"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

dimanche 22 septembre 2013

Les Impliqués de Zygmunt Miloszewski

La présentation de l'éditeur :

Un dimanche matin, au milieu d’une session de thérapie collective organisée dans un ancien monastère de Varsovie, l’un des participants est retrouvé mort, une broche à rôtir plantée dans l’œil. L’affaire est prise en main par le procureur Teodore Szacki. Las de la routine bureaucratique et de son mariage sans relief, Szacki ne sait même plus si son quotidien l’épuise ou l’ennuie.  Il veut du changement, et cette affaire dépassera ses espérances. 

Cette méthode de la constellation familiale, par exemple, une psychothérapie peu conventionnelle basée sur les mises en scène… Son pouvoir semble effrayant. L’un des participants à cette session se serait-il laissé absorber par son rôle au point de commettre un meurtre ? Ou faut-il chercher plus loin, avant même la chute du communisme ? 

Zygmunt Miloszewski signe un polar impressionnant, où s’affrontent la Varsovie d'aujourdhui et les crimes du passé.

Avis

"Les Impliqués" nous emmène en Pologne, au mois de juin 2005. L'histoire débute un dimanche, jour a priori plus calme pour le procureur Teodore Szacki   : il s'emploie alors à faire oublier ses absences de la semaine et à décrocher la médaille du meilleur père et du meilleur mari.  Ce dimanche-là, le téléphone l'arrache pourtant à sa vaisselle pour le charger d'une étrange affaire de meurtre.  Les participants d'une thérapie collective, dirigée par le docteur Cezary Rudzki, ont retrouvé le corps sans vie de l'un des leurs, tué d'une broche à rôtir dans l’œil. 

Dès le départ, les soupçons du procureur s'orientent vers les patients du docteur Rudzki, voire vers le thérapeute lui-même : la méthode employée en thérapie semble pour le moins peu orthodoxe.  Mettant au centre le passé des intervenants, elle fait remonter le passé et risque, pense le procureur, de réveiller des souvenirs dangereux.

L'auteur nous invite donc à suivre l'enquête du procureur Szacki : désenchanté tant par sa vie privée que professionnelle, le héros qu'il met en scène est fatigué.  Il s'ennuie dans son existence trop routinière et semble en quête de sens, à tous les niveaux.  Ses recherches l'entraînent à remonter le temps, à une époque fortement marquée par le communisme, la suspicion et les intimidations.   Un passé qui semble d'ailleurs toujours dangereusement d'actualité et dont il ne fait pas bon réveiller les démons...

Dans cette enquête laborieuse et atypique, Zygmunt Miloszewski malmène son héros et égratigne au passage son pays : il décrit avec cynisme son fonctionnement, son patrimoine, ...   Aujourd'hui encore, les stigmates du passé déteignent sur Varsovie et en marquent le quotidien.  

Petite particularité, chaque chapitre débute par une rétrospective, essentiellement polonaise, des événements du jour : un petit rappel qui permet de se situer dans le temps et de visualiser le décor. Sous la plume de Zygmunt Miloszewski, l'ambiance y est particulière : un peu glauque, des couleurs fanées, poussiéreuses.  Un environnement qui colle à merveille à l'intrigue, tout comme le caractère de ses personnages.  Appréciant les romans policiers, j'ai beaucoup aimé cette découverte : un héros désabusé, bien loin d'être parfait, une enquête difficile, une représentation sans concession de Varsovie, ...  Affaire à suivre !  

Un grand merci à Hérisson et aux éditions Mirobole pour cette lecture en partenariat.

6 commentaires:

Sophie Hérisson a dit…

Merci à toi! Ce roman semble avoir un univers très particulier, mais je pense que ce lien avec la Pologne pourrait me plaire!

Jérôme a dit…

Un polar polonais, au moins ce n'est pas commun !

Syl. a dit…

L'ambiance est glauque !
D'accord, je note et comme tu le dis : A suivre !

lejardindenatiora a dit…

Je le lis dans le cadre du même partenariat et je le dévore, j'adore le style de l'auteur !

Violette a dit…

ça m'intrigue beaucoup !

Nahe a dit…

@ Sophie Hérisson : oui, un univers particulier mais séduisant !
@ Jérôme : inédit et de qualité !
@ Syl : il est à découvrir !
@ Natiora : ça ne m'étonne pas...
@ Violette : surprenant mais de façon bien agréable !