"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

lundi 27 mai 2013

La fourmilière de Jenny Valentine

Le résumé de l'éditeur :

Personne ne choisit vraiment de vivre au 33, Georgiana Street. L’immeuble est situé dans un quartier peu engageant de Londres. Les appartements sont minuscules, sales, délabrés. L’électricité et le loyer se paient à la semaine. Seul avantage du lieu : Steve, le propriétaire, ne
pose pas de questions.
Pour un garçon de 17 ans qui a fugué, l’endroit est idéal. Sam s’est réfugié à Londres parce que, ici personne ne sait qui il est, ni ce qu’il a fait.
Cerise et sa fille Bohême sont deux autres nouvelles locataires qui déménagent au gré des petits amis de Cerise. À 10 ans, Bohême se débrouille toute seule, car sa mère est bien trop fragile et perdue pour arriver à s’occuper de sa fille.
Au 33, Georgiana Street, on évite de se mêler des affaires des autres. Mais Bohême va bouleverser la vie de l’immeuble. Elle a besoin d’un ami, et c’est Sam qu’elle a choisi.


Avis :


En ralliant Londres, Sam cherche à laisser le passé derrière lui. Un passé dont il a honte, au point de tout abandonner, à dix-sept ans et de recommencer à zéro dans la capitale. Seul dans la masse, il espère passer inaperçu.

 

Rapidement, il trouve un travail et un petit appartement.  Au 33 Georgiana Street, il fait profil bas et évite les voisins.  C’est sans compter sur la curiosité d’Isabel, une vieille dame un peu mêle-tout et de Bohemia, une petite fille qui s'ennuie.
 

Seule avec sa mère Cherry, Bohemia a passé sa vie d’un appartement à l’autre, au fil des rencontres de sa mère.  Leur vie est faite d’errances, de petits boulots, de combines.  Pour Bohemia, la vie est synonyme de débrouille : livrée à elle-même la plupart du temps, elle tue le temps, sans ami, ni école, ni même vêtements à sa taille… 

 
Pour cette petite fille délaissée, la présence de Sam agit comme un aimant : non seulement, elle aimerait s’en faire un ami mais derrière son envie de solitude, elle décèle un profond mal-être et décide de prendre les choses en main.
 

Sam et Bohemia se partagent la narration de ce roman : tour à tour, ils nous livrent leur passé, leur présent.  Chez Sam, on devine une faute inavouable ; chez Bohemia, un grand besoin d’affection.  Comment réussiront-ils à concilier ces manques ?



Au cœur du 33 Georgiana Street, les individualités les plus improbables se côtoient avec plus ou moins de bonheur et grâce à Bohemia, cette cohabitation prendra un tour inattendu.  Un roman fort qui surprend le lecteur, après un démarrage en douceur et le laisse, une fois la dernière page tournée, séduit : une belle dose d’humanité et un joli coup de cœur !

5 commentaires:

Jérôme a dit…

Un joli coup de coeur ? Je m'empresse de le noter.

Sybille a dit…

Oh, il pourrait tout à fait me plaire !

lejardindenatiora a dit…

Il a l'air très sympa ce roman !

Marguerite Garden a dit…

J'avais beaucoup aimé ce roman moi aussi !
(et l'auteur en sort un nouveau à la rentrée, et il a l'air aussi très bien !)

Nahe a dit…

@ Jérôme : Bonne idée !
@ Sybille : Je crois bien !
@ Natiora : Il l'est, un joli titre !
@ Marguerite Garden : Affaire à suivre !