"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

samedi 30 avril 2011

Toxic Blues de Ken Bruen



Présentation de l'éditeur :

Jack Taylor, l'ancien flic de Galway reconverti en privé dans un pays qui ne supporte pas cette profession, revient dans sa ville natale. A peine a-t-il le temps de retrouver ses marques, les dealers divers et les pubs gorgés de soiffards qu'il croise un chef tinker. Ces gens du voyage, sans être tsiganes, passent leur vie sur les routes d'Irlande. Tout le monde s'en méfie. Peu de gens les aident. Des jeunes hommes du clan, depuis quelques semaines, sont pourtant mutilés et tués sans que la police ne bouge. Quatre au total. Taylor, marginal à sa façon, le nez dans la poudre et la Guinness, accepte le marché. Nourri et logé en échange de son travail, il va, très loin des bars branchés du centre-ville, partir bille en tête affronter le chaos.


Avis :

C’est avec Toxic blues que j’ai rencontré l’œuvre de Ken Bruen, auteur de romans policiers noirs : Jack Taylor est un héros fatigué, ex-flic reconverti en privé, alcoolique et accro à la drogue, un peu perdu dans la vie…

Il s’agit du deuxième volet de ses aventures qui ont débuté avec Delirium Tremens, Toxic blues marque son retour à Galway après un exil londonien. Ce retour est marqué par la tournée des pubs, à la recherche de repères. C’est également dans ces pubs que Taylor, à peine rentré au pays, sera chargé d’une mission : découvrir l’assassin de tinkers. Vont alors s’enchaîner les rencontres toujours musclées avec d’anciens collègues ou avec des malfrats, des errances dans Galway entre boisson et coke, des journées de « récupération d’après dérouillées » consacrées à la lecture et à la musique… L’enquête proprement dite passe alors au second plan et le récit est plus axé vers ce héros atypique et vers la ville qui l’entoure.

L’univers de Ken Bruen est fait de noirceur et de crasse, Jack Taylor est à la recherche de lui-même et d’une seconde naissance qui semble bien compromise... Le style est rapide, corrosif, l’auteur manie avec brio cynisme et humour et signe ici un excellent roman noir.



Ce livre est ma sixième lecture pour le challenge Un régime avant l’été organisé par Leiloona : 6/19

The Spring Livr@Book 2011 : le colis de Cassooo




J'ai participé il y a quelques semaines au The Spring Livr@Book 2011 organisé par Tiboux. Au programme : un livre et un marque-page, à envoyer dans une enveloppe.


Ma swappée était Sookies et voici le colis que j'ai reçu de sa part : un exemplaire d'Alex Rider (chic, je peux continuer ma série), un superbe marque-page et une carte me présentant sa ville. Un très joli colis ! Un grand merci à Sookies et merci à Tiboux pour l'organisation de ce swap !

samedi 23 avril 2011

L'agenda d'Hélène Montardre



Présentation de l'éditeur :

L'agenda était épais. J'ai regardé autour de moi, j'étais seul. Je l'ai ouvert au hasard. Waoouuhh ! Son ou sa propriétaire avait ajouté plein de trucs. Des messages à l'encre rose, violette, jaune fluo. Des cœurs, des photos, une guirlande, des étiquettes ornées de motifs colorés... C'est sûr, il était à une fille ! Mais qui ? J'ai fourré l'agenda dans mon sac.

Avis :

L’agenda d’Hélène Montardre est un petit roman jeunesse déroutant. Cette histoire débute comme un récit pour ados, mêlant enquête et sentiments : Jérémie tue le temps au CDI et y trouve un agenda vert. Il l’ouvre pour découvrir à qui il appartient et tombe sous le charme… Intrigué par le contenu et par sa mystérieuse propriétaire, le jeune garçon mène l’enquête pour découvrir à qui il appartient. Bien entendu, lorsqu’il parvient à identifier l’inconnue, les événements ne s’enchaînent pas exactement comme il l'avait espéré…

Les premières pages laissent donc présager une bluette dans le décor du collège. Pourtant, vers la fin de l’ouvrage, renversement de situation… Le sujet n’est pas vraiment celui que l’on escomptait et le lecteur se découvre magistralement bluffé par l'auteur. De léger, le thème se fait plus grave et la conclusion est assez binattendue…

Hélène Montardre nous offre ici un ouvrage très agréable à lire, fort bien construit et également très travaillé dans la typographie et dans la mise en pages. Le parallèle avec l’agenda est flagrant, un attrait supplémentaire pour ce roman jeunesse à conseiller sans restriction !



