"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

dimanche 31 janvier 2016

Carrot cake from New York

Aujourd'hui, c'est dimanche cuisine surprise à la maison : menu à découvrir donc.  Je vous en propose déjà le dessert, un carrot cake extra !


Ingrédients


Ingrédients liquides- 130 g de sucre blond - 12 cl d'huile de tournesol - 4 oeufs moyens - 2 cuillerées à soupe de jus d'orange - le zeste d'une orange - 1 cuillerée à café d'extrait de vanille liquide

Ingrédients secs :- 240 g de farine - 2 cuillerées à café de levure ou Baking Powder - 3 pincées de sel - 2 cuillerées à café de cannelle moulue - 4 pincées de noix de muscade - 4 pincées de cardamome en poudre - 4 pincées de poivre noir fraîchement moulu


Carottes et fruits :- 240 g de carottes râpées - 2 grosses cuillerées à soupe de noix hachées - 2 grosses cuillerées à soupe de raisins secs


Garniture et glaçage- 150 g de beurre doux ramolli - 200 g de fromage frais nature - 150 g de sucre glace tamisé - 100 g de noix de coco râpée

Préparation de la pâte


Préchauffez le four à 180°.

Dans un bol, fouettez énergiquement tous les ingrédients liquides.

Dans un second bol, mélangez ensemble tous les ingrédients secs.

Incorporez la préparation liquide à celle des ingrédients secs sans trop travailler la pâte.

Ajoutez les fruits, mélangez doucement et pas trop.

Beurrez et farinez un moule de 22 cm de diamètre.

Versez-y la pâte qui doit arriver aux trois quarts du moule.

Enfournez pour 40 minutes. Sortez le four et laissez refroidir avant de démouler.


Préparation du glaçage :


Dans un bol, mixez le beurre, le fromage frais, le sucre glace jusqu'à l'obtention d'un mélange lisse et homogène.

Etalez le glaçage sur le gâteau avec un couteau ou à une spatule .  Saupoudrez de noix de coco râpée.


Pour découvrir les autres préparations de Syl  et sa  brigade : chez  AsphodèleLouiseSandrionSyl et Hilde.








Challenge Nos gourmandises 2016 avec Syl

samedi 30 janvier 2016

Sorcière Josepha de la Luna : Je veux une licorne ! d'Estelle Billon-Spagnol

Lecture en partenariat : merci aux éditions Belin pour cette découverte !

Le résumé de l'éditeur :

Josepha Véronika De La Luna est une petite sorcière très douée : elle sait parler aux animaux, préparer des potions mortelles et maîtrise à la perfection des sortilèges comme le jeveussa ou le miam-miam-goulou-goulou-vienzamoi !

Sauf que Josepha Véronika De La Luna en a assez de ses cheveux rouges, de son nez trop crochu et des bouses de dragon ! Elle veut devenir Princesse Gwendoline pour gambader avec les licornes ! 

Mais qui peut l'aider à réussir une telle transformation ? Arthura, la plus vieille des sorcières encore en vie, bien sûr ! Zoum zoum, Josepha glisse Frouk, son fidèle hibou, dans sa poche et enfourche son balai. Direction : le Bois-Sacrément-Loin…

Ainsi démarre une quête à la licorne super-périlleuse, où Josepha devra affronter un imprudent balai-bus, un dragon enrhumé, un escargot ensorcelé et un prince pas forcément charmant… Rien que ça !

Avis 

Cheveux rouges et dents pointues, Josepha est une sorcière au caractère bien trempé.  Régulièrement, elle claque la porte de la maison familiale et file bouder au pied de Mortibus, son vieil arbre mort.

Cette fois, elle rêve d'être une princesse aux cheveux blonds soyeux et de posséder une licorne.  Bien décidée à obtenir gain de cause, elle se met à la recherche d'Arthura, une très puissante sorcière.  Par malchance, son rêve pourrait bien être exaucé...


Avec cette série Sorcière Josépha de la Luna, Estelle Billon-Spagnol propose aux jeunes lecteurs un premier roman amusant autour d'une petite sorcière capricieuse.  Après une grosse colère, comment garder la face quand on a claqué la porte de la maison ?  Impossible de faire marche arrière !  

