"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mardi 16 juillet 2013

Une carte pour l'enfer de Miyuki Miyabe





Présentation de l'éditeur :

L'inspecteur Honma remonte la piste d'une belle disparue prise au piège d'un Japon où tout se vend et s'achète, même les rêves. Quand une carte de crédit devient un ticket pour l'enfer, la seule issue est-elle de prendre la peau d'une autre ?


Avis :

Veuf depuis quelques années, l'inspecteur Honma vit seul avec son petit garçon Satoru.  Il est secondé dans l'éducation de son fils et les tâches ménagères par un couple d'aimables voisins.  Blessé à la jambe, il est actuellement en convalescence et suit une rééducation pénible. 
 
 
Contacté par un lointain cousin, il se voit confier une affaire de disparition troublante : Kazuya est un jeune banquier, prêt à se marier avec la jolie Shoko.  Pour lui faciliter la vie, il a voulu lui établir une carte de crédit mais s'est rendu compte qu'elle figurait sur la liste noire des établissements de crédit.  Lorsqu'il a voulu en parler avec Shoko, la jeune femme a demandé un peu de temps afin de lui expliquer la situation.  Le lendemain, elle a disparu.  Perplexe, le jeune fiancé souhaite retrouver sa promise.  Commence alors pour l'inspecteur Honma une enquête compliquée, liée au surendettement au Japon.
 
 
Voici un roman policier qui m'a beaucoup plu : l'affaire est complexe, le cheminement est tortueux et l'inspecteur Honma a fort à faire pour retrouver la disparue.  L'enquête n'amène pas de véritable surprise mais elle est agréable à suivre et son intérêt réside, selon moi, en dehors de cet aspect purement policier.  Ainsi, ce roman nous permet de découvrir des faces méconnues du Japon : si le surendettement est un fléau ici également, j'en ai découvert des facettes plutôt inattendues, comme l'intervention de la mafia, les familles menacées, la procédure de faillite personnelle, ...  Un constat qui fait froid dans le dos !
 
 









Challenge Ecrivains japonais : Lecture du mois de juillet, Miyabe Miyuki

5 commentaires:

Manu a dit…

Un roman moins connu que La librairie Tanabe du même auteur et qui est dans ma PAL !

lejardindenatiora a dit…

Si j'ai le temps de lire un roman pour le challenge d'Adalana, je lirais bien celui-ci !

Faelys a dit…

ce coussin poule dans ta sélection dawanda est tout simplement trop chouette! j'ai fait un lien vers ton blog depuis le mien, ça me fera gagner du temps et mes amis en profiteront pour te découvrir! ;)

Nahe a dit…

@ Manu : j'espère chroniquer les deux ce mois-ci, grâce à toi ;)
@ Natiora : je te le conseille, il m'a beaucoup plu !
@ Faelys : j'aime cette tête pas vraiment commode, merci de ton lien !

Jean-Charles a dit…

Je note...j'aime bien cette auteure