Ce livre est ma cinquième lecture pour le challenge Un régime avant l’été organisé par Leiloona : 5/19

Le coeur régulier d'Olivier Adam



Résumé de l'éditeur :

« Vu de loin on ne voit rien », disait souvent Nathan. Depuis la mort de ce frère tant aimé, Sarah se sent de plus en plus étrangère à sa vie, jusque-là « si parfaite ». Le coeur en cavale, elle s’enfuit au Japon et se réfugie dans un petit village au pied des falaises.

Nathan prétendait avoir trouvé la paix là-bas, auprès d’un certain Natsume. En revisitant les lieux d’élection de ce frère disparu, Sarah a l’espoir de se rapprocher, une dernière fois, de lui. Mais c’est sa propre histoire qu’elle va redécouvrir, à ses risques et périls.


Grâce à une écriture qui fait toute la place à la sensation, à l’impression, au paysage aussi bien intérieur qu’extérieur, Olivier Adam décrit les plus infimes mouvements du coeur et pose les grandes questions qui dérangent.


Avis :

« Le cœur régulier » est le roman de Sarah : à la mort de son frère Nathan, l’univers de Sarah s’effondre et elle se couler, oubliant enfants, mari, boulot… Dans sa chute, elle s’embarque pour le Japon et ses falaises, y cherchant des traces du passage de Nathan. Au cours de ce séjour, elle rencontre une belle galerie de personnages inoubliables, tels que la jeune Hiromi à la fois écolière et oiseau de nuit ou Natsume, ce policier à la retraite qui recueille les candidats au suicide et les aide à se reconstruire.

Le tableau que brosse Olivier Adam du Japon est, semblable aux falaises qu’il nous décrit, sombre, brumeux, rugueux, battu par le vent. Pour tant, de temps à autre, la lumière surgit et parvient à percer les nuages…

A nouveau, je suis tombée sous le charme de la plume d’Olivier Adam et de son écriture minutieuse et ciselée. Cette fois encore, les personnages sont des héros ordinaires, de ceux que l’on croise chaque jour sans y prêter attention. La vie de Sarah, si parfaite, si étouffante pourrait être la nôtre ! C’est cette proximité, cette similitude de notre quotidien qui remplit ce texte de sentiments et donne à cet ouvrage toute sa force. Une lecture envoûtante et riche d’émotions !


Ce livre est ma quatrième lecture pour le challenge Un régime avant l’été organisé par Leiloona : 4/19

Démons de Royce Buckingham



La note de l'éditeur :

Gardien de démons, c'est pas un métier facile!

Nat est devenu gardien de démons depuis que son mentor a disparu. Heureusement, la plupart de ces créatures gaffeuses sont relativement inoffensives. Enfin... à l'exception de la Bête enfermée dans la cave.

Et puis Nat a des instructions claires. Par exemple: un Gardien ne doit pas avoir de petite amie. Mais quand Sandy lui propose un rencard au centre commercial, Nat oublie ses bonnes résolutions et tout part en vrille: la maison est cambriolée et la Bête s'échappe...

Démons est un remède à la mauvaise humeur, drôle et délirant comme un film Pixar.

Un roman idéal pour ceux que la lecture rebute: des rebondissements, des situations comiques et des démons qu'on voudrait presque avoir comme animaux de compagnie.

Avis :

Une fois encore, c’est dans la bibliothèque de mes ados que j’ai choisi ma lecture : embarquement pour une aventure jeunesse trépidante ! C’est sur base des critiques positives que j’ai choisi ce livre au moment des fêtes pour l’offrir. J’ai pourtant mis quelques mois avant de l’ouvrir ; le challenge de Leiloona m’ayant permis de faire un peu de ménage dans ma PAL !

Face à ses pensionnaires, abandonné par son mentor, Nat, le gardien de dragons, semble plutôt inexpérimenté et franchement dépassé. Chacune de ses entreprises semble vouée à l’échec et son apprentissage paraît inachevé. Pourtant il doit affronter seul les démons qui lui ont été confiés et éviter qu’ils ne sèment la pagaille en ville ou ne dévorent tous les habitants...