Autour de Josépha et de Frouk son hibou, les catastrophes s'enchaînent et la situation se complique dangereusement...  Un charmant mélange d'humour et d'aventures, rehaussé par les dessins qui donnent un petit plus sympathique à l'ensemble !

mercredi 27 janvier 2016

La prophétie de Venise de Moka

Le résumé de l'éditeur :

1996 : 12 adolescents sont assassinés à Venise… 2012 : Et si tout recommençait ? Engagé par le richissime Vianney de la Tour Audelange, le détective Maxime Dancourt rouvre le dossier du massacre de Venise. Quand il découvre que 2012 est une année bissextile à 13 lunes, comme 1996, la course contre la montre a déjà commencé... Le ciel serait-il la clé du mystère ? Quel étrange lien relie les crimes au Zodiaque ? Maxime et son fils Lubin vont découvrir que personne n’est innocent…

Avis

Ancien policier, Maxime Dancourt s'est reconverti dans le métier de détective : cela lui permet d'être son propre chef, un avantage incalculable malgré les mauvais jours.  Contacté par un riche aristocrate, Vianney de la Tour Audelange, il se voit proposer un dossier hors du commun : le meurtre sauvage de la petite fille du vieil homme et de onze autres adolescents, massacrés dans le cimetière de Venise en décembre 1996. 

Affligé par le chagrin et la maladie, Vianney de la Tour Audelange souhaite voir ce terrible crime puni.  De plus, il craint que le drame ne se répète : 1996 était une année à 13 lunes et 2012 le sera également.  D'abord réticent, Maxime se charge pourtant de l'enquête, encouragé par son fils Lubin.  Sans le savoir, son aide lui sera précieuse et marquera les débuts d'une étrange collaboration, les menant à travers l'Italie et le sud de la France.

Dans ce roman policier original, Moka entame les aventures d'un duo attachant : complicité et petites chamailleries en vue !  Maxime et Lubin s'attaquent à forte partie et leur perspicacité sera bienvenue.  Difficile d'imaginer l'un sans l'autre.


Humour, suspense, ésotérisme, secrets de famille, ... tout est prévu pour assurer la réussite de ce roman, sans oublier les machines à café, les Alfa Roméo et le Carnaval de Venise !  Un tandem à suivre...

mardi 26 janvier 2016

Miss Gratte-le-ciel et Riquiqui Man de Sandrine Beau et Jess Pauwels


Lecture en partenariat : merci aux éditions Belin pour cette découverte !

La présentation de l'éditeur :

C'est l'histoire de Goliath, 1 mètre 23, alias Riquiqui Man, et de Lili, 1 mètre 62, alias Miss Gratte-le-ciel. Évidemment, un physique pareil, ça ne vous met jamais à l'abri d'un surnom idiot ou d'une blague douteuse… mais ça peut aussi réserver de chouettes surprises, du genre d'un coup de foudre improbable.

Voilà comment Goliath, amateur de poésie au sourire timide, va apprivoiser Lili, la fortiche en maths qui sait faire des yeux méchants, mais qui n'est que douceur et crème en dedans. 

Il ne faudra pas longtemps pour que le courant passe entre ces deux-là, jusqu'à ce qu'ils forment un incroyable duo de choc qui clouera le bec aux plus moqueurs.

Avis

Alors que tout les oppose, Goliath et Lili se sont trouvés : ils souffrent tous deux d'un prénom mal choisi par rapport à leur physique et cela les a rapprochés.  Même dans les cours, leurs différences les ont soudés et les voici les meilleurs amis, prêts à affronter les moqueries des autres enfants.

Sans le savoir, leur singularité pourrait être appréciée de tous : ainsi, lors de la fête de fin d'année organisée chez Juliette...

Dans ce roman sympathique, Lili et Goliath se livrent tour à tour : chacun évoque leur rencontre et leur amitié, improbables.  De manière fine et amusante, les auteurs abordent ainsi, à travers l'histoire et ses amusantes illustrations, les délicats sujets de la différence et du harcèlement.  En fin d'ouvrage, une double page, le coin des experts, permet d'amorcer le dialogue avec les enfants.  Sur les couvertures et les rabats, pouvant servir de marque-page, des illustrations sous forme de photos ajoutent au capital sympathie des héros et plairont aux jeunes lecteurs.

