"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

lundi 11 juillet 2016

On n'est jamais à l'abri d'une bonne surprise d'Isabelle Minière


Lecture en partenariat avec les Editions Serge Safran : un grand merci pour ce joli roman.

La présentation de l'éditeur 

Martin est un comptable idéaliste, naïf et solitaire dont les seuls visages familiers sont ceux de sa boulangère et du clochard du quartier. Il aime regarder la pluie tomber, marcher dans les rues de sa ville, espérant faire une rencontre amicale ou amoureuse qui changera sa vie.

En attendant il passe son temps à nouer des amitiés imaginaires, partageant ses états d’âme avec la grand-mère d’Odette ou Martine, l’héroïne d’un film qui le fascine. On se prend alors à rêver avec lui, à espérer qu’il croisera bientôt en chemin de véritables amis. Peut-être la jeune femme qui lui demande de s’occuper de sa comptabilité ? Peut-être ces inconnus rencontrés par hasard dans la rue ?

Avis 

Etriquée, voilà un qualificatif qui colle bien à la vie de Martin : une existence un peu triste et étroite.  Alors Martin rêve, il s'imagine des amis et ses pensées flottent à propos de rien.  Même lorsqu'il s'agit d'un film.  Il espère des amis, un amour, une existence plus remplie... et en attendant, il offre du pain au SDF de son quartier.  

Sans jamais douter, Martin garde confiance en lui-même car qui sait  le destin pourrait bien s'intéresser à lui.  Petit à petit, il conquiert le monde et devient acteur de son quotidien.

Autour de la vie sans histoire de ce petit comptable, Isabelle Minière bâtit, tout en délicatesse et en sensibilité, un roman simple et réconfortant. Martin est très  humain, sa candeur émeut et le regard qu'il pose sur les détails du quotidien est pointu : il remarque ce qui échappe habituellement. 

On ne peut s'empêcher d'espérer comme lui, pour lui ou encore de se retrouver dans son univers, tant les mots de l'auteur sonnent juste.  Personnellement, c'est la tasse de Martin, une vieille amie un peu meurtrie, qui m'a paru familière.

Si l'histoire de Martin, emplie de solitude, est émouvante, elle ne semble pas triste pour autant car Isabelle Minière décrit cette existence avec fantaisie et tendresse.  Son texte respire la confiance et Martin, lui aussi, ne cesse d'espérer à sa façon, éveillant notre empathie, dans ce roman poétique et lumineux.


1 commentaire:

Jérôme a dit…

J'avais beaucoup aimé son roman précédent, celui-ci semble être dans ma même veine.