"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

samedi 13 novembre 2010

Avaler tout cru de Marita De Sterck

La note de l'éditeur :

Ils ont le même goût pour la bière et le même caractère de chien. C’est pour ça qu’entre Joppe, l’élève infirmier et Tist, son arrière-grand-père, ça chauffe parfois. Alors que Joppe est en train de préparer une grande manif contre la guerre en Irak, la santé du vieux bonhomme se détériore si vite qu’il doit passer le plus clair de son temps chez lui, à le soigner et le nourrir. La guerre, pour le vieil homme, n’est pas seulement affaire de bombardements lointains et de slogans pacifistes. Il l’a vraiment vécu deux fois, dans les tranchées en 1917, puis lors du second conflit mondial. La guerre déchire les chairs, les familles et les cœurs. À son chevet, Joppe va ainsi entendre les dix mille histoires que son arrière-grand-père a engrangées pendant près d’un siècle de vie. Dix mille histoires et un lourd secret, qui vont rendre Joppe et Tist encore plus proches... Avaler tout cru confronte les atrocités vécues par les aînés durant les deux guerres mondiales à ce que la jeunesse occidentale peut percevoir, par médias interposés, des conflits actuels. C’est le premier roman publié en France de Marita de Sterck, auteure flamande réputée.

Avis :

Dans "Avaler tout cru", l'auteur croise la vie de Tist, presque centenaire, et celle de Joppe, son arrière-petit-fils. Outre les soins que l'un apporte à l'autre en fin de vie, la guerre et sa vision par Tist et Joppe est le trait d'union du récit : Joppe est pacifiste convaincu et engagé; Tist a vécu la guerre et ; les privations ont décimé sa famille et venant s'ajouter à l'horreur des tranchées, elles lui ont forgé un caractère en acier trempé. Caractère qui de tout temps, l'a éloigné des siens... Joppe est un des rares à communiquer vraiment avec l'aïeul irascible.

Ce roman est bouleversant, il nous livre un message très fort mais décrit sans juger. Il traite non seulement du fossé des générations, de la difficulté à dialoguer, de l'impossibilité de se livrer parfois mais également de la guerre, omniprésente. L'écriture est agréable, fluide, vivante. Une lecture à conseiller !

Aucun commentaire: