"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mardi 25 janvier 2011

Ultime confession d'Helen Fitzgerald



Quatrième de couverture :

Krissie McDonald vient juste de prendre ses fonctions d’assistante sociale en milieu carcéral.

Son premier dossier concerne un détenu en préventive : Jeremy Bagshaw. Séduisant, sympathique et issu d’un milieu bourgeois, il détonne dans cette prison pleine de mauvais garçons tatoués, brutaux et souvent drogués. Il est soupçonné d’avoir tué une certaine Bridget McGivern et endure un véritable calvaire dans la prison, sans cesse battu et humilié par ses codétenus.

Bouleversée par sa situation, persuadée qu’il s’agit d’une erreur judiciaire, Krissie décide de prouver l’innocence de Jeremy. Son obsession pour cette affaire rejaillit sur sa vie privée et Chas, son petit ami, la quitte.

Krissie s’entête sans se rendre compte qu’elle fouille dans un passé que beaucoup ont intérêt à garder secret. Et l’un d’eux est prêt à tout pour qu’elle laisse tomber…

Avis :

Avant tout, un grand merci à Livraddict et au Livre de Poche pour cette lecture en partenariat.

Annoncé comme un thriller, Ultime confession m’a tout d’abord déroutée. Dès les premières pages, j’ai eu plutôt l’impression de lire un roman de chick-litt : une héroïne un peu déjantée qui doit assumer (et n’y parvient, évidemment, pas) un nouveau travail comme agent de probation et la vie commune avec son fils et son amoureux. D’entrée de jeu, elle annonce les erreurs qu’elle a commises et qui semblent irréparables…

Petit à petit, pourtant, le ton change, le suspense s’installe au fil de l’enquête de Krissie et comme elle, le lecteur ne peut s’empêcher d’envisager les coupables potentiels, avant de découvrir, sans trop de surprise à mon avis, le cerveau de toute l’histoire.

D’une lecture facile, ce roman est agréable à lire : la construction de l’histoire est habile, le style est simple, fluide. Pourtant, malgré ses qualités, cette histoire ne m’a pas vraiment emballée : le passé des protagonistes est évoqué mais bien insuffisamment, ce qui gêne la compréhension de l’histoire. Par ailleurs, je n’ai pas vraiment accroché au personnage de Krissie, elle accumule les bourdes et m’a semblée terriblement déconnectée de la réalité. A chaque instant, j’ai eu l’impression qu’elle allait trop loin, qu’elle en faisait trop dans les gaffes ; cette maladresse m’a paru excessive. Vu les drames qu’elle semble avoir vécus, je n’ai d’ailleurs pas compris pourquoi elle s’engage dans un travail de ce genre.

En conclusion, une lecture qui m’a laissée indifférente à laquelle je décerne la mention « Moyen ».

2 commentaires:

Syl. a dit…

Sur celui-là, je passe !

Nahe a dit…

Je respecte ton choix ;D