auteure dans ma pal, il faudrait que je me penche sur son cas !

Syl. a dit…

Il fut un plaisir de lecture. Tu as raison, ce n'est pas à réserver qu'à nos ados...

Nahe a dit…

Adalana :

J'avais beaucoup aimé !