"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

lundi 28 juin 2010

La mort aux yeux de porcelaine de Gudule

Résumé de l'éditeur :

Années 70. Un monstre sacré du rock en tournée en Europe est compromis dans une affaire de pédophilie qui ruine sa carrière et l'amène à se réfugier à Malmont, une petite ville de Belgique. C'est désormais là qu'il est condamné à vivre en reclus, dans une vaste propriété transformée en parc d'attractions privé à l'imitation de celui qu'il s'était fait construire à Los Angeles au temps de sa gloire...

Année 98. À Malmont, comme dans toute la Belgique, les crimes pédophiles de Martin Dugousset, l'Ogre de Bruges , défraient la chronique et créent une psychose qui conduit Jonathan Vermeer, douze ans. A regarder d'un autre oeil les promeneurs du parc public où il a l'habitude d'aller jouer. Notamment ce vieux monsieur qu'il surprend un jour en train de le filmer avec un camescope...

Les affleurements d'un douloureux secret dans le présent de Jonathan vont provoquer le drame, mais d'une façon complètement imprévue, encore plus terrifiante que ce que les apparences laissent attendre.

J'avoue avoir longtemps hésité avant d'ouvrir ce livre, avoir été tentée de le refermer plusieurs fois : le sujet est dérangeant, il est donc difficile d'aborder ce livre sereinement. Je l'ai pourtant lu jusque la fin (il est vrai qu'il n'est pas dans mes habitudes d'abandonner un livre) et l'auteur nous emmène finalement sur une voie surprenante. Néanmoins, la mention "âmes sensibles s'abstenir" est de rigueur !

Mémoire blanche de Pierre Coran

Quatrième de couverture : Qui a assassiné la Chouette ? Pierre est arrêté, incarcéré. Est-il le meurtrier de la vieille antiquaire ? Il l'ignore. Depuis sa sortie du centre de rééducation, Pierre boit, et quand il a trop bu, comme ce soir-là, vient l'oubli total, la mémoire blanche.

Ce roman s'ouvre sur l'incarcération de Pierre, accusé de meurtre. Incapable de rassembler ses souvenirs, Pierre se laisse couler et tente à peine de se défendre. Lorsqu'il est innocenté, il se découvre père et décide alors de se battre pour offrir à son enfant la vie que lui, fils de prostituée, n'a pas eu la chance d'avoir. Dans son combat, il pourra compter sur les Alcooliques Anonymes, et notamment Claire rencontrée dans un bar, pour gagner son fils.

Au début du roman, on hésite un peu à "être du côté" du héros : son apathie est un peu dérangeante... Pourquoi ne se défend-il donc pas ? Mais au fur et à mesure du récit, on se surprend à l'encourager dans sa quête.

Un ouvrage basé sur l'observation, sans moralisme, ni pathos. Un roman agréable à lire.

mardi 22 juin 2010

Un concours chez Miss Chocoreve


Miss Chocoreve vous invite à découvrir la plateforme Greenboutiques. A gagner : un
cabas très sympa !

lundi 21 juin 2010

Les chaussures italiennes d'Henning Mankell

Pour mon premier message, mon choix s'est porté sur Les chaussures italiennes d'Henning Mankell que je connaissais déjà pour ses romans policiers.

L'avis de l'éditeur : A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l’archipel. Depuis qu’une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s’est isolé des hommes. Pour se prouver qu’il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s’y immerge chaque matin. Au solstice d’hiver, cette routine est interrompue par l’intrusion d’Harriet, la femme qu’il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer.

Le temps de deux solstices d’hiver et d’un superbe solstice d’été, dans un espace compris entre une maison, une île, une forêt, une caravane, Mankell nous révèle une facette peu connue de son talent avec ce récit sobre, intime, vibrant, sur les hommes et les femmes, la solitude et la peur, l’amour et la rédemption.


Né en 1948, Henning Mankell partage sa vie entre la Suède et le Mozambique. Lauréat de nombreux prix littéraires, célèbre pour ses romans policiers centrés autour de l'inspecteur Wallander, il est aussi l'auteur de romans ayant trait à l'Afrique ou à des questions de société, de pièces de théâtre et d’ouvrages pour la jeunesse.

Ce roman nous emmène très loin de l'univers de l'inspecteur Wallander . Au fin fond des fôrets suédoises, nous découvrons un vieil homme aigri, vivant loin du monde et des hommes, en raison d'une erreur passée. Le débarquement (au propre comme au figuré) d'Harriet, son ancien amour, dans sa vie va l'obliger à renouer contact avec les hommes et avec la vie. Le livre nous décrit son cheminement, ses tentatives pour réparer ses erreurs passées.

Un très bel ouvrage, sobre et attachant , des personnages atypiques et émouvants comme ce chausseur italien ...