Les personnages de cette histoire, démons ou humains, sont assez sympathiques. Les démons semblent plus maladroits et dissipés que volontairement méchants, on les imagine bien en personnages en peluche. J’ai même eu du mal à prendre réellement les méchants au sérieux, tant ils sont caricaturaux. Du côté des héros, le jeune Nat est assez gauche et dépourvu de ressources face à sa tâche. Néanmoins, au fil du récit, son personnage gagne en épaisseur et en aplomb pour devenir un gardien à part entière.

Annoncé comme un ouvrage destiné à ceux que la lecture rebute, Démons tient ses promesses : il s’agit d’un livre court, facile et agréable à lire. L’auteur y alterne des scènes drôles et des scènes plus effrayantes, tout en adaptant son texte au jeune public. En intégrant Sandy dans le récit, il ajoute également un volet « sentiments » bienvenu.

En conclusion, tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce roman une lecture jeunesse plutôt agréable !


Ce livre est ma troisième lecture pour le challenge Un régime avant l’été organisé par Leiloona : 3/19

jeudi 21 avril 2011

The Spring Livr@Book 2011





Il y a peu Tiboux a mis sur pied un swap dont le principe était l'envoi d'un livre et d'un marque page, voire plus, la consigne étant que le tout rentre dans une enveloppe. Le sort m'a désigné Mathilde comme swappée et après quelques échanges bien agréables, nous avons décidé de synchroniser nos envois.

Mon enveloppe est arrivée en début de semaine, son contenu en images :



  • une série de marque-pages, Mathilde connaissant mon addiction... A noter un marque-page signé de Sybile, dont ma swappeuse apprécie tout particulièrement le travail.

  • une carte présentant le village de Mathilde. Aah, la mer...


  • deux livres tirés de ma PAL, que j'avais très envie de lire. Bal de givre à New York de Fabrice Colin et Ne t'inquiète pas pour moi d'Alice Kuipers, deux coups de coeur de Mathilde.


  • une présentation d'une très chouette bande dessinée, le Royaume.






























Mathilde m'a bien gâtée, j'ai beaucoup aimé son colis et tous ses petits mots, un véritable moment de partage et de découverte. Un grand merci pour ce beau colis et une petite pensée pour Tiboux et son organisation.

Les héritiers d'Enkidiev : Renaissance (tome 1) d'Anne Robillard


Lecture en partenariat avec Livraddict et les éditions Michel Lafon que je remercie pour cette lecture passionnante.


La note de l'éditeur :

Les Chevaliers d’Émeraude ont vaincu l’Empereur Noir et ses guerriers insectes. Quinze ans plus tard, les héritiers d’Enkidiev partent à la conquête des Territoires Inconnus. Mais que trouveront-ils au-delà des montagnes volcaniques ?

TOME 1 : RENAISSANCE

Depuis la défaite de l’Empereur Noir. Pour la première fois, Enkidiev connaît la paix. Les Chevaliers d’Émeraude ayant survécu aux combats doivent oublier leur passé douloureux et donner un autre sens à leur existence…

Pourtant, une ombre plane sur la confrérie : le roi Onyx est en danger. Le venin de sa blessure de guerre le tue à petit feu. Même s’il s’accroche désespérément à la vie, il lui reste peu de temps.

N’écoutant que leur courage et leur loyauté, les Chevaliers se réunissent une nouvelle fois. Seule une fleur poussant dans les Territoires Inconnus pourrait sauver Onyx. Mais que leur réserve ce nouveau monde ?

Avis :

Grande fan des Chevaliers d’Emeraude, je n’ai pas hésité à l’annonce de ce partenariat. A la réception de ce premier tome des héritiers d’Enkidiev, j’étais donc à la fois enchantée et plutôt curieuse de voir ce qu’Anne Robillard nous avait concocté comme suite ...

Je dois bien le dire, le premier chapitre a un peu refroidi mon enthousiasme : l’auteur entreprend de situer chacun des chevaliers, son couple, sa terre d’accueil et au nombre des chevaliers qui se sont retrouvés sous la bannière d’Émeraude, ce travail met le lecteur face à de nombreuses énumérations qui ne sont pas vraiment des plus agréables à lire…

Néanmoins, dès le chapitre suivant, l’histoire se met en place et Anne Robillard nous plonge à nouveau avec bonheur dans le monde fantastique d’Enkidiev. Ce tome est ce que j’appellerais un tome de transition, il met en place les différents éléments et personnages qui interviendront dans cette deuxième saga. Il s’agit donc d’une succession d’histoires particulières : chacun des chevaliers, face à la dissolution de l’Ordre en temps de paix, se reconstruit une nouvelle vie et se choisit qui une compagne, qui un métier… Le temps passe et les familles s’agrandissent, apportant de nouvelles individualités très prometteuses. Onyx reste au centre du récit et sa blessure sert d’élément catalyseur puisque les Chevaliers doivent reformer leurs rangs et partir à la recherche d’un chardon rare.

