"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

lundi 26 août 2013

Le convoi de l'eau d'Akira Yoshimura

La présentation de l'éditeur :

Un homme étrange s’est engagé au sein d’une équipe chargée de construire un barrage en haute montagne. Perdu dans la brume, tout au fond d’une vallée mal connue et difficilement accessible, se révèlent les contours d’un hameau. Les travaux ne sont pas remis en question par cette découverte : le village sera englouti sous les eaux. Au cours du terrible chantier, alors que la dynamite éventre la montagne et ébranle les maisons, le destin du narrateur entre en résonance avec celui de la petite communauté condamnée à l’exil.



Dans des paysages dont la splendeur contraste avec la violence fruste des mœurs, cette fable sombre retrace un combat tellurique et intimiste d’une poésie inoubliable.

Avis

Une équipe d'ouvriers s'engage dans les montagnes bravant les conditions climatiques et les difficultés du terrain.  Parmi eux, le narrateur : un homme solitaire et mystérieux, qui peu à peu livre son passé au lecteur.

Embauchés pour construire un barrage, ces ouvriers doivent d'abord défricher le terrain, installer les équipements, ...  Au fond de la vallée, un hameau isolé, en marge de la civilisation, sera inondé par le barrage.  

Inévitablement, le camp et le village sont proches; pourtant, les échanges sont plus que réduits et il s'agit davantage d'observation que de cohabitation.  Face au sort des villageois, le narrateur, un homme tourmenté, ne peut s'empêcher de ressentir de l'empathie pour ces déracinés.

Dans le convoi de l'eau, l'auteur nous livre les réflexions du narrateur, ses sentiments pour le village, son passé trouble, son mépris pour les siens, ...  Du hameau et de ses habitants, nous ne suivons que l'activité, les tentatives pour préserver leur environnement et enfin pour conserver du mieux possible leurs coutumes ancestrales.  C'est en effet un combat qui oppose modernité et traditions qui nous est relaté ici.  Deux univers  s'affrontent, dans le fracas de la dynamite et des chantiers.  Le calendrier strict, l'agitation et les marchandages font ainsi face à la quiétude des villageois, à leur résignation. 


Ce court roman, aux allures de fable, m'a paru assez difficile à résumer : comment en ramener la puissance et la magie à quelques lignes ?  Il s'agit d'un roman qui se distingue par une grande force évocatrice : à la suite de cet homme mystérieux, l'auteur nous emmène au cours des montagnes japonaises, dans la pluie et la brume.  L'écriture est poétique, superbe, à l'image des paysages dépeints.  Un texte à découvrir !










Challenge Ecrivains japonais : Lecture du mois d'août, Akira Yoshimura

3 commentaires:

Ankya a dit…

Bonjour, j'ai lu le même livre pour le challenge et j'ai adoré ! Malgré l'histoire c'est une façon d'écrire apaisante.

Jérôme a dit…

En voila un qui me plairait sacrément je crois. Je m'empresse de le noter.

Nahe a dit…

@ Ankya : tu as raison, c'est une écriture paisible, même si...
@ Jérôme : je pense bien qu'il te plaira ! Affaire à suivre...