"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

lundi 17 octobre 2011

Non stop de Frédéric Mars


Lecture en partenariat avec Livraddict et les éditions Hachette Black Moon: un grand merci à tous deux pour cette lecture trépidante !

Présentation de l'éditeur :

9 septembre 2012, Manhattan.
Un homme ordinaire reçoit une enveloppe anonyme et se met à marcher en direction du métro. À peine s’est-il arrêté sur le quai de la station qu’il explose, semant la mort autour de lui. Très vite, les mises en marche et explosions de ce genre se multiplient à une allure folle. Sam Pollack et Liz Mc Geary, les deux agents chargés de l’enquête, doivent admettre qu’ils sont confrontés à une attaque terroriste d’une envergure inouïe. Une attaque non revendiquée et d’autant plus difficile à contrer qu’elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d’eux les agents de ce scénario apocalyptique. Tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années. Tous reçoivent ces fameuses enveloppes kraft et se mettent à marcher. S'ils s’arrêtent, la charge explosive se déclenche, où qu’ils soient. Quels que soient leur âge et leur couleur de peau. La cavale sans fin de ceux qu'on appelle les Death Walkers, les marcheurs de la mort, ne fait que commencer.



Avis :

Si un livre mérite bien l’appellation de thriller, c’est assurément Non Stop de Frédéric Mars : voici un roman qui happe le lecteur et le tient en haleine d’un bout à l’autre de ses 653 pages, ne négligeant pas les rebondissements, les surprises et les retournements de situations.

En ce 9 septembre 2012, Sam Pollack, capitaine de police à New York, est appelé au commissariat par une urgence. Pour rallier son lieu de rendez-vous, il décide de prendre le métro et entre ainsi, sans le savoir, dans une enquête qui va le mettre sur la brèche pendant 48 heures. Sans doute les 48 heures les plus éprouvantes de toute son existence…

A la suite de Sam Pollack, Frédéric Mars nous entraîne sur la piste de terroristes qui ont mis sur pied une arme totalement machiavélique et pour le moins originale : des pacemakers piégés implantés à des malades du cœur. Transformés en bombes humaines, ces derniers sont envoyés vers des points névralgiques du pays que les terroristes souhaitent détruire. Pour ces innocents, pas question de répit : au moindre arrêt, la bombe se déclenche…

L’auteur alterne des tranches de vie des malheureux piégés, les progrès de l’enquête sur le terrain ou dans les bureaux, les réunions de crise à la Maison Blanche, ou encore les interrogations sur les manières de débrancher, sans risque pour leurs porteurs, les engins de la mort. Il confère ainsi à son ouvrage un rythme soutenu et une vitalité particulièrement « addictive ». Il adopte également un découpage chirurgical de l’action, nous distillant les informations quasiment heure par heure. Comment ne pas vouloir en savoir davantage ? Et tout de suite ?

Du côté des personnages mis en scène, bon nombre, si l’on oublie les commanditaires des attentats, sont finalement des héros : les innocents marcheurs, les policiers chargés de l’enquête, les médecins concernés au premier chef, … Le lecteur ne peut donc s’empêcher de s’y attacher, de souhaiter une solution rapide et qui épargne un maximum de vies. Une manière de l’impliquer davantage dans l’histoire et d’entretenir le suspense. Pour ma part, une petite mention spéciale pour Addy, Adrian Salz : sa fidélité et sa perspicacité m’ont beaucoup plu. Sans doute parce qu’il évolue dans un univers où il me semble que le sens des valeurs fait généralement défaut…

S’il fait la part belle à Monsieur tout le monde et aux héros du quotidien, Frédéric Mars, en bon connaisseur de l’âme humaine, n’a pas négligé la lâcheté de l’humanité et n’a pas peuplé son roman que de gentils, terroristes mis à part. C’est ainsi que nous découvrons de charmants bons concitoyens qui n’hésitent pas à utiliser les nouvelles technologies pour recenser les Death walkers et diffuser leur progression ou à les bombarder de projectiles de toute sorte, voire davantage … Edifiant, pensez-vous ? Personnellement, j’ai fort apprécié cette lucidité et ce réalisme !

Après avoir refermé ce livre, je m’interroge : je ne sais toujours pas si ce roman tire vraiment son nom dans l’obligation des « marcheurs de la mort » de ne pas s’arrêter ou s’il vise plutôt les lecteurs qui se trouvent embarqués dans un livre qu’ils ne veulent pas refermer et qu’ils souhaitent lire sans interruption… Un grand merci à Livraddict et aux éditions Hachette Black Moon pour cet excellent thriller.


Logo Livraddict

6 commentaires:

Poison au chocolat a dit…

Je sens que je vais l'ajouter à ma wish-list... hum hum, elle s'allonge encore plus!
tu me donnes trop envie de le lire!

Manu a dit…

Ca a l'air passionnant et en même temps, je ne sais pas si ça me plairait. Mais c'est original en tout cas.

Sofynet a dit…

J'ai aussi beaucoup aimé ce thriller, qui comme toi m'a hapé...

Nahe a dit…

Beuh, j'ai du courrier en retard ;o
@ Poison au chocolat : contente de t'avoir tentée ^^
@ Manu : Le sujet est assurément peu banal !
@ Sofynet : L'auteur a fait fort !

argali a dit…

Je le termine à l'instant. J'ai adoré !
C'est horriblement réaliste, intéressant, palpitant... je pourrais continuer longtemps dans les adjectifs positifs.

Tous mes voeux Nahe. Il n'est pas trop tard !

Nahe a dit…

Merci, Argali, à toi aussi une belle année 2012 !
J'ai partagé ton enthousiasme : un supsense haletant...