Ayant fortement apprécié la première saga, je n’ai eu aucun souci à tomber à nouveau sous le charme de la plume d’Anne Robillard et de ses personnages. L’histoire est originale, différente des premières aventures des Chevaliers ; de nouveaux héros apparaissent ; des événements surviennent et annoncent, sans l’ombre d’un doute, de nouveaux récits tout aussi captivants… L’annonce d’une saga passionnante ! Un grand merci à Livraddict et aux éditions Michel Lafon pour cette découverte du nouveau visage d’Enkidiev.




Ce livre est ma deuxième lecture pour le challenge Un régime avant l’été organisé par Leiloona : 2/19

dimanche 17 avril 2011

La maison aux souvenirs de Nora Roberts



Présentation de l'éditeur :

Cilla McGowan fait partie d'une lignée d'actrices aussi célèbres que malheureuses. Pour échapper à cette fatalité, la jeune femme s'est reconvertie et rachète désormais des maisons qu'elle restaure. Cette fois, il s'agit de la demeure campagnarde de sa grand-mère Janet, qui s'est suicidée de désespoir trente ans plus tôt. Entre les travaux à effectuer, les souvenirs lancinants et la rencontre de son séduisant voisin, ce séjour va se révéler moins calme que prévu. D'autant qu'un mystérieux vandale saccage la maison et que Cilla reçoit des menaces de mort. Y aurait-il un lien avec les vieilles lettres qu'elle a retrouvées au grenier et qui semblent jeter le doute sur la mort de sa grand-mère ?

Avis :

C’est grâce à Tristhenya, qui m’a offert ce livre lors du swap Thé, chocolat et autres addictions du lecteur, que j’ai fait connaissance avec Nora Roberts et en l’occurrence son héroïne, Cilla McGowan.

Mêlant intrigue policière, romance et souvenirs de famille, Nora Roberts nous propose de suivre Cilla, une jeune actrice désireuse de changer de vie et qui entreprend de transformer la maison de sa grand’mère afin de s’y installer. Assez vite, elle découvrira que ces transformations ne font pas plaisir à tout le monde et que pour certains, elle n’est pas la bienvenue.

Si l’ensemble est assez prenant et plutôt agréable à parcourir, j’ai néanmoins regretté que le volet sur l’histoire de Janet Hardy, la grand’mère de Cilla, ne soit pas plus étoffé. Le centre du roman est l’histoire d’amour que vit Cilla avec son beau voisin, Ford, autre célébrité dans son domaine, les romans graphiques et mes goûts personnels étant davantage orientés vers le volet policier ou historique, ce sont ces derniers que j’ai trouvés intéressants et que j’aurais préféré voir développés dans le roman. Les romans dits à l’eau de rose ne sont décidément pas mon genre de prédilection …

Autre bémol : il est assez facile de deviner qui est derrière toute cette machination, ce qui a d’autant diminué pour moi le suspense de ce livre et son intérêt à mes yeux. Néanmoins, le style de l’auteur est agréable et efficace ; difficile de refermer ce livre sans en connaître la conclusion …

En résumé : un avis mitigé pour ce roman plutôt plaisant et un grand merci à Tristhenya pour cette lecture douceur.


Ce livre est ma première lecture pour le challenge Un régime avant l’été organisé par Leiloona : 1/19

La radio des blogueurs : session freestyle



Pour cette nouvelle session de la Radio des blogueurs de Leiloona, pas vraiment de consigne, juste une envie de chansons douces...



Voici donc mon choix : une chanson de ma jeunesse, remise au goût du jour par le groupe Suarez.


Un peu de nostalgie avec de beaux souvenirs de vacances ...





Mon premier choix n'étant pas disponible sur Deezer, voici une autre proposition, toujours sur le mode douceur !

