"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

jeudi 27 juillet 2017

Acquanera de Valentina D'Urbano


La présentation de l'éditeur :

Après dix ans d’absence, Fortuna retourne à Roccachiara, le village de son enfance perché dans les montagnes du Nord de l’Italie, qu’elle croyait avoir définitivement abandonné. La découverte d’un squelette qui pourrait être celui de sa meilleure amie, Luce, lui a fait reprendre le chemin de la maison. C’est l’occasion pour la jeune femme de revenir sur son histoire, de régler ses comptes avec le passé et en particulier avec sa mère, la sauvage Onda dont elle n’a jamais été aimée.

Ainsi débute ce récit sur quatre générations : quatre générations de femmes – Clara, Elsa, Onda et Fortuna – qui ont vécu en autarcie année après année, privées d’hommes, marquées comme au fer rouge par d’étranges dons qui les ont placées en marge de leur communauté. Au terme de cette plongée aux origines, Fortuna pourra-t-elle s’engager sur le chemin de la reconstruction et de la réconciliation ?

Acquanera aborde avec force et sensibilité les thèmes des relations maternelles et filiales, de la transmission, de la mort, de la différence et de l’amitié. Avec ce deuxième roman symbolique et poétique, Valentina D’Urbano confirme son singulier talent.

Avis :

En apprenant la découverte d'un corps dans les bois proches du village où elle a grandi, Fortuna met un terme à sa longue absence et décide de rentrer affronter sa mère Onda.  Elle décide ainsi de tirer un trait sur le passé et choisit de revenir sur une histoire familiale un peu hors du commun.

Par petites touches, depuis Clara Castello, Fortuna nous livre le destin des femmes de sa famille, des personnalités fortes et impressionnantes.  Des qualités qui, de tout temps, les ont tenues à l'écart de la vie du village.

A Roccachiara, l'eau est omniprésente : elle borde le village, berce le quotidien des villageois et accompagne les étranges dons des femmes de la famille de Fortuna.  C'est également elle qui donne son atmosphère au roman, l'enveloppant d'un voile gris et pesant. 

Ce poids entoure surtout les femmes de la lignée de Fortuna, révélant leurs pouvoirs et en faisant quasi une malédiction: le village a besoin d'elles mais les accepte mal.  A travers ces portraits de femmes dures mais très humaines, Valentina D'Urbano nous entraîne dans une saga familiale envoûtante, un texte qui frôle le fantastique et mêle avec bonheur mystère et magie.  Une heureuse découverte que je dois à Owlygirl du blog Bookowlic: merci encore !


1 commentaire:

FondantGrignote a dit…

je l'ai acquis aussi, grâce à Lou, et compte bien le lire d'ici la fin de l'été !!