La Tanche d'Inge Schilperoord


Lecture en partenariat avec Babelio et les Editions Belfond: un grand merci !

La présentation de l'éditeur :

En cette étouffante journée d'été, Jonathan sort de prison. Dans le bus qui le ramène chez sa mère, il se répète ce que lui a dit le psychologue : ce n'est pas lui qui est mauvais, ce sont ses actes. Et s'il parvient à organiser rigoureusement ses journées, il sera un homme meilleur.

Jonathan se le promet. Il va s'occuper de sa mère asthmatique, retourner travailler à l'usine de poissons, promener le chien, aller à la pêche. Il restera seul, il ne parlera à personne, il va s'occuper les mains, l'esprit, tout faire pour ne pas replonger.

Car il le sait, s'il a été libéré, faute de preuves, le psy a parlé d'un taux de récidive de 80 %. Il ne doit pas se laisser déborder à nouveau. 

Or, dans ce quartier en démolition où vit sa mère, vivent aussi une jeune femme et sa fillette...

Avis :

Libéré faute de preuves, Jonathan sort de prison : sa mère l'attend et il veut être un homme meilleur.  Accusé de pédophilie, il retrouve sa vie tranquille et son quartier promis à la démolition.  Son travail et sa passion pour les poissons lui occupent l'esprit.  Tout comme le ménage et la cuisine, il aime prendre soin de sa mère malade.  Il se concentre également sur des travaux l'aidant à ne pas rechuter.

En se penchant sur ce sujet sensible,  Inge Schilperoord a choisi un exercice difficile mais proche de son métier de psychologue judiciaire.  Elle aborde donc le récit par le volet psychologique, décrivant les efforts pour s'organiser et se reconstruire.  Autour de Jonathan, la pression est forte et le malaise est patent : la chaleur de l'été, la mère malade, la solitude, le quotidien à gérer... 

L'ensemble semble lourd, collant.  Vient alors s'y ajouter la tension du drame toujours possible : cette petite voisine livrée à elle-même, cherchant un peu d'attention et aimant tellement les animaux.

Un livre difficile mais magnétique, à l'ambiance subtilement décrite et à l'angoisse palpable : un joli coup pour un premier roman !




tous les livres sur Babelio.com

Commentaires

keisha a dit…
Je n'ai pas osé le lire...

Posts les plus consultés de ce blog

L’Île au manoir d'Estelle Faye

Les cousins Karlsson : vikings et vampires de Katarina Mazetti