The sound of Silence par Simon & Garfunkel



jeudi 14 avril 2011

If you wish upon a star... 2




Mamzel Bonbon fête son anniversaire et propose un concours : elle crée des porte-clés, des boucles d'oreilles et vous propose de gagner une de ses sympathiques créations !
Pour faire votre choix, un petit tour sur sa boutique ALM ou sur son FB. Tirage le 22 avril.





Ary'Créations fête son troisième anniversaire avec un concours, ouvert jusqu'au 11 mai.













Le premier anniversaire du blog de Maman Poule approche et elle vous invite à le fêter en sa compagnie avec un concours.

Pour tout savoir sur le concours ou sur ses superbes créations, c'est par ici, tirage au sort le 20 avril.




Lin Kelsch et Croix fête Pâques en mettant en jeu un joli pochon Poulette, brodé.
Pour jouer ou admirer son superbe travail, c'est par ici !

Un régime avant l'été !



Débordant d'initiatives plus heureuses les unes que les autres (Souvenez-vous de sa Radio des blogueurs), Leiloona nous propose cette fois un challenge bien intéressant : un peu de diète pour notre PAL urgente.

Parfait pour moi, j'envisageais déjà l'achat d'une seconde boîte à livres ! Son idée me semble bien plus salutaire, d'autant que je suis en vacances actuellement !



Envie de nous rejoindre ? Son billet est ici !

Voic donc mon objectif, 19 livres de ma PAL d'urgence :

L'agenda de Hélène Montardre
La maison aux souvenirs de Nora Roberts
Les Héritiers d'Enkidiev d'Anne Robillard
Le coeur régulier d'Olivier Adam
L'homme tordu de Guillaume Hintzy
Les cahiers de Justo Garcia d'Andrés Trapiello
Le Royaume d'Outrebrume, Tome 1 : Oursin des Etoiles de MI McAllister
Ne me tente pas de Loretta Chase
Le rire du Cyclope de Bernard Werber
La révélation de Noël d'Anne Perry
Seule Venise de Claudie Gallay
Démons de Royce Buckingham
Echecs et but de Axl Cendres
Les ailes du Sphinx de Andrea Camilleri
Toxic blues de Ken Bruen
Un flingue et du chocolat d'Otsuichi
Les visages de Jesse Kellerman
La Mécanique du Coeur de Mathias Malzieu
L'ombre de Sethos d'Elizabeth Peters

lundi 11 avril 2011

Swap gourmandises : on déballe !

Outre la lecture, la cuisine est une de mes passions. Aussi, lorsque j'ai découvert sur le blog de Sofy l'annonce d'un swap gourmandises chez Anne aux fourneaux, la gourmande que je suis a fondu comme un carré de chocolat en bouche et a filé s'y inscrire sur le champ ! Le contenu du colis était le suivant :un ou deux livres de cuisine, une gourmandise maison, une gourmandise achetée, éventuellement régionale, un petit carnet personnalisé pour écrire des recettes et un objet en rapport avec la cuisine. Vous comprendrez aisément pourquoi je n'ai pas résisté...


Le hasard m'a désigné Sofy comme swappée et j'ai donc pu m'amuser à lui préparer un colis gourmand. Pour ma part, mon colis a été concocté par Estelle et voici son contenu. Attention : âmes affamées, s'abstenir !












  • Deux livres de cuisine, l'un consacré aux épices, l'autre aux cupcakes. J'ai déjà fait du répérage et relevé de belles recettes !


  • Un superbe cahier de recettes que je vais étrenner bien vite, le mien étant en lambeaux...


  • Deux sucres aromatisés par les bons soins d'Estelle,


  • Des bâtonnets de vanille,


  • Des caramels anglais, déja testés...


  • Du thé,


  • Le nécessaire pour la pâtisserie : des moules à cupcakes et une poche à douilles,


  • Un très joli calepin,


  • De superbes maniques,


  • Une belle bougie, pile dans les tons de ma cuisine.














En conclusion, ce n'est pas ce colis qui arrangera mon cas... mais je décerne à Estelle, dont c'était le premier swap, une mention "Excellent" . Je la remercie donc chaleureusement, ainsi qu'Anne pour l'organisation de ce swap !





Souvenirs de l'Année Terrible de Georges le Tervanick

Lecture en partenariat avec Blog-o-Book et les éditions Ramsay, un grand merci !

Résumé de l'éditeur :

En décembre 1908, Jules Garçon, jeune écrivain originaire de Saint-Pol-sur-Ternoise, dans le Pas-de-Calais, termine, sous le pseudonyme de Georges le'I'ervanick, la transcription des souvenirs de Dominique Thelliez relatifs à son engagement dans la guerre franco-prussienne de 1870.

