"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mercredi 14 mai 2014

Léon et Louise d'Alex Capus


La présentation de l'éditeur :

Le jour des obsèques du grand-père, la famille est en train d’attendre le prêtre dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, lorsqu’une petite dame énergique, portant un foulard rouge, s’approche du cercueil, pose un baiser d’adieu sur le front du défunt et, en souriant malicieusement en direction de l’assistance, actionne une vieille sonnette de vélo. Dans les premières rangées, on chuchote. Est-ce vraiment cette Louise ? Elle a donc osé ?

Léon et Louise n’ont pas vingt ans lorsqu’ils se rencontrent dans un petit village français vers la fin de la Première Guerre mondiale. Connus, reconnus, perdus de vue, séparés par les hasards de l’Histoire, les deux jeunes gens ne s’oublieront jamais.

Avis :

Le récit débute aux obsèques du grand-père de l'auteur, Léon : une vieille dame surprend l'assemblée par son adieu au défunt, à l'aide d'une sonnette de vélo.  Louise est venue rendre un dernier adieu à son amour de toujours, faisant fi des convenances.

Parmi la famille abasourdie, Alex Capus entreprend de remonter le temps jusqu'à la rencontre de Léon et de Louise, en Normandie, vers la fin de la première guerre mondiale.  Au travers des années, il revient sur cet amour naissant, contrarié par les aléas de l'Histoire.

La guerre finie et les années passant, Paris les réunira à son tour, chacun ayant, sans le savoir, construit sa vie près de celle de l'autre.  Léon est marié et père de famille, il travaille au Quai des Orfèvres; Louise est secrétaire à la Banque de France.

Leur amour évoluera au fil des époques, parfois loin, parfois proche.  Ce roman en fait le récit, en parallèle des grands événements de l'Histoire et des étapes de chacun des protagonistes.  Un texte agréable et doux à lire, une chronique délicate; même, si je l'avoue, j'ai un peu de mal face à la position de l'auteur relatant donc l'amour extra-conjugal de son grand-père.


1 commentaire:

Syl. a dit…

C'est triste ! Un amour ne doit pas être vécu séparé.