"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mercredi 12 octobre 2011

Chronique du soupir de Mathieu Gaborit


Lecture en partenariat avec Livraddict et les éditions Le Pré aux clercs : un grand merci à tous deux pour cette découverte !

Présentation de l'éditeur :

L'étonnant voyage d'un groupe de rebelles à l'autorité divine.

Lilas, une naine flamboyante, a choisi, depuis la disparition de Frêne, son époux, de prendre sa retraite de Chef de la garde du palais de la Haute Fée pour ouvrir une auberge au bord de la mer, à l'endroit même ou Frêne s'est "ancré" pour l'éternité. Entourée de quelques amis et d'Errence, un elfe qui est aussi son amant, elle mène une existence un peu trop paisible à son goût.

Alors qu'elle s'interroge avec angoisse sur son devenir, son fils Saule, pourchassé par un groupe de miliciens au service de la Haute Fée, fait irruption dans l'auberge. Il serre dans ses bras une fillette de 10 ans, Brune, qui est à l'agonie.

Après quelques heures d'hésitation, et bien que pressentant l'immense danger qui émane de façon indiscible de la personnalité de Brune, Lilas décide de les protéger envers et contre tous.

Passionné depuis l'enfance par les mondes imaginaires, Mathieu Gaborit a développé un univers qui lui est propre dans un domaine ou les intrigues sont souvent répétitives et largement empruntées à Tolkien. Ses héros ne sont pas seulement des guerriers intraitables ou de fins stratèges aux pouvoirs magiques, ce sont des êtres de chair, en proie à mille tourments. L'écriture précise et fine, la subtilité intérieure des personnages, la grande maîtrise du récit confèrent à cet ouvrage la marque des grands romanciers.

Véritable quête mystique (il est question de l'origine des Hommes), le voyage de Lilas nous ouvre les portes d'un au-delà fantastique ou les dieux, à force d'ennui dans leur solitude millénaire, décident de s'incarner pour enfin entendre le souffle de leur vie.

Avis :

Pour cette lecture, outre Livraddict et Le Pré aux clercs , il me faut également adresser des remerciements à Dup qui a su communiquer son enthousiasme et m’a, de cette façon, encouragée à postuler pour ce partenariat. Je dois ajouter que la beauté de la couverture a achevé de me convaincre et j’ai tenté ma chance.

Grand bien m’en a pris car ce partenariat m’a permis d’entrer dans le monde créé avec brio par Mathieu Gaborit, un univers sombre et féérique où se côtoient nains, sirènes, fées, elfes et humains.

Nous y découvrons Lilas, une naine devenue aubergiste après avoir été garde du corps. A la suite de l’ancrage de Frêne, son mari, elle a décidé de rebâtir sa vie à l’endroit où il s’est sacrifié et y vit, tranquille, en compagnie d’Errence, un elfe, son amant et de quelques vieux amis qui l’assistent. Ses trois enfants sont loin et ses seules préoccupations tournent autour des banquets commandés par les clients. Pourtant, son fils Saule réapparaît, en fuite, accompagné d’une jeune fille, très faible, Brune. Cette arrivée brutale va remettre en cause la vie paisible de Lilas et de ses amis et mener la naine et les siens vers un passé que tous croyaient révolu.

L’univers créé far Mathieu Gaborit est intriguant et complexe. La création du monde qu’il décrit, son fonctionnement, ses règles… autant de points qui pourraient décourager le lecteur et gêner sa progression. Il n’en est pourtant rien car l’auteur explicite tout cela habilement, discrètement, l’air de rien, au fil du récit. Ceci permet au lecteur de s’immerger totalement dans le roman et de s’y perdre en compagnie de Lilas et de ses compagnons de route. La magie opère et le dépaysement est total. Ce récit est finalement bien court en regard des aventures qui s’y déroulent mais il est bien agréable de pouvoir lire l’histoire d’une traite.

En tête des personnages tout droit sortis de l’imagination de Thomas Gaborit, Lilas occupe assurément une place de choix : son passé de chef de la garde au palais de la Haute Fée la met en position de force pour ne pas se trouver démunie face au danger. Solide, décidée, ne renonçant à rien pour sauver les siens, elle agit et ne recule pas d’un pouce. Dans les personnages secondaires, j’ai également apprécié Cerne, face à ses doutes et ses remords, prêt à tout changer pour un enfant.

Outre le récit d’une fuite épique, Chronique du soupir peut être présenté avant tout comme une histoire d’amour, ce terme pouvant être pris sous ses diverses formes. Les exemples, variés, sont nombreux dans ce roman et l’émotion y est omniprésente. Dans ce sens, ce livre aborde aussi du renoncement, du prix que chacun est disposé à payer pour l’être aimé. Une belle leçon de vie et une fin que j’ai beaucoup aimée.

Un tout grand merci à Livraddict et aux éditions Le Pré aux clercs pour cette lecture qui m'a fait voyager dans un univers fantastique !




Logo Livraddict

6 commentaires:

Manu a dit…

Je ne suis pas fan de ce genre d'univers mais tu as raison : la couverture est magnifique.

Syl. a dit…

Je l'ai repéré sur plusieurs blog. Comme Manu, je pense que la couverture est bien attrayante. Les critiques semblent bonnes. Je verrai si je le trouve à la biblio.
Bon week-end

Péléane a dit…

Je t'ai tagué, si tu veux bien participer :-)
http://peleane.over-blog.net/article-tag-du-portrait-chinois-86552521.html

Nahe a dit…

@ Manu : il faut aimer cet univers, c'est certain mais la couverture est très tentante !
@ Syl : un bon point cette couverture ! A toi aussi un bon week-end, bizz
@ Péléane : Avec plaisir !

Dup a dit…

Merci Nahe pour le clin d'oeil ! Et ravie que cette lecture t'ai plus, autant qu'à moi visiblement!
Mathieu Gaborit fera bientôt parti de notre Mois2...

Nahe a dit…

IL faut rendre à César ce qui... Et c'était tout à fait mérité, encore merci pour cette découverte !