Car il faut dire que son enfance, comme tant d'autres, a été bercée par les récits de cette guerre et, sans doute, par nombre de couplets revanchards ayant pour thème l'Alsace et la Lorraine. Jules Garçon entend donc témoigner à la fois des souffrances et du désarroi de toute une génération, celle de ses grands-parents, et de la modeste grandeur de deux hommes : Dominique Thelliez, " un vieux, brave troupier ", et Léopold Foulon, son propre grand-oncle, " mobile " du Pas-de-Calais. Deux " obscurs ", acteurs à peine, niais témoins actifs, attristés souvent, souvent malicieux, discrètement critiques, de cette campagne lamentable où les humbles, servirent de pions dans le jeu de dirigeants politiques et militaires d'une confondante incompétence.

A travers la parole de Dominique Thelliez, recueillie et rapportée directement, et la correspondance de Léopold Foulon avec sa soeur et son beau-frère, la rancœur contre le Prussien fourbe et cruel se dévoile sans fard. Jules Garçon et ses témoins se font souvent l'écho des lieux communs, des préjugés de leur temps, de leur milieu provincial et rural. Et lorsque l'horreur s'exprime librement au spectacle d'un passage par les armes, il s'agit d'une réaction purement humaine, compassionnelle, exempte de toute analyse politique.

Conservé depuis un siècle par les descendants de Jules Garçon, ce cahier, illustré et relié de sa main, était demeuré inédit.

Avis :

Dans « Souvenirs de l’année terrible », Jules Garçon, sous le pseudonyme de Georges le Tervanick, donne la parole à deux soldats anonymes et offre ainsi au lecteur leur vision de la guerre franco-prussienne de 1870, en quelque sorte une vue de l’intérieur.

La première partie de l’ouvrage nous livre le récit de Dominique Thelliez, « un vieux, brave troupier » et la deuxième nous présente la correspondance de Léopold Foulon, un mobile. Le texte de Dominique Thelliez reprend sa vision de cette guerre et de sa captivité qui suivit ; le ton en est simple, posé en toute circonstance.

La correspondance de Léopold Foulon est un pêle-mêle de lettres envoyées à la famille, aux connaissances ; d’autres aspects de la guerre, peut-être plus triviaux, y sont présentés, l’auteur y évoque des courriers égarés, des souvenirs à envoyer aux enfants, … Dénominateur commun aux deux textes, le pénible du quotidien : le logement, l’habillement, la nourriture, l’inutilité des manœuvres ou des actions menées, …

Si le sujet n’est pas des plus réjouissants, la lecture est intéressante, les textes sont agréables à lire, quelques dessins de la main de l’auteur viennent égayer l’ouvrage, … Au final, un livre que j’ai pris plaisir à parcourir et pour lequel je remercie Blog-o-Book et les éditions Ramsay, .

samedi 9 avril 2011

Le voyage de Sparte de Maurice Barrès

Lecture en partenariat grâce à Blog-o-Book et à François Bourin Editeur, un grand merci pour cette découverte.

La note de l'éditeur :

Le voyage en Grèce, au tournant du XIXe siècle, est une figure obligée dans un parcours de lettré : un écrivain digne de ce nom doit aller se dorer au soleil de l'Attique et faire son pèlerinage aux sources de la civilisation classique. Aussi est-ce avec le sentiment d'accomplir son devoir que Maurice Barrès débarque à Athènes en avril 1900. Le voyage de Sparte est le fruit littéraire de ce périple. Il se présente comme une balade initiatique, une odyssée éperonnée par une quête : celle de l'âme grecque. L'écrivain la cherche à Athènes, mais la beauté froide et morte de l'Acropole le laisse insensible. Après une errance dans le Péloponnèse, c'est à Sparte, entre les montagnes du Taygète et le fleuve Eurotas, dans cette plaine riante où souffle l'esprit, qu'elle se révèle enfin à lui. Ce texte, qui permet de mieux comprendre l'ascendant que ce styliste hors pair exerça sur toute une génération en quête de ferveurs extrêmes, mérite aujourd'hui de retrouver sa place dans les bibliothèques et les esprits.

