"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

samedi 30 août 2014

On aurait dit une femme couchée sur le dos (ses longs cheveux de pierre descendant jusque dans l’eau) de Corine Jamar

Lecture en partenariat : un grand merci à Francis Dannemark pour cette jolie découverte.

La présentation de l'éditeur :

Fuyant son père et son passé, Samira a trouvé en Crète un lieu pour vivre, un univers qui, s’il lui demeure un peu étranger, est devenu profondément le sien, sublimé par la mer et les montagnes qui en forment les contours. Elle épouse là le bel Eleftheris et ouvre une petite cantine sur la plage de l’Akrotiri, mondialement célèbre depuis le succès du film Zorba le Grec. Son bonheur n’est cependant pas sans ombres… Comment oublier qu’elle a trahi de vieux amis pour le gagner – et fermé les yeux sur un meurtre… ? 

Comment accepter les règles ancestrales, parfois si violentes, qui gouvernent la communauté où elle vit désormais ? 

Guidée par la présence quasi palpable des dieux anciens et soutenue par son ami Walter, le chef opérateur de Zorba, qui a choisi lui aussi de vivre sur l’île, Samira trace lentement son chemin vers la réconciliation avec elle-même.

Avis :

La Crète : des paysages idylliques où Samira a choisi de s’installer avec ses amis Claudie et Fred, désireux tous les trois de se construire une nouvelle vie.  Un destin incarné par une cantine sur la plage de l’Akrotiri et l’amour d’Eleftheris pour Samira.  Par la fin de leur amitié également…

S’intégrant dans ce nouveau décor, devenant une hôtesse appréciée de tous, Samira sent peser le poids des remords et de la culpabilité ; le temps passe et le bonheur garde un goût âpre…

La famille d’Eleftheris, fortement marquée par des traditions qui semblent immuables, ajoute au malaise de Samira.  L’amitié qu’elle noue avec Walter le chef opérateur de Zorba le Grec, ne suffit pas à lui redonner le sourire.  Comment parvenir à goûter pleinement à cette existence simple et douce ?

Dans un paysage de carte postale, Corinne Jamar donne la parole à l’enfant de Samira et d’Eleftheris, celui que les dieux leur refusent pour leurs fautes anciennes : il raconte la vie de cette petite communauté de la péninsule d’Akrotiri, régie par les traditions et la nature.  Il nous y décrit quelques caractères forts et fiers parmi les insulaires et des personnalités comme Walter, à la recherche de ciel bleu, d’oubli et de joies simples. 


En marge de ces personnages attachants, la Crète joue un rôle non négligeable, mélange de nouveauté et de tradition, imposant sa loi à tous.  Les mythes et tragédies grecs ne sont pas révolus : ils nous rappellent que rien n’est acquis et apportent une touche dramatique à ce récit dépaysant et sensible.  


challenge rl jeunesse
Challenge 1 % de la rentrée littéraire : 2/6

2 commentaires:

Corine Jamar a dit…

Un grand merci pour ce très bel article et bonne continuation...
Corine

Nahe a dit…

Merci à vous pour ce beau texte et à une prochaine, j'espère !