Les optimistes meurent en premier de Susin Nielsen


Le résumé de l'éditeur :

Depuis la tragédie qui a anéanti sa famille, Pétula De Wilde, seize ans, a développé de nombreuses phobies. La voilà coincée entre ses parents accablés par le chagrin et une ex-meilleure amie qui ne lui adresse plus la parole. Pessimiste, elle estime qu’une très grande prudence et une hygiène extrême lui permettront de parer à la moindre catastrophe.

Mais est-ce bien réaliste ?… Au lycée, contrainte et forcée, elle fait partie d’un cours qu’elle surnomme Travaux manuels pour les fous. Les adolescents « à problèmes » qui y assistent se supportent tout juste. Jusqu’à ce que « l’Homme bionique » fasse son apparition. Le mystérieux Jacob, amputé d’un avant-bras à la suite d’un accident, passionné par le cinéma et aussi rentre-dedans que sarcastique, rejoint le groupe ; malgré ses réticences, l’adolescente a du mal à résister à son charme. Elle revit et en oublie ses phobies. Mais il se pourrait que Jacob, lui aussi, cache un secret trop lourd à porter…

Avis 

Traumatisée par le drame qui a touché sa famille, Pétula n'a plus confiance en rien, ni en personne : elle cite des statistiques pessimistes à tout moment, ne jure que par son gilet fluo et collectionne les extraits de presse sur des faits divers tragiques.  Cherchant à tourner la page, ses parents ont fort à faire pour se reconstruire et peinent à l'aider.

Inscrite à un cours d'art thérapie, Pétula retrouve régulièrement quelques élèves eux aussi malmenés par la vie.  Peu intéressés par les activités proposées, aucun d'entre eux ne s'implique vraiment lors des séances et ces rendez-vous ne servent à rien.  Lorsque Jacob, nouvellement arrivé au lycée, rejoint le groupe, une alchimie se crée enfin et l'équipe se soude.  Pourtant, au-delà du bras qu'il a perdu dans un accident de voiture, Jacob pourrait, à son tour, avoir besoin de l'aide de ses nouveaux amis.

Oscillant entre humour caustique et tendresse, Susin Nielsen s'y entend pour mettre en scène des adolescents en mal-être : peu importe la gravité de la situation, le ton reste résolument positif et tourné vers des lendemains meilleurs.  Elle ne nous entraîne pas dans une happy end frénétique mais nous montre des jeunes prêts à lutter et à se mobiliser.  Des personnages parfois fantasques mais toujours attachants.


Commentaires

keisha a dit…
J'aime beaucoup cette auteure et j'attends que la bibli se réveille...
Anonyme a dit…
Heu mon commentaire est passé, hier?
keisha (parfois blospot joue des tours)
Stéphanie a dit…
je ne connais pas mais cela à l'air d'être une bonne lecture. Merci pour cette découverte
Anonyme a dit…
Je note, le thème général me plaît bien. Et je ne connais pas l'auteur.
Bise
Nahe a dit…
@ Keisha : voilà, commentaire retrouvé :) Je me suis aperçue il y a quelques jours que Blogger cachait certains commentaires, souvent les tiens... Il faut parfois de la patience en bibliothèque :)
@ Stéphanie : tu me diras si la découverte t'a plu ;)
@ Syl : Mais il faut réparer ça tout de suite, Syl !!!
Jérôme a dit…
Tellement attachants ces personnages, oui. Un roman qui fait un bien fou !
Lewerentz S a dit…
J'avais beaucoup aimé "Le journal malgré lui de..." du même auteur. Celui-ci est donc sur ma liste.
Nahe a dit…
@ Jérôme : c'est tout à fait ça, la marque de fabrique de l'auteur.
@ Lewerentz S : D'avance, une bonne lecture !
Touloulou a dit…
Cela me fait penser à Nos étoiles contraires. Il a l'air chouette ce roman.
Nahe a dit…
Il est vraiment très bien, comme tous les titres de cet auteur !

Posts les plus consultés de ce blog

L’Île au manoir d'Estelle Faye

Les cousins Karlsson : vikings et vampires de Katarina Mazetti