Un roman bien pensé, pour les enfants à partir de 7 ans : un joli outil qui mêle avec subtilité un contenu sérieux et des aspects plus ludiques.

dimanche 24 janvier 2016

Scones + pancakes

Quartiers libres ce dimanche dans la brigade: ici, ce sera scones et pancakes pour un petit déjeuner so british...

Pour une vingtaine de scones


Ingrédients :

300 g de farine - 150 g de beurre - 100 g de sucre - 20 cl de lait - 2 oeufs - 1 sachet de levure - 1 pincée de sel

Préparation : 


Préchauffez votre four à 240 °C (th.8) et mettez-y votre beurre à fondre.

Dans une terrine, mélangez bien la farine, la levure et le sel.

Ajoutez le beurre fondu, le lait, le sucre et les oeufs un par un en mélangeant délicatement à chaque étape. Si vous avez du temps devant vous, vous pouvez séparer les jaunes des blancs et battre les blancs en neige avant de les incorporer à la pâte, ce qui rendra votre préparation plus mousseuse.  Mais ce n'est pas indispensable.

Pétrissez la pâte, puis laissez-la reposer pendant que vous beurrez les moules et les farinez.  

Garnissez les moules aux trois quarts, puis disposez-les sur une plaque à pâtisserie.

Faites cuire environ 20 minutes, en baissant la température à 200° C (th.6/7) à mi-cuisson, dès que vous constaterez que les scones ont monté.

Laissez refroidir sur une grille avant de les démouler, et de les servir tièdes, accompagnés de crème chantilly et de confiture.


Pour une dizaine de pancakes :


Ingrédients :

150 g de flocons d’avoine - 120 g de farine - 300 ml de lait - 1 sachet de levure chimique - 1 sachet de sucre vanillé (ou 1/2 cuillère à café de cannelle ou 1/2 cuillère à café de noix de muscade) - 2 œufs

Préparation : 

Versez dans un saladier les flocons d’avoine, le sachet de levure, la farine et le sucre vanillé. Mélangez.

Dans un second saladier, battez les œufs en omelette et ajoutez le lait. Versez cette préparation dans la préparation sèche et remuez. La consistance doit être assez épaisse (plus épaisse qu’une pâte à crêpes).

En déposer une petite louche dans une poêle à blinis ou plusieurs louches dans une poêle normale anti-adhésive.

Au bout d’environ 2 minutes, de petites bulles se forment à la surface. Il est temps de retourner vos pancakes, retournez et laissez cuire 1 à 2 minutes supplémentaires (cuire maxi 5 minutes en tout)

Procédez ainsi jusqu’à épuisement de la pâte et servez tout chaud.


Pour découvrir les autres préparations de Syl  et sa  brigade : chez  AsphodèleLouiseSandrionSyl et Hilde.








Challenge Nos gourmandises 2016 avec Syl

samedi 23 janvier 2016

D’ailleurs les poissons n’ont pas de pieds de Jón Kalman Stefánsson

Tourte de Grand-Mère Margrét


Pour la pâte

Prenez une grosse part de nature; mélangez-en la beauté sauvage et quelques caractères bien trempés dans un plat creux.  Ajoutez le deuil soigneusement nettoyé et une mesure de peine.  Incorporez au mélange précédent en pétrissant rapidement et légèrement du bout des doigts. Vous obtenez alors une sorte de semoule grossière en 2 ou 3 min, un mélange savoureux et poétique, légèrement chargé d'amertume. Incorporez-y rapidement deux pintes d'eau de mer et sa puissance.  Formez une boule et réservez.


La farce

La farce est composée majoritairement de poisson et de souvenirs; agrémentez de quelques notes de musique et d'une pointe d'adolescence.  Une bonne dose de chômage viendra donner de la consistance à l'ensemble et liera l'appareil. 
Les plus audacieux y ajoutent quelques soupçons de vengeance douanière; d'autres n'imaginent pas ce plat sans quelques extraits d'honneur marin.
Relevez le tout en y incorporant de l'essence de mélancolie et de l'extrait d'Amérique.  Indispensable pour donner à la tourte son goût particulier !

