Patria de Fernando Aramburu

En apprenant la fin de la lutte armée de l'ETA, Bittori décide de rentrer au village, proche de San Sebastian: elle souhaite ainsi tourner la page et renouer avec sa vie d'avant.  Avant le décès du Txato, son mari, tombé sous les balles des terroristes.   Oubliant le rejet et les silences, choisissant également d'offrir son pardon.

Face à elle, les villageois qu'elle a toujours cotoyés et qui, petit à petit, l'acceptent à nouveau.  Mais surtout, Miren , son amie de toujours, Miren dont le fils est en prison, accusé de terrorisme et assassin présumé du Txato...

Entre les deux femmes, un mur de silence: épais et robuste.  Au fil des pages,  partant de la déclaration publique de l'ETA, l'auteur remonte le temps et en déroule le fil de manière anarchique: chacun des protagonistes intervient et  nous raconte l'histoire de ces deux familles, liées et durablement marquées par le drame, l'une comme l'autre.  Décrivant, chacun à sa manière, la pression de l'ETA et son influence sur les habitants de ce petit village.  

Un gros coup de cœur pour ce roman dense et captivant, empreint d'humanité et de vie !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Challenge Amérique latine 2019

L’Île au manoir d'Estelle Faye