"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

lundi 16 janvier 2012

Trahisons et faux-semblants de Ludovic Rosmorduc



Présentation de l'éditeur:

"Je me nomme Aurèle d'Angarande, je suis magicien. Autrefois, ce seul titre suffisait à entrouvrir bien des portes, à faire se courber bien des puissants. Mais ce temps est révolu. Aujourd'hui, plus personne ne peut s'enorgueillir d'être magicien. Moi excepté. Je suis le dernier d'entre eux."

Dans un monde où religieux et chevaliers se livrent une lutte sans merci pour le pouvoir, Aurèle d'Angarande s'est exilé d'Anoth au moment où sa guilde en a été bannie. Ce qui ne l'empêche pas d'ouvrir l'oeil sur la cité et sur ses habitants. Quand, un matin, c'est un cadavre crispé et bleui par le froid qui s'offre à sa vue, il décide de rompre le serment qu'il s'était fait et de franchir une nouvelle fois les murs de la cité fortifiée.

Quitte à mettre les pieds en enfer.

Avis :

Dans son troisième roman, Ludovic Rosmorduc nous propose, cette fois, une énigme policière qu’il nous offre de résoudre en compagnie d’Aurèle D’Angarande. En sa compagnie, nous parcourons les rues d’Anoth, une cité médiévale portuaire à la recherche de celui qui, la nuit, sème la mort et la terreur.

C’est d’abord de loin que nous découvrons cette ville fortifiée qui a su tirer profit de son port : en effet, si jadis, le monde reposait sur trois piliers fondamentaux que sont la religion, la chevalerie et la magie, les temps ont changé et la magie en a été bannie il y a bien des années. Aurèle est le dernier des magiciens, il réside au château de Fontgrande, en compagnie d’Alboin, son valet. Oublié de tous, cloîtré dans sa forteresse, il y oublie peu à peu sa magie, se contentant d’inventorier la bibliothèque, inquiet de sauver cette mémoire collective. Il a en effet juré de ne plus remettre les pieds à Anoth, de ne plus se mêler à un monde auquel il n’appartient plus et entend bien tenir sa promesse.

A l’abri, derrière sa longue-vue, il garde pourtant le contact avec la cité en suivant les déambulations de ses habitants dont il imagine le quotidien. Un matin, s’apprêtant à se délecter de l’agitation du marché, il remarque un étrange remue-ménage et découvre, en même temps que les villageois, un cadavre qui lui semble étrangement familier. Il n’en faudra pas davantage pour décider le vieil Aurèle à quitter son refuge et à mener l’enquête dans l’ombre.

Espère-t-il régler de vieux compte avec le cardinal Thored ou le Faucon Noir, Gui de Longroi, chef des Chevaliers, les deux maîtres redoutés de la ville ? Nourrit-il le fol espoir de redonner ses lettres de noblesse à la magie ? Ou veut-il simplement tromper l’ennui qui l’accompagne depuis de longues années déjà ? Quoi qu’il en soit, son esprit curieux et la magie qu’il doit réapprivoiser vont conduire Aurèle, et le lecteur dans sa foulée, dans un récit sombre, cruel et passionnant. Les suspects et les mobiles se succèdent, les rebondissements s’enchaînent et le lecteur en redemande !

Ce roman mêle avec bonheur l’histoire, le policier et le fantastique dans un récit captivant, à la fin étonnante, voire dérangeante. Certains personnages gardent leur mystère et ils auraient peut-être pu donner lieu à d’autres histoires mais je n’ai pas pour autant trouvé ce livre trop court. J’en ai d’ailleurs beaucoup aimé la fin ainsi que les phrases le qui clôturent … Une conclusion à la hauteur de ce roman policier historique captivant et une lecture à recommander sans hésitation !



Challenge Littérature jeunesse/Young adult : 19/24

2 commentaires:

Syl. a dit…

Et hop dans ma LAL !

Nahe a dit…

Tu devrais passer un bon moment, j'ai beaucoup aimé !