Pour former la tourte

Avec la moitié de la pâte, garnissez une tourtière, versez-y la farce et recouvrez du reste de pâte.  Vous servirez ainsi un plat familial alliant sagesse et rudesse sauvage, avec une pointe d'amour et de mélancolie.  
Vous pouvez également façonner de petits pâtés individuels, en n'oubliant pas de les assaisonner d'une pointe d'égoïsme et d'inconséquence.  Cette préparation semble avoir la préférence de la jeune génération.

La cuisson

Faites cuire durant trois générations, à four oscillant entre ardent et mélancolique.  Lorsqu'une bonne odeur de passion et de tradition sort du four, piquez au cœur pour vérifier la cuisson.  Servez bien chaud, accompagné d'une salade composée : sensualité et sentiments.  Ce plat simple et parfumé ravira vos convives !

-----------------------------------------------

Pour ces matchs de la rentrée littéraire 2015, organisés par PriceMinister, la consigne est à la créativité et à l'originalité.  Une fois n'est pas coutume, sortons des sentiers battus pour ce billet...



La présentation de l'éditeur :

«Elle est plus belle que tout ce qu’il a pu voir et rêver jusque-là, à cet instant, il ne se souvient de rien qui puisse soutenir la comparaison, sans doute devrait-il couper court à tout ça, faire preuve d’un peu de courage et de virilité, pourtant il ne fait rien, comme s’il se débattait avec un ennemi plus grand que lui, plus fort aussi, c’est insupportable, il serre à nouveau les poings, récitant inconsciemment son poème d’amour. Elle s’en rend compte et lui dit, si je dénoue mes cheveux, alors tu sauras que je suis nue sous ma robe, alors tu sauras que je t'aime.» 

Ari regarde le diplôme d’honneur décerné à son grand-père, le célèbre capitaine et armateur Oddur, alors que son avion entame sa descente vers l’aéroport de Keflavík. Son père lui a fait parvenir un colis plein de souvenirs qui le poussent à quitter sa maison d'édition danoise pour rentrer en Islande. Mais s’il ne le sait pas encore, c’est vers sa mémoire qu’Ari se dirige, la mémoire de ses grands-parents et de leur vie de pêcheurs du Norðfjörður, de son enfance à Keflavík, dans cette ville «qui n’existe pas», et vers le souvenir de sa mère décédée.


 #MRL15 #PriceMinister 


jeudi 21 janvier 2016

Les Intrus de Lauren Oliver


Lecture en partenariat : merci au  Livre de Poche pour cette découverte !

La présentation de l'éditeur :

Le fortuné Richard Walker vient de mourir et laisse derrière lui un vaste manoir rempli des vestiges de toute une vie. Son ex-femme et ses enfants sont là pour récupérer l’héritage. Mais les Walker ne sont pas seuls. Alice et Sandra, les anciennes résidentes, mortes depuis longtemps, sont liées à la demeure et s’éternisent dans ses murs. Elles observent la famille et s’expriment à travers le sifflement d’un chauffage, le grincement d’une marche ou le clignotement d’une ampoule. Lorsque le monde des esprits va se heurter à celui des humains, de terribles vérités vont refaire surface et provoquer un véritable cataclysme.

Avis 

Une vieille maison : voilà qui attend les héritiers de Richard Walker à sa mort.  En réalité : une vieille maison, de nombreux souvenirs et quelques fantômes... Ce sont ici ces esprits qui assurent, en grande partie, la narration de l'histoire : l'arrivée des héritiers, leurs réactions face au deuil, les émotions, ...

Entre le défunt et sa famille, les non-dits étaient nombreux; leurs relations étaient plutôt distendues : son ex-femme et ses enfants ont bien changé et taisent eux aussi quelques secrets.  La préparation de l'enterrement et de la cérémonie est suivie de près par les fantômes qui habitent la maison : chacun donne sa vision des événements, s'exprime à sa manière et cherche à se livrer le moins possible.  Pourtant vivants et esprits devront se rencontrer et s'ouvrir les uns aux autres.


