"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

jeudi 16 février 2012

Crime-City de Gudule

Quatrième de couverture :
Bienvenue dans le monde merveilleux et «dégoulinant de perfection» de Cream–City!
Tout est parfait dans ce monde virtuel: il ne pleut jamais‚ les maisons sont couleur de crème glacée‚ et les Lovely sont la famille idéale tout droit sortie des feuilletons télé...

Pour Corentin‚ ce nouveau jeu virtuel où il crée la famille rêvée‚ c’est le bonheur. Mais le jour où Corentin veut faire faire à l’un de ses personnages autre chose que ce que le programme informatique autorise‚ tout se dérègle et les personnages disparaissent les uns après les autres. En voulant rétablir la situation‚ il se trouve piégé au cœur de la simulation. Lui qui croyait trouver le paradis‚ découvre que derrière cette façade lisse et sans nuage‚ c’est presque l’enfer... Cream–city se transforme en Crime City.

Avis :

Une fois encore, lors de mes lectures jeunesse, le livre choisi est tiré de la bibilothèque de mes ados. Pour cette lecture, fait assez exceptionnel pour être souligné, ce titre m'a été conseillé par mon fils : il a reçu ce livre au moment des fêtes, l'a lu très rapidement et n'a eu de cesse que je le lise à la suite... C'est donc chose faite et j'ai pris plaisir à y retrouver la plume de Gudule, auteur que j'apprécie, même si j'ai trouvé ce récit plus léger que d'autres de ses textes.

Corentin est un jeune garçon qui doit faire face à la séparation de ses parents et à la dépression de sa mère. Pour oublier ce quotidien difficile, il se réfugie dans le jeu Cream City, un jeu de simulation qui met en scène la famille Lovely. A ses yeux, les Lovely sont la famille idéale et Cream City est le paradis sur Terre.

Le jour où Corentin veut sortir de la routine du jeu, tout se dérègle et les personnages disparaissent peu à peu. En voulant réparer ses erreurs, Corentin se trouve transporté dans le jeu et y découvre une réalité bien triste.

Gudule nous décrit donc la vie de Corentin, écartelé entre des parents qui se déchirent et le bonheur qu’il retrouve dans le jeu vidéo. Elle signe ainsi une histoire facile, agrémentée d’un léger suspense qui plaira aux adolescents, fans de jeux de simulation, qui pourront se retrouver dans ce récit. Si l’histoire comporte quelques stéréotypes et se conclut sur une morale un peu téléguidée, il devrait séduire les plus jeunes par sa construction intelligente et son action captivante. En conclusion : un petit roman sympathique pour adolescents !






Challenge Littérature jeunesse/Young adult : 24/24

6 commentaires:

Jérôme a dit…

J'aime bien Gudule même si trouve qu'elle prduit trop et que ses ouvrages sont parfois très inégaux. Il n'empêche que celui-là me tente bien.
Tu le conseillerais à partir de quel âge ?

Nahe a dit…

Je suis d'accord avec toi sur le niveau assez inégal...
Pour l'âge, mon fils a treize ans et l'a lu vite et facilement. Vu le sujet, je dirais à partir de onze-douze ans, sans souci.

Syl. a dit…

Ca fait peur ! Je ne voudrais pas que mon fils tombe dans ses jeux. Il est souvent dans des décombres.

Nahe a dit…

C'est vrai que nos ados aiment cet univers et peuvent être accros.

Crime City a dit…

Also, I would like to get my high/low lights touched up.. Any available date/time???

Anonyme a dit…

C'tres chouette ce livre on est en train de le lire en classe et on a trop en vie de vite le finir et auj je cherchais partout sur internet le jeu je voudrais savoir ou je px trouver (si il y a) se jeu