Des feux fragiles dans la nuit qui vient de Xavier Hanotte



Présentation du livre :

Il y a une Île et le Continent. L'une en état de siège, l'autre en plein boom économique. Une guerre qui s'éternise au large dans l'indifférence générale. Les troupiers abandonnés d'une démocratie en partance, laissés seuls face aux partisans convaincus du Rien. Dans les Hautes-Terres évacuées, des villes entières disparaissent sans que l'État central fasse mine de réagir. Mais pourquoi donc personne n'ose-t-il s'aventurer au-delà des forêts du nord ? Comment combattre un ennemi qui demeure insaisissable ? Sur l'avenir de l'Île plane une menace aux accents étrangement prophétiques, et un sentiment de déjà-vu pousse alors l'adjudant Berthier à relire une très ancienne légende nordique, La Relève de saint Olaf...

Et si tout, déjà, était écrit ?

Dans les méandres d'une écriture envoûtante apparaissent peu à peu les reflets ténus d'un grand jeu de miroirs. En les suivant, Berthier et quelques autres ne s'acheminent-ils pas vers leur propre vérité ?

Avis :

C’est un peu par référence que j’ai choisi de participer au partenariat Livraddict et Belfond : j’ai lu il y a quelques années Ours toujours de Xavier Hanotte et ayant beaucoup apprécié cette lecture, j’ai saisi la balle au bond. Dans le même ordre d’idées, c’est en quelque sorte par comparaison que j’ai aimé « Des feux fragiles dans la nuit qui vient » ; au fil des pages, ma lecture me renvoyait à des pages déjà lues et relues avec bonheur. Cette situation de départ m’a beaucoup plu : la guerre évoquée mais imprécise, des lieux indéterminés, un quotidien un peu absurde, des personnages rares, un peu désœuvrés, abandonnés à leur sort, en dehors du temps et de l’espace sans consigne, ni aide extérieure. Et grâce à l’écriture de Xavier Hanotte, je n’avais qu’une envie, poursuivre.

Dès les premières pages, je suis, en effet, tombée sous le charme de la plume de l’auteur : son écriture est finement ciselée et je me suis très vite laissé emporter par ces phrases joliment ouvragées. J’ai également beaucoup apprécié l’ironie contenue dans les dialogues échangés entre les rares personnages évoqués.

Au moment de sortir, elle le rappela :
« Dites ? »
Il attendit ;
« Dans le civil, vous faites quoi ? »
Berthier prit le temps de la réflexion. La question le surprenait autant qu’elle l’amusait.
« Je lis des phrases, j’en écris d’autres qui leur ressemblent, dans une autre langue. Ça finit par faire des textes. »


J’ai pourtant rencontré quelques difficultés avec la fin de l’histoire : les lieux, l’ennemi, les ordres sont tellement imprécis, sous-entendus que je m’y suis un peu perdue et n’ai pu accorder à la conclusion de cette histoire l’intérêt qu’elle mérite. C'est néanmoins sur une bonne note que je termine ma lecture et je remercie Livraddict et les éditions Belfond pour cette lecture.

Commentaires

Syl. a dit…
Très étrange. Mais je le note quand même, soit pour moi, soit pour un cadeau. Biz
Nahe a dit…
Déroutant, je suis d'accord mais j'aime beaucoup le style.

Posts les plus consultés de ce blog

Hôzuki d'Aki Shimazaki

Les cousins Karlsson : vikings et vampires de Katarina Mazetti

Soda bread