Le centre de la Terre d'Anneli Furmark

Une découverte de l'auteur en LC avec Syl qui a lu Un soleil entre des planètes mortes : son billet est ici.

La présentation de l'éditeur :

En Islande, on raconte depuis la nuit de temps des histoires de personnes qui disparaissent sans laisser de trace, happées par la nature ou par les puissances magiques de l’île. Axel, un jeune Suédois de 16 ans ne croit pas à ces balivernes, et il est particulièrement remonté contre sa mère qui l’a obligé à participer à un voyage en Islande avec son petit ami Toralf qu’Axel n’apprécie guère. L’ado aurait de loin préféré partir en Thaïlande, ou rejoindre son père pour des vacances en Grèce... 

Coincé avec les deux adultes, l’ado mal dans sa peau prend son mal plus ou moins en patience. Le trio parcourt le pays et ses extraordinaires paysages, sa nature violente et spectaculaire, pendant que Toralf tente de nouer contact avec l’adolescent renfermé. Trois longues journées au cours desquelles Alex et Toralf se prennent le bec en permanence. Mais le voyage va tourner court suite à un dramatique incident, alors même que Toralf commençait a réussir à communiquer avec Axel...

Avis :

L'Islande : la concrétisation d'un rêve pour Toralf mais la perspective d'un voyage ennuyeux pour Axel.  Entre l'adolescent et le nouveau compagnon de sa mère, Marie, le climat est plutôt épineux et les occasions d'accrochages fréquentes.  

Un fossé sépare les générations que les légendes islandaises, la sensibilité de Marie et les casques audio ne peuvent combler.  De loin en loin, le charme d'un site sauvage et superbe les réunit mais la paix est généralement de courte durée.

Le dernier jour, le trio programme une visite, sur les conseils d'un touriste américain : une périple à la conclusion inattendue.

Dans un décor superbe et impressionnant, Anneli Furmark aborde les relations parents-adolescents, elle y mêle la magie des paysages islandais et crée ainsi une atmosphère spectaculaire.  Le voyage est très plaisant à suivre, il donne envie de poursuivre la découverte de l'Islande et de sa beauté rugueuse.  

En parallèle, les relations entre Axel et Toralf fluctuent, rappelant le jeu du chat et de la souris jusqu'au point culminant des dernières pages.  Un beau roman graphique marqué par la force de la nature et le poids des relations humaines.




Commentaires

Anonyme a dit…
Tu as aimé les dessins ? J'aimerais bien que ma bibli l'ait. Je vais voir pour mercredi prochain...
A++
PS : Je ne peux commenter chez toi qu'en mettant "Anonyme". Je suis désolée !
S.
Nahe a dit…
Il semble qu'il y ait un souci avec les comm', pas de souci : je te reconnais ! oui, j'ai bien aimé l'ambiance de l'album et le joli flou des dessins.

Posts les plus consultés de ce blog

L’Île au manoir d'Estelle Faye

Nils Hazard chasseur d'énigmes : La Dame qui tue de Marie-Aude Murail