"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

vendredi 17 septembre 2010

L'élégance du hérisson de Muriel Barbery



Présentation de l'éditeur : "Je m'appelle Renée, j'ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l'image que l'on se fait des concierges qu'il ne viendrait à l'idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants. Je m'appelle Paloma, j'ai douze ans, j'habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c'est le bocal à poissons, la vacuité et l'ineptie de l'existence adulte. Comment est-ce que je le sais? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C'est pour ça que j'ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai. "

Avis : une critique en deux temps pour ce roman tellement attachant et tout autant déroutant. Sa lecture m'a demandé de la persévérance car les premières pages m'ont un peu rebutée : j'avais du mal à accrocher aux passages philosophiques. Néanmoins, ma patience a payé et mes efforts ont été récompensés : j'ai découvert une histoire magnifique, à la fin certes un peu déconcertante.

Renée, cette concierge qui persiste à cacher son érudition et son intelligence derrière des robes frustes, une nourriture simple et un poste de télévision allumé en permanence est un personnage savoureux et attachant. Son cynisme et son esprit nous poussent à rire avec elle des petits travers des habitants de cet immeuble si huppé. Paloma, la seconde voix du roman, est une petite fille de douze ans qui n'attend plus grand'chose de la vie et envisage d'y mettre fin. Pour réunir ces deux personnages atypiques, un troisième héros, Monsieur Ozu, entre en scène en s'installant dans l'immeuble et change la donne, en y apportant une touche exotique et fantaisiste.

Le texte est émaillé d'évocations d'auteurs classiques, principalement russes, de films, ... et le tout m'a rappelé de très bons souvenirs, voire m'a donné envie d'ouvrir à nouveau certains ouvrages. Au final, un roman très attachant, un vrai bonheur de lecture.

1 commentaire:

kabailly a dit…

merci de participer à mon petit jeu et de découvrir ainsi mon Univers !
bon week end
karine