"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mardi 7 juin 2011

Ascenseur pour les étoiles de Philippe David-Maufras

Lecture en partenariat avec Les agents littéraires et les Editions Terriciaë : un grand merci à tous deux pour cette découverte.

Résumé de l'éditeur :

Albert a beaucoup de soucis.
Albert a beaucoup de soucis.
Élève collectionneur de zéros, rejeté par ses camarades et incompris par sa famille, prisonnier de son obésité comme des hautes tours d'une banlieue morose, il n'a pour seul refuge que son imagination ô combien débordante.
Un matin, Albert rencontre Iouri, le vieux soldat gardien du parc « Des Hirondelles ». Celui-ci se prend aussitôt d'affection pour l'enfant sans se douter que cette amitié va le conduire loin, très très loin…
Il faut toujours être prudent avec l'imagination des enfants…



Extrait :

La chambre d’Albert, c’était quelque chose ! Un vrai marché aux puces. Les pantalons, les pulls, les chemises qui normalement auraient dû se tenir bien sagement dans les tiroirs, sur les portemanteaux semblaient souffrir de claustrophobie, car ils se trouvaient mieux apparemment sur la moquette ou sous le lit, au milieu d’objets divers portés disparus depuis des mois.

Dans ce capharnaüm indescriptible, seul, le secrétaire, émergeant du chaos tel un phare dans la tempête rappelait encore l’ordre et la propreté.

Les livres (récits de voyages, romans d’aventures ou de science-fiction) étaient parfaitement rangés par ordre alphabétique sur les étagères, mais le plus étrange était ce coffret en bois gravé de signes mystérieux et fermé par un cadenas. Il était posé sur la tablette tel un coffre de pirate sur le sable d’une île tropicale.

A l’intérieur de cet écrin secret se trouvait un cahier dans lequel l’enfant écrivait des histoires fabuleuses sorties tout droit de son imagination intarissable.

Chaque fois qu’une idée lui passait par la tête, il l’attrapait au vol et emprisonnait ce « papillon » dans son coffret.



Avis :

Albert est un enfant malheureux, le sort semble s’acharner sur lui : résultats scolaires, poids, famille, maison, … rien ne va ! Pour trouver un sens à sa vie, le pauvre garçon écrit des histoires fantastiques et s’invente ainsi une existence de rêve.

Autre lumière dans son quotidien : Iouri, un vieux soldat devenu gardien de parc, un passionné d’histoire. Pour changer les idées de son jeune ami, Iouri imagine Zorouyouz, une planète avec laquelle il serait en contact via un poste émetteur américain, une relique datant de la guerre. Pour rallier cette mystérieuse planète, c’est une autre histoire : il suffit d’emprunter l’ascenseur de l’immeuble mais celui-ci est malheureusement en panne depuis des lustres.

Le jour où l’ascenseur est enfin en état de marche, Albert n’hésite pas un instant et s’embarque sur le champ, en compagnie de Iouri, direction Zorouyouz. Une planète bien étrange où les deux amis auront fort à faire pour aider les habitants, tombés dans un sommeil profond, victimes d’une cruelle sorcière.

Ascenseur pour les étoiles est un livre jeunesse émouvant et passionnant. C’est tout d’abord de la compassion que j’ai éprouvé pour Albert : mal dans sa peau en raison de son poids, maltraité par ses condisciples, méprisé par ses professeurs, ignoré par sa famille, … cet enfant m’a semblé bien malheureux ! Heureusement, la lecture et l’écriture sont là pour le soutenir et à ce moment du livre, je me suis sentie encore plus proche de lui… J’ai ensuite pris grand plaisir à suivre son voyage farfelu sur Zorouyouz, cette planète qu’il trouve si accueillante puisque ses habitants sont gros !

Le récit est fluide, très agréable à lire, abondamment imagé. Dans la seconde partie de l’ouvrage, l’auteur joue avec bonheur avec les mots, utilisant la mauvaise orthographe d’Albert, menant ainsi son lecteur dans un pays bizarrement peuplé… J’ai beaucoup aimé cet humour et la fantaisie omniprésente dans le périple d’Albert et de ses compagnons à la recherche de la Pierre de Vie. Tous ces ingrédients donnent à cette histoire un intérêt qui accroche le lecteur jusqu’à sa conclusion et lui assurent un caractère très plaisant.

Un roman jeunesse que j’ai découvert avec beaucoup de plaisir et pour lequel je remercie Les agents littéraires, en la personne de Vincent, et les Editions Terriciaë .

Si je devais donner une note : 4/5

2 commentaires:

laeti (histoires-de-livres) a dit…

pauvre Albert! heureusement qu'il s'invente des histoires!

Nahe a dit…

Le pauvre n'a vraiment que son imagination pour lui mais sa vie va changer... Je ne peux en dire plus ^^