"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mercredi 29 septembre 2010

Le proscrit de Sadie Jones


Un tout grand merci à Blog-o-Book et aux Editions 10/18 pour ce partenariat qui m'a donné l'occasion de découvrir Sadie Jones, via ce premier livre .


La note de l'éditeur :

Un adolescent brisé, injustement blâmé... Au sud de l'Angleterre, à la fin des années cinquante, la descente aux enfers de Lewis. Un drame humain, sensible, limpide, juste.

A Waterford, dans la banlieue de Londres, tout le monde va à l'église et fête Noël dans l'insouciance. Une façade d'hypocrisie qui se fissure le jour où Lewis, dix ans, assiste impuissant, à la noyade de sa mère. Privé du réconfort d'un père à peine revenu de la guerre, homme froid, autoritaire et accablé par le veuvage, Lewis se rétracte dans la douleur et sombre peu à peu dans le doute, la solitude, puis la révolte... En 1957, quand il sort de prison où il vient de passer deux ans, il n'a que dix-neuf ans... Alors qu'au village personne n'attend son retour, le proscrit, l'exilé tourmenté, pourrait bien tout faire exploser...

Avis :

Ce premier roman nous décrit le parcours tragique de Lewis, un jeune garçon traumatisé par la noyade de sa mère. Face à la froideur de son père et aux soupçons de ses voisins, l'enfant ne parvient à guérir et se tourne alors vers la mutilation, la boisson et la délinquance.

Cet ouvrage recèle une grande tristesse, une dureté profonde : la communauté de Waterford, petite ville de la campagne anglaise dans l'après-guerre, cache ses travers, alcoolisme et violence familiale, derrière une façade d'hypocrisie et de respectabilité. Rares sont les personnages qui "n'ont rien à se reprocher" dans ce récit...

D'un bout à l'autre du roman, le lecteur s'attache au personnage de Lewis : réussira-t-il à sortir de cette spirale de souffrance et de culpabilité ? L'amour pourra-t-il le sauver ? On ne peut s'empêcher de penser qu'avec un peu d'attention et d'amour, cet enfant aurait pu être sauvé ! Ce qui, bien évidemment, nous aurait privés de ce très bon livre : l'écriture de Sadie Jones est précise, minutieuse. La douleur de Lewis est palpable, l'ambiance est oppressante.

En conclusion : un excellent premier roman !

3 commentaires:

Liza P. a dit…

Chic encore une nouvelle référence à ajouter à ma liste ;)

Ys a dit…

Ce roman a l'air très dur en effet, mais il me tente quand même, je me souviens qu'il a eu de très bons billets à sa sortie en grand format.
Ravie de découvrir ton blog grâce à un lien via BOB.

Nahe a dit…

@Liza : un bon moment assuré !
@Ys : ravie de t'accueillir et au plaisir de te revoir !