Dans ce roman atypique, Lauren Oliver crée une atmosphère particulière : la vieille maison tait ses souvenirs et ses drames.  Les fantômes eux-mêmes préfèrent garder le silence.  Le récit se cherche, il oscille entre fantastique et thriller.  Les souffrances présentes et passées tentent d'éclater au grand jour mais cela reste très latent : il y a peu d'action dans ce livre mais plutôt une ambiance pesante.  Le rythme est lent et cette lecture demande de la patience de la part du lecteur : un point de vue original pour les amateurs de fantastique et de huis clos.

dimanche 17 janvier 2016

Tartiflette



Pour ce dimanche, météo oblige, la montagne est à l'honneur : gâteau de Savoie, tartiflette ou plat mystère... au menu.  Ici, ce sera tartiflette : 


Ingrédients : 1 kg de pommes de terre - 200 g de lardons fumés - 200 g d'oignons émincés - 1 reblochon bien fait 


Préparation :


  1. Eplucher les pommes de terre, les couper en dés, bien les rincer et les essuyer dans un torchon propre. 
  2. Faire chauffer l'huile dans une poêle, pour y faire fondre les oignons; rajouter ensuite les pommes de terre. 
  3. Faire dorer tous les côtés des dés de pommes de terre, rajouter les lardons, et finir de cuire. 
  4. Gratter la croûte du reblochon et le couper en deux. Préparer un plat à gratin en frottant le fond et les bords avec de l'ail. 
  5. Préchauffer le four à 200°C. 
  6. Dans le plat à gratin, verser une couche de pommes de terre aux lardons, disposer dessus la moitié du reblochon, puis de nouveau des pommes de terre. 
  7. Terminer avec le reste du reblochon (croûte vers les pommes de terre), et enfourner pendant environ 20 min. 


Pour découvrir les autres préparations de Syl  et sa  brigade : chez  AsphodèleLouiseSandrionSyl et Hilde.








Challenge Nos gourmandises 2016 avec Syl

vendredi 15 janvier 2016

Journal de Julie Delporte


Album reçu dans le cadre du Loto BD organisé par Mo', merci à  Oliv pour cette découverte.

Le résumé de l'éditeur : 

Journal s’ouvre sur une citation d’Annie Ernaux qui rappelle que l’autobiographie permet de rendre commune à tous les lecteurs une expérience intime et personnelle. Julie Delporte y parvient magistralement. À travers son journal, elle raconte l’expérience de la séparation, et réussit à rendre sensible et universelle la fin de son histoire d’amour. Véritable catharsis, elle écrit sa relation à l’autre avec ses crayons de couleurs pour se libérer de ses doutes et de ses angoisses, et transformer ses émotions en pensées colorées. Chaque page se lit comme un poème. Julie Delporte évoque avec finesse ses peurs, sa mélancolie profonde, le manque, la solitude, et la nécessaire reconstruction sans l’autre. Comment vivre de nouveau ? se défaire de ses habitudes à deux ? Comment ne pas se perdre en perdant une partie de soi-même ? et réussir à faire face à ses angoisses, apprivoiser la solitude, apprendre à recommencer ? Un premier livre autobiographique saisissant.

Avis : 

Dans cet ouvrage, présenté sous forme de Journal, Julie Delporte se penche sur les jours difficiles qui suivent sa séparation : jour après jour, elle livre ses impressions, ses doutes face aux petites choses du quotidien. 

Elle doit tourner une page, poser des choix seule et cela n'est pas si évident.  Ce journal sera son nouveau compagnon de route : constitué de collages, de dessins aux couleurs éclatantes, il partage les émotions de la jeune femme et lui sert d'exutoire.

Découvrir le travail de Julie Delporte et ce Journal m'a beaucoup plu : il déborde de vie et de créativité.  Le thème ne prête forcément à rire mais le ton n'est ni larmoyant, ni triste pour autant.  Sous les crayons de Julie Delporte, les couleurs resplendissent, les émotions éclatent.  Tout cela  donne de la vitalité et du réalisme au récit.  Une belle découverte pour laquelle je remercie Oliv.

mercredi 13 janvier 2016

In Bloom de Wanch

Lecture en partenariat avec Babelio et Nats Editions : un grand merci pour cette lecture !