Avis :

A l’annonce de ce partenariat, c’est la perspective du voyage en Grèce qui m’a motivée à poser ma candidature. L’envie de me replonger dans mes années de jeunesse et dans mes études de brillante helléniste, comme s’amusait à l’époque à nous surnommer notre professeur de grec…

A la réception du livre, le voyage commence bien : l’ouvrage est de belle présentation, jaquette crème, soulignée de rouge et de noir, illustration. J’apprécie également la mise en page et les lettrines qui renforcent la beauté des pages.

Entamée sous les meilleurs auspices, ce voyage fut pourtant plutôt ardu et laborieux. J’ai, en effet beaucoup peiné en route. Si les paysages et les lieux évoqués invitent plutôt au rêve et à l’évasion, le lecteur est freiné dans son envol par le style de l’auteur que j’ai trouvé ampoulé, démodé, ciselé à l’extrême, truffés de références qui me restaient hélas étrangères…

Je dois pourtant le reconnaître, j’ai apprécié me retrouver sur des lieux évoqués dans mes études classiques, comme « Mycènes à la suite d’Iphigénie ». Si ce livre n’a pas réussi à me transporter en Grèce à la suite de l’auteur, il m’a néanmoins, par son décor, ses références mythologiques ou historiques, donné l’envie d’ouvrir d’autres ouvrages et de me replonger dans la culture hellénique. Un bon point finalement, un grand merci à Blog-o-Book et à François Bourin Editeur pour cette lecture !

vendredi 8 avril 2011

Swap Bad Boys : mon colis waouh !

Lorsque j'ai lu que Praline et Arsène organisaient un swap Bad Boys, je me suis dit pourquoi pas ? Je me suis donc inscrite auprès des charmantes organisatrices et après quelques semaines très inspirées à concocter le colis d'Arsène, le moment est donc venu de vous dévoiler le colis qui m'a été envoyé par Praline.


A première vue, une grosse boîte aux paquets nombreux et divers, notamment de fascinants emballages des Galeries Lafayette et une très jolie carte pleine de promesses!





Après le déballage, le contenu est toujours autant séduisant.


Du côté des livres, garantis bad boys :


Me voilà sous le charme du magnifique colis de Praline et de ses bad boys, il me reste à la remercier pour son envoi et pour l'organisation de ce swap séduisant, ainsi qu'Arsène !

jeudi 7 avril 2011

L'épreuve de l'Ange d'Anne Rice

Lecture en partenariat avec Livraddict et les éditions Michel Lafon que je remercie pour cette découverte.

La note de l'éditeur :

« J'ai rêvé d'anges. Je les contemplais, les entendais dans l'étendue galactique de la nuit. Je sentais l'amour dont ils m'entouraient. Je sentais aussi une sorte de tristesse me dévaster, m'emportant vers ces voix célestes qui chantaient pour moi ».

Rome, XVIe siècle.
La Ville éternelle, la ville de Michel-Ange, de Raphaël. Mais aussi la ville où est née l'Inquisition, où s'affrontent les Médicis et les papes avides de pouvoir... C'est là qu'est propulsé Toby O'Dare, ancien tueur à gages. Son ange gardien, Malchiah, lui propose diverses missions qui lui permettront de racheter ses crimes. Cette fois-ci, Toby doit enquêter sur un médecin juif accusé d'empoisonnement et de sorcellerie.
Saura-t-il vaincre les terribles rumeurs et sauver ce jeune noble qu'on soupçonne d'être maudit ?

Anne Rice est l'auteur du cultissime Entretien avec un vampire, adapté au cinéma avec Tom Cruise, Brad Pitt et Kirsten Dunst.
Elle poursuit ici sa trilogie consacrée aux anges, leur univers, leurs pouvoirs et les relations étranges qu'ils entretiennent avec les êtres humains.

Avis :

J’avais offert récemment L’heure de l’Ange à ma fille et j’ai donc sauté sur l’occasion donnée par ce partenariat ; j’ai ainsi pu découvrir Toby O’Dare et son univers plutôt sombre.

