"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mercredi 22 avril 2015

Homme sans chien de Hakan Nesser

Lecture en partenariat avec Livraddict et les éditions Points : un grand merci à tous deux pour cette lecture !

Le résumé de l'éditeur :

Dans la petite ville de Kymlinge, la famille Hermansson est réunie pour fêter l’anniversaire du père et de la fille aînée. Seul manque Robert, le fils honteux qui s’est ridiculisé lors d’une émission de téléréalité. Suicide ? Fugue ? 

Plus aucune de ces hypothèses ne tient quand Henrik, son neveu, disparaît à son tour. Pour l’inspecteur Barbarotti, chargé de l’enquête, l’hiver s’annonce brumeux.

Avis : 

Dans la famille Hermansson, Karl-Erik, le père, est un personnage imposant, conscient de son importance et empli d'idées bien arrêtées. C'est dire si l'on s'apprête à fêter son anniversaire en grandes pompes : toute la famille sera réunie pour l'occasion et l'ambiance est déjà tendue.  Depuis que Robert, son fils, s'est humilié au cours d'un jeu de téléréalité, c'est toute la famille qui se sent honteuse et chacun appréhende les retrouvailles.

Lorsque Robert disparaît au milieu des réjouissances, personne ne s'inquiète vraiment mais lorsque son neveu Henrik manque également, à l'appel, c'est l'affolement et l'inspecteur Barbarotti est alors en charge de l'enquête.

Dans ce premier volet des aventures de l'inspecteur Barbarotti, Hakan Nesser met en scène une étrange famille : tous semblent à couteaux tirés; de vieilles histoires et des non-dits alourdissent l'atmosphère et confinent toute la famille dans une ambiance où l'on peine à respirer à la veille des fêtes.  Karl-Erik règne en patriarche incontesté, ses avis et décisions priment.  A ses côtés, le reste de la famille semble écrasé, dispersé et la proximité du drame ne parvient même pas à les ressouder.

Face aux Hermansson, confronté à une double disparition, l'inspecteur Gunnar Barbarotti a fort à faire pour débrouiller le mystère.  Il doit déjà faire face à des soucis familiaux et mène une étrange comptabilité avec Dieu.  Un personnage original et attachant !


Le roman est découpé en époques successives qui structurent le récit : la rencontre avec la famille Hermansson, qui tourne au huis clos, et les différentes étapes de l'enquête de l'inspecteur Barbarotti.  Ce découpage crée des ambiances fort différentes et un suspense réparti inégalement tout au long du récit, le summum se situant inévitablement en fin d'ouvrage.  Cette structure et les changements de registre n'apportent selon moi rien de négatif à l'histoire.  Bien au contraire, cela lui confère une singularité appréciable et un côté atypique qui m'ont beaucoup plu.  Les personnages peu sympathiques, la rupture de ton, l'intrigue dont le lecteur connaît quasiment tout, une touche d'humour, ...  Autant d'éléments qui font le charme de ce roman et m'ont donné l'envie de découvrir davantage cet auteur suédois.

2 commentaires:

Lystig a dit…

quoi ? un suédois que je n'ai pas encore lu ?

Nahe a dit…

Une belle découverte à la clé alors !