"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mercredi 24 février 2016

Reality Girl de Lorris Murail

La présentation de l'éditeur :

"Quand j'étais petite, j'avais un journal secret avec un cadenas. Là, on dirait que c'est pareil. Sauf que vous avez le droit d'entrer."

Quand ses parents, tout juste séparés, s'égarent dans des émissions de télé-réalité, Aurore, quatorze ans, décide de «s'orpheliniser» et part vivre chez sa grand-mère. N'ayant personne à qui se confier, elle crée un blog.

Grâce à ce journal intime, cette grande timide, «jolie autour de son grand nez», tente de s'ouvrir au monde tout en restant cachée. Jusqu'à ce que l'amour la surprenne...

Avis : 

Victime collatérale de la télé-réalité, Aurore a quitté la maison familiale et vit chez sa grand-mère.  Elle confie ses états d'âme au blog qu'elle a tout récemment créé.  Ses doutes aussi sur d'éventuels lecteurs.

A quatorze ans, Aurore dégaine vite et sa plume est acérée; tout y passe : ses parents séparés en mal d'amour, l'école, les copains, sa grand-mère surnommée Coupon pour son goût immodéré des concours et des bons de réduction, ...  Parmi ses sujets de prédilection, outre ses parents candidats d'émissions de télé-réalité, Brian, un australien passionné des papillons devenu son ami virtuel.

Tandis qu'Aurore nous relate, chaque semaine, les aventures de ses parents cherchant l'âme sœur, nous découvrons son quotidien, ses (petits et grands) soucis, ses espoirs.  Aurore est un personnage attachant : drôle et décidée; sa grand-mère, Coupon, n'a rien à lui envier et leur duo fonctionne plutôt bien !

En parallèle, Reality girl occupe beaucoup de place : Aurore cherche ses marques sur le net, tente d'attirer des lecteurs, de les motiver.  Tout cela est plaisant à suivre drôle et bien amené.


L'ensemble dresse le portrait d'une adolescente de quatorze ans, sensible et réfléchie, à l'occasion caustique, dans un roman drôle, bien en phase avec la réalité.  Un univers sympathique à découvrir !

Aucun commentaire: