Olga et les siens d'Alain Jomy

Lecture en partenariat avec Babelio et Alma éditeur : un grand merci!

Le résumé de l'éditeur :

1940. C’est l'Exode. Olga et les siens doivent fuir à nouveau.

Pourtant, ils ont déjà tellement voyagé, ils viennent déjà de si loin, de ces communautés juives de Russie, de Pologne, de Bucovine ; ils sont passés par l’Allemagne, sont arrivés à Paris, et voilà qu’ils se retrouvent perdus dans un petit village de Corrèze, où le mari d’Olga meurt.

Perdus ? Au contraire, ils s’y sentent protégés, mis à l’abri par quelques habitants qui auront le courage de les aider, leur permettant de fuir le danger, de s’esquiver quand il le faudra, alors que la terreur s’abat. Et la jeune veuve se dépense pour sa famille. Presque tous seront sauvés. Le petit Alain Jomy est l’un d’eux.

Avis : 

Sur les pas de sa famille en juin 1940, Alain Jomy nous entraîne en plein exode: les Frydenzon quittent Paris pour se mettre à l'abri. Nous faisons connaissance de quelques-uns des nombreux personnages de ce récit: Ola, sa tante et son mari Mathieu, ensuite sa mère Fela et sa grand-mère Helena.

Le voyage est difficile, erratique et le petit groupe se retrouve finalement en Corrèze, à Curemonte, en compagnie d'autres réfugiés.  L'accueil s'organise, mélange d'improvisation et de générosité et les jours passent, hors du temps.

Après quelques jours, Mathieu se plaint de douleurs au ventre et décède rapidement; les femmes se retrouvent seules : elles continueront leur périple, vers Nice et le reste de la famille, laissant Ola au village, toute à son envie de solitude et de calme.

Voilà le début d'années de secrets et de craintes, une période que l'auteur nous relate dans un texte dense, fourmillant de personnages plus ou moins proches de la famille, de petits miracles ou de malencontreux hasards,de mains tendues, de héros dignes et silencieux...  Un mélange de détails du quotidien, de souvenirs familiaux et de réflexions personnelles: une lecture riche, très intéressante. 


Les propos de l'auteur s'étendent bien après la guerre, accompagnant fidèlement la vie d'Ola et de ses proches; son enfance y figure en bonne place, lui qui est né au milieu de cette période sombre.  A travers cette fresque minutieuse, il réalise un travail de mémoire époustouflant et donne une dimension profondément humaine et touchante à cette famille juive ballottée à travers l'Europe, au gré de l'Histoire et de ses drames. 


tous les livres sur Babelio.com

Commentaires

Jérôme a dit…
Une jolie découverte on dirait. Et un éditeur que j'apprécie beaucoup !

Posts les plus consultés de ce blog

Les cousins Karlsson : vikings et vampires de Katarina Mazetti

L’Île au manoir d'Estelle Faye