Crédit illimité de Nicolas Rey

Diego Lambert est ruiné. A bout de ressources et d'amis à solliciter, il ne lui reste qu'une solution: appeler son père.  Autant faire appel au Diable.

De fait, le voici chargé de responsabilités aux RH et contraint de licencier quinze employés pour se renflouer.

S'engage alors entre le père et le fils un bras de fer atypique sur fond de plan social.

Un texte entre roman noir et farce satyrique où l'auteur se plait à égratigner le monde de l'entreprise et le capitalisme.  Mettant en scène d'attachants personnages secondaires tellement familiers, il s'offre le luxe d'ajouter à son récit caustique une pointe de romance et réussit le tour de force de rendre sympathique son côté immoral.  Savoureux !


Commentaires

dasola a dit…
Bonsoir Nahe, un roman vite lu et vite oublié. Une lecture agréable. Bonne soirée.

Posts les plus consultés de ce blog

Hercule Poirot – Drame en trois actes de Frédéric Brémaud et Alberto Zanon

Les sirènes d'Es Vedrá de Tom Charbit

Lune de papier de Mitsuyo Kakuta