"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

jeudi 22 novembre 2012

Contes à rebours de Nick Flynn


Lecture en partenariat dans le cadre de l'opération Masse Critique :
un grand merci à Babelio et aux Editions Gallimard.

La présentation de l'éditeur :

En 2007, confronté aux doutes et aux inquiétudes d’un homme qui attend la venue au monde de son premier enfant, Nick Flynn est frappé de plein fouet par la révélation des actes de torture et d’humiliation perpétrés par l’armée américaine dans la prison irakienne d’Abu Ghraib. Un jury lui a décerné, quelques mois plus tôt, un prix pour son livre Encore une nuit de merde dans une ville pourrie, jury qui a également récompensé un livre justifiant la torture. Comme pour se laver de cet affront, il se rend à Istanbul, rencontre et interviewe certaines victimes de ces actes infâmes.

Avis :


Profondément touché par l’affaire d’Abou Ghraib, Nick Flynn ne peut accepter la légitimation de la torture et sa banalisation.  Auteur reconnu, il décide de se pencher sur la question et choisit de rencontrer, en Irak, d’anciens prisonniers au cœur de ce scandale. 

En marge de cette quête, la vie de l’auteur est sur le point de changer : la naissance de son premier enfant est imminente et le conduit à s’interroger.  Il revient sur son passé familial douloureux, sur sa vie sentimentale, les métiers qu’il a exercés, …  le tout étant parfois lié.  Il envisage également son avenir, évoque ses craintes à cette époque charnière de sa vie.

Dans ce récit intimiste et chahuté, l’auteur mêle en vrac son indignation face à la torture et à l’injustice, son hérédité pesante, sa vie privée, …  L’ensemble est parfois difficile à suivre car l’auteur aborde, de manière anarchique, époques et événements.  Pourtant, le récit est plaisant à lire : les chapitres sont courts et le charme de l’auteur fait le reste.   

En suivant cet homme à la recherche d’un sens à sa vie et désireux  de remettre de l’ordre dans une existence un peu mouvementée, le lecteur est amené, lui aussi, à se poser des questions existentielles.  Il s’agit là d’une des grandes qualités de ce texte, malheureusement atténuée par sa construction chahutée.  Un bilan en demi-teinte donc au terme de cette lecture interpellante, pour laquelle je remercie Babelio et  les Editions Gallimard.




tous les livres sur Babelio.com

4 commentaires:

Jérôme a dit…

Ton avis est en demi teinte et pourtant je suis tenté. Étrange, non ?

Syl. a dit…

Non, je ne vais pas le noter. je crois que ce n'est pas pour moi.
Biz et passe un excellent week-end.
Colis parti hier (enfin un carton large comme je voulais !!!)

Sophie Herisson a dit…

Pas pour moi non plus je crois :)

Manu a dit…

Ce texte ne m'interpellait pas tellement et je vois que je n'ai rien manqué :-)