"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

lundi 17 juin 2013

La fille de l'Irlandais de Susan Fletcher







Le résumé de l'éditeur  :

Eve, petite fille rousse et délurée, est recueillie par ses grands-parents à la mort soudaine de sa mère, dans un village au coeur du pays de Galles. À cause de sa chevelure rousse indomptable, elle doit faire face au mépris et à la méfiance. 
Mais lorsqu'une enfant disparaît mystérieusement, la vie des villageois bascule : enquête, soupçons et mensonges deviennent le quotidien. Au milieu de cette effervescence, Eve, perdue, tente de percer les secrets de sa vie et de sa naissance.

Avis :

Bientôt mère, Evangeline Green remonte le temps ; elle revoit la petite Evie qu'elle était à sept ans, à la mort de sa mère : contrainte de quitter Birmingham et de rejoindre ses grands-parents dans un petit village du Pays de Galles. 

Une enfant curieuse, vive, dégourdie... Une petite fille qui découvre la nature, les animaux, la beauté des paysages.   Mais qui tout en même temps, doit faire face, perplexe, au rejet de certains villageois, focalisés sur leurs sentiments pour l'homme dont ils reconnaissent les traits dans le visage de l'enfant.  Son père qu'elle aimerait tant connaître, dont elle voudrait au moins parler mais dont le souvenir n'éveille que mutisme et rancœur.  Juste un K gravé dans le rebord d'une fenêtre...

En marge de ces sentiments hostiles, Evangeline garde pourtant la trace de merveilleux souvenirs et de belles rencontres, parfois atypiques.  A l'image de Billy qui, défiguré par un cheval, vit en marge du village.  Elle se souvient également de Rosie, un peu plus âgée qu'elle : Rosie et ses patins à roulettes étincelants.  Rosie qui disparaîtra mystérieusement, cette année-là, marquant l'enfance d'Evie et l'histoire du village.

Dans un style tout en finesse et en sensibilité, Susan Fletcher nous fait découvrir les paysages du Pays de Galles : tout au long du récit, la nature est présente, un personnage à part entière aux côtés de la petite Evie.  Au beau temps ou au cœur des intempéries, à Pencarreg, dans cette maison construite tout en haut de la vallée.  Le grenier du village, là où le vent ne cesse jamais...

L'auteure nous entraîne dans le passé, à travers les souvenirs d'Evie ou les textes de sa mère, cachés dans une vieille boîte à chaussures.  Elle entrecroise ces rappels du passé avec les pensées de la jeune femme, sa vie actuelle et sa tout prochaine maternité. Le temps est venu de tourner la page, d'abandonner les secrets de l'enfance.


A l'image d'un bûcher sous la neige, ce texte met en avant la beauté des paysages, les échanges entre l'homme et la nature; Susan Fletcher  y mêle habilement souvenirs d'enfance et ajoute également un volet plus noir, avec cette disparition d'enfant qui marque tout le village et révèle sa face sombre.  Elle signe ainsi un roman dense, intimiste qui consacre la nature et nous remet en mémoire le poids du passé : une superbe lecture, pour laquelle je remercie les  éditions J'ai lu !

8 commentaires:

Jérôme a dit…

Les paysages du Pays de Galles, ça me plait. C'est un texte qui pourrait me convenir.

Syl. a dit…

Une belle histoire et je la note. Toujours pas lu "Le bûcher...".
A la rentrée, je vais avoir de belles lectures !

bénédicte a dit…

pareil, je note, je note ...

Nahe a dit…

@ Jérôme : un gros point fort du roman, les paysages !
@ Syl : veinarde ;)
@ Bénédicte : Belle lecture d'avance !

Leiloona a dit…

J'ai découvert cet auteur avec son avant dernier sorti en poche, et j'ai bien aimé ses descriptions.

Nahe a dit…

@ Leiloona : j'ai comme toi bien aimé et j'ai enchaîné avec d'autres titres, je suis toujours sous le charme !

Mélo a dit…

Susan Fletcher est une auteure que j'aimerais découvrir =)

Nahe a dit…

@ Mélo : n'hésite pas, la découverte devrait te plaire !