"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mercredi 1 mai 2013

Les Raisins de la colère de John Steinbeck

La présentation de l'éditeur :

Le soleil se leva derrière eux, et alors... Brusquement, ils découvrirent à leurs pieds l'immense vallée. Al freina violemment et s'arrêta en plein milieu de la route. - Nom de Dieu ! Regardez ! s'écria-t-il. Les vignobles, les vergers, la grande vallée plate, verte et resplendissante, les longues files d'arbres fruitiers et les fermes. Et Pa dit : - Dieu tout-puissant ! ... J'aurais jamais cru que ça pouvait exister, un pays aussi beau.

Avis :


Condamné pour meurtre, Tom Joad a passé quelques années en prison.  Libéré anticipativement pour bonne conduite, il entend bien rejoindre sa famille, à Sallisaw, dans l’Oklahoma et y travailler sur les terres.  Pourtant, ce retour lui réserve de biens mauvaises surprises : la crise de 1929 est là et les machines ont remplacé les hommes dans les champs, les obligeant brutalement à quitter leur foyer.  Pour beaucoup, la Californie prend des allures de terre promise et comme la majorité de leurs voisins, les Joad prennent la route dans l’espoir d’y trouver un travail.

Entassant leurs maigres possessions, un peu de nourriture et l’ensemble de la famille dans un camion de fortune, voici les Joad partis vers un avenir qu’ils espèrent meilleur.  Ils mettent tous les espoirs dans les tracts jaunes qui ont été distribués à travers le pays, annonçant un travail facile et bien rémunéré.  C’est sans compter sur l’avidité des grands propriétaires et leur raisonnement scabreux : profiter de la main d’œuvre surnuméraire pour baisser les salaires au maximum…

Dans ce texte réaliste et terriblement émouvant, John Steinbeck pointe du doigt le capitalisme et ses dérives : il alterne les aventures des Joad en route pour la Californie avec les événements qui attendaient les émigrants au cours de leur voyage.  L’achat de la voiture, l’hostilité envers les Okies, les conditions de vie … sont passées en revue et font la richesse de l’œuvre.

Autre point fort du roman, les personnages que met en scène l’auteur : certains comme Mam ou Tom se démarquent, remarquables par leur ténacité et leur abnégation face au doute, à la faim, … 

Au fil du périple de nos malheureux héros, la route 66 perd assurément l’allure paradisiaque que nous lui attribuons aujourd’hui. Pourtant à l'occasion, la solidarité sera au rendez-vous, tout comme l’amour familial, le courage, … 

Ce classique fait l'objet d'une lecture commune organisée par Paikanne : son billet est ici. Vous pouvez également découvrir l'avis d'Argali qui nous rappelle l'accueil réservé à ce roman, avant de recevoir le Prix Pulitzer.

Je ne peux résister à terminer en musique, avec The ghost of Tom Joad de Bruce Springsteen : un titre directement inspiré de l'oeuvre de Steinbeck et dont un couplet reprend l'engagement de Tom, décidé à se retrouver dans toutes les inégalités...


8 commentaires:

argali a dit…

Ce que j'aime dans les lectures communes, c'est de lire des critiques complémentaires, des aspects que l'on n'a pas soi-même retenus dans notre commentaire.
J'en ai profité pour mettre un lien vers ton blog sous mon billet.
Je pense regarder le film prochainement maintenant.

La Lyre a dit…

Je n'ai jamais réussi à finir ce roman, parce que je n'ai jamais réussi à accrocher! Et je me sens honteuse, parce que je sais que c'est un chef-d'oeuvre, et que je déteste passer à côté de quelque chose!
Il faudra que je réessaye...

Syl. a dit…

Quelle est vieille cette lecture ! Je devais avoir 15 ans. Et j'en garde un souvenir intense.
Bise

Jérôme a dit…

Un formidable roman. Je crois que le terme de chef d'oeuvre n'est pas trop fort, c'est un tout cas ce que j'ai ressenti en le lisant.

paikanne a dit…

Argali a tout à fait raison : merci pour ces "nouvelles découvertes" :-)

Nahe a dit…

@ Argali : Merci de ton ajout, c'est vrai que ces LC permettent d'autres angles de vue, très enrichissants. Je pense aussi au film !
@ La Lyre : C'est un texte qui demande quelques efforts mais les vaut largement. Il y aura un moment où il se livrera !
@ Syl : J'ai moi aussi dû le lire dans ma jeunesse ^^.
@ Jérôme : Un texte superbe, tu as raison !
@ Paikanne : Oui, on découvre à chaque billet, merci de l'initiative !

Isa a dit…

Un de mes plus beaux souvenirs de lecture et un des mes auteurs préféré.

Nahe a dit…

Je te comprends...