L'ange de Marchmont Hall de Lucinda Riley

Le résumé de l'éditeur :

Trente ans ont passé depuis que Greta a quitté Marchmont Hall, une magnifique demeure nichée dans les collines du Monmouthshire. Lorsqu'elle y retourne pour Noël, sur l'invitation de son vieil ami David Marchmont, elle n'a aucun souvenir de la maison – le résultat de l'accident tragique qui a effacé de sa mémoire plus de vingt ans de sa vie.

Mais durant une promenade dans le parc enneigé, elle trébuche sur une tombe. L'inscription érodée lui indique qu'un petit garçon est enterré là. Cette découverte bouleversante allume une lumière dans les souvenirs de Greta, et va entraîner des réminiscences.

Avec l'aide de David, elle commence à reconstruire non seulement sa propre histoire, mais aussi celle de sa fille, Cheska…

Avis 

Noël approche et Greta s'apprête à fêter Noël à Marchmont Hall auprès de son ami David et de sa famille.  Un accident l'ayant rendu amnésique, Greta a toujours vécu seule, un peu en marge du monde et de son effervescence. 

David l'a toujours protégée et espère lui rappeler son passé en la ramenant à Marchmont Hall où, alors toute jeune fille, elle s'était réfugiée pour cacher sa grossesse, enceinte d'un GI rentré au pays.

S'appuyant sur les souvenirs qui reviennent peu à peu à Greta et les récits de ses amis, Lucinda Riley trace une saga familiale dense et animée : à travers Greta, Cheska sa fille et Ava sa petite fille, l'auteur remonte le temps depuis les débuts dénudés de Greta sur les planches d'un théâtre de Londres.


Centré sur les secrets de famille et le poids du passé, le récit est très prenant, servi par la plume efficace de l'auteur et des personnages précisément étudiés ; un petit bémol: des drames tellement nombreux qu'ils peuvent paraître invraisemblables.  Dans l'ensemble, une lecture agréable sans être inoubliable.




The British Mysteries Month, un challenge organisé par Lou

Commentaires

Anonyme a dit…
La couverture me faisait bien envie. Mais il me semble que cela ne soit pas un impératif...
Biz
FondantGrignote a dit…
je me souviens que je ne pouvais pas lâcher ce roman ! et les rebondissements dramatiques ne m'ont pas freinée, au contraire : comme un bon feuilleton :-)
Lewerentz S a dit…
Le pitch me faisait très envie, j'ai failli l'acheter mais la longueur m'a retenue. Avec ce genre de roman, je me méfie encore plus. Peut-être en anglais l'hiver prochain.

Posts les plus consultés de ce blog

Les cousins Karlsson : vikings et vampires de Katarina Mazetti

La pyramide oubliée de Christos et Amélie Callot