"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mercredi 1 juin 2011

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee



Note de l'éditeur :

Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au cœur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès.
Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C’est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier.

Avis :

C’est un véritable coup de cœur que je présente aujourd’hui, un de ces livres que l’on regrette de ne pas avoir lu plus tôt. Abordant des thèmes durs mais à travers les yeux d’une enfant, ce roman nous donne une leçon d’humanisme, empreinte de fraîcheur et de spontanéité.

Dans le Sud des Etats Unis, dans les années 1930, Scout est une petite fille espiègle et délurée. Elle nous raconte ici son enfance, en compagnie de son frère Jem, deux enfants élevés par leur père Atticus, un avocat aux idées larges pour l’époque. Il entreprend d’élever ses enfants à sa manière, se heurtant parfois ainsi aux idées de sa famille ou de son entourage. Il leur apprend à voir au-delà des apprences, à ne pas juger sans savoir, … La leçon d’humanité que ce père essaye de donner à ses enfants sera encore plus riche de sens lorsqu’il est chargé de défendre un Noir accusé du viol d’une Blanche…

Incompréhension, colère, injustice…autant de sentiments qui nous sont livrés par la jeune Scout face à cette société qu’elle a parfois du mal à comprendre et dont elle peine à accepter les règles. L’école, les voisins, l’amitié,... tous ces sujets sont abordés avec humour et tendresse ; elle nous offre ici un magnifique portrait de sa famille et du Sud où elle vit. Un ouvrage remarquable !

7 commentaires:

laeti (histoires-de-livres) a dit…

Je vois que ce roman a reçu de multiples prix et que tu as adoré! Mais en ce moment, je préfère lire des histoires un peu plus légères :)

Nahe a dit…

Le sujet est grave mais l'histoire n'est pas du tout pesante pour autant !

latite06 a dit…

Je l'ai déjà croisé à la librairie et il m'intrigue (surtout la couverture). Ton billet me donne envie d'en savoir plus, je note le titre :-)
Bonne fin de soirée !

Sybille a dit…

je l'avais aussi adoré !

Nahe a dit…

@ Latite06 : tu peux craquer sans crainte, c'est un très beau livre !
@ Sybille : ça ne m'étonne pas...

Luna a dit…

Je viens tout juste de terminer Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur et c'est définitivement une très belle découverte. Ce livre m'a vraiment émue.

C'est assez étonnant de voir des gens se faire mettre de côté comme ça, parce qu'ils ont une mentalité qu'on qualifierait de "normale" de nos jours... De voir Scout et Jem qui ne comprennent pas vraiment ce qui se passe jusqu'au procès clairement joué d'avance...

J'ai beaucoup aimé ce livre, je comprends mieux pourquoi il est l'une des références de la littérature américaine, il le mérite, c'est certain :)

Nahe a dit…

Je suis d'accord avec toi : un véritable chef d'oeuvre !