Ce deuxième volume s’ouvre pourtant sur une page plus réjouissante : Toby accueille sa famille dans son refuge de Mission Inn. L’ancien tueur à gages est en effet père d’un jeune garçon, né d’un amour de jeunesse. Célébrant ces retrouvailles, Toby n’a pourtant pas le temps de profiter réellement de cette nouvelle vie car il est envoyé par Malchiah en mission dans la Rome du XVIe siècle, chargé d’aider une famille juive injustement accusée d’empoisonnement. Cette fois, c’est en joueur de luth qu’il devra affronter le crime, l’injustice et la tentation…

Sans même rentrer dans le texte, L’épreuve de l’Ange est un bel ouvrage : design épuré mais marquant pour la couverture, ailes qui émaillent le récit à chaque début de chapitre. J’étais sous le charme avant même d’avoir lu la première ligne. Le style d’Anne Rice est joliment ciselé, élégant, tout en restant facile à lire. Le dépaysement est total, j’ai beaucoup apprécié mon voyage en Italie, à la Renaissance, j’ai pris plaisir à y suivre les aventures de Toby : ses remords, ses doutes, ses tentations, … J’ai parfois été rebutée par le calme plat et les longueurs présentes dans certains passages. Néanmoins, l’ensemble est très agréable à lire et la fin entretient assurément le suspense du troisième volume. Difficile de ne pas lire la fin de cette trilogie après une telle question !

Au final, une lecture plutôt agréable pour laquelle je remercie vivement Livraddict et les éditions Michel Lafon.

lundi 4 avril 2011

La cité bleue d'Icaria (Les agents de M.Socrate - tome 2) d'Arthur Slade



Résumé de l'éditeur :

Modifier son apparence, voler des documents confidentiels à des espions français: une journée de travail comme les autres pour Modo, agent secret anglais âgé de quatorze ans. Pourtant, sa dernière mission – percer le mystère d'un objet sous-marin appelé Ictinéo – semble un peu compliquée. On murmure qu'il s'agit d'un monstre marin, d'un poisson plus grand qu'un navire. Les espions français sont sur le coup, et M.Socrate, le maître de Modo, entend bien frapper avant eux.



Avis :

C’est grâce à un partenariat organisé par Livraddict et les Editions du Masque que j’ai fait la connaissance des héros d’Arthur Slade. J’ai malheureusement eu l’impression de prendre le train en marche : en effet, j’ai souhaité lire le premier tome des Agents de M.Socrate avant d’entamer le second volume mais il n’était disponible ni en bibliothèque, ni chez mon libraire. J’aurais aimé en savoir davantage sur le passé de Modo et ses curieuses facultés ; en outre, Octavia et Modo ont déjà vécu certaines aventures ensemble et j’ai un peu regretté de ne pas les avoir lues. Nul doute que je me procure ce premier tome assez rapidement.

J’ai néanmoins pris grand plaisir à suivre les péripéties de Modo et d’Octavia lancés à la recherche d’un agent dont M. Socrate est brusquement sans nouvelles. Forcés à traverser l’Atlantique pour les besoins de l’enquête, nos jeunes héros seront entraînés, sans le savoir, bien plus loin, bien plus profond devrais-je dire qu’ils ne l’auraient pensé, dans de captivantes aventures sous-marines. Tombé à la mer, Modo se retrouve à bord d’un mystérieux submersible et y rencontre une jeune espionne française, un peuple énigmatique, une intrigante cite sous-marine, ... Pour son plus grand malheur, il croise également la route de la Confrérie de l’horloge et de la cruelle Melle Hakkendottir. Ses sbires, et en particulier, un agent qui n'a rien à envier à Modo, lui donneront bien du fil à retordre.

Ce roman d’espionnage et d’aventures dans l’Angleterre victorienne m’a réjouie : j’ai suivi avec bonheur les tribulations tant physiques que sentimentales de Modo, le jeune espion polymorphe. Dans les missions qui lui sont confiées, dans son quotidien ou dans ses rencontres avec ses charmantes collègues, le jeune homme est à la recherche de sa voie, devant composer avec la monstruosité de son apparence.

Tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette histoire un roman captivant : histoire passionnante, nombreux rebondissements, suspense implacable, personnages admirablement esquissés, comme ce capitaine Monturiol, pétrie d’idéalisme et de sens du devoir, … Et Arthur Slade y réussit très bien, en intégrant à son récit des éléments de la littérature classique qui corsent davantage l’énigme et donnent au récit une touche de mystère supplémentaire. J’ai pour ma part beaucoup apprécié ces références à l’Espagne et cette utopique cité sous-marine qui me semble tout droit sortie d’un album de Spirou. Au final, une découverte très intéressante pour laquelle je remercie Livraddict et les Editions du Masque et dont j'attendrai avec impatience le troisième volume ! Etant attendu que j'aurai, d'ici là, lu les premières aventures de Modo !