La présentation de l'éditeur
 

Un enfant, un père, une fleur. 

Ils se sont perdus. 

Ils se sont oubliés. 

Jusqu'à ce que tout bascule à nouveau !

Avis 

Entre Jérémy et son père, la situation est tendue : leurs relations frôlent le néant.  A la maison, la communication est réduite au strict minimum; le jeune garçon tente de discuter mais son père, Sam, est fermé, cloîtré volontairement dans son travail.  

Dans la maison, on devine une absence qui plombe l'atmosphère et gangrène toute vie : les souvenirs heureux semblent bien loin.  Quelques photos rappellent les jours anciens où tous souriaient.  Quelques photos et une petite fleur...


Sous le dessin de Wanch surgit un univers sombre et nerveux : celui où vivent Jérémy et Sam.  De loin en loin un peu de couleur apparaît : c'est elle qui annonce les souvenirs, les rêves ou encore la vie à travers les yeux de Jérémy.  A l'image des teintes choisies par Wanch, le quotidien est difficile pour le jeune garçon et son père  : l'auteur les met en scène avec beaucoup de délicatesse et d'émotions.  Sans drame, ni lourdeur, il nous montre une famille en détresse dans un album sensible et poétique.  Une belle découverte ! 



tous les livres sur Babelio.com

mardi 12 janvier 2016

Le Médecin d'Ispahan de Noah Gordon


Lecture en partenariat : merci au  Livre de Poche pour cette lecture !

Le résumé de l'éditeur :

Londres, en l'an 1021. Orphelin, Rob J. Cole, neuf ans, est recueilli par un barbier-chirurgien et devient son apprenti. Ensemble, ils sillonnent l'Angleterre. C'est une époque où l'on brûle les sorcières, où la vie est dure et la mort vite venue... Mais Rob n'a qu'une idée en tête : devenir médecin et il a un terrible don : il sent si un patient va mourir lorsqu'il lui prend la main. 

Ayant appris qu'on peut étudier sérieusement la médecine chez les Arabes, Rob n'hésite pas et, à vingt ans, le voilà qui traverse l'Europe pour gagner l'Orient. Comme chez les Arabes on n'admet pas les chrétiens, il va se faire passer pour juif... 

Avis :

Londres, XIe siècle, la vie est dure dans les faubourgs et l'espérance de vie souvent courte.  Rob, neuf ans, le comprendra vite.  A la mort de ses parents, le jeune garçon est confié à un barbier-chirurgien : auprès de lui, il apprendra le métier et découvrira aussi l'art de la mise en scène et des boniments. 

Au-delà des apparences, Rob est passionné par son métier et aimerait en connaître davantage afin d'aider au mieux les malades. D'autant qu'il dispose d'un curieux don, celui de sentir, d'un simple contact, si un patient va vivre ou mourir.

Afin de devenir le médecin qu'il espère, Rob doit tout quitter : en effet, l'enseignement qu'il souhaite recevoir se dispense en Orient et le voyage est long.  Et il reste encore une petite difficulté à régler : pour être accepté, le jeune homme doit se faire passer pour Juif car l'école n'est pas accessible aux Chrétiens.  Le trajet vers Ispahan sera pour lui l'occasion d'étudier et de parfaire son personnage.  Sans le savoir, il rencontrera également l'amour...

Centré autour de l'histoire de la médecine au XIe siècle, le Médecin d'Ispahan est également un grand roman d'aventures : pour répondre à sa passion et à sa soif d'apprendre, Rob traverse l'Europe et n'hésite pas à s'aventurer en Orient, en compagnie de caravanes qui sillonnent des contrées dangereuses.  

Le héros, que nous suivons depuis l'enfance, est un caractère fort et déterminé.  Le voir évoluer est passionnant, tout comme l'est le fait de suivre l'Histoire, de découvrir les tenants et aboutissants d'une époque troublée.  Le volet médical m'a également beaucoup intéressée et m'a rappelé la lecture des Princes du sang de Gilbert Schlögel, autour de l'histoire de la chirurgie.  En conclusion : un roman dense, mêlant Histoire, médecine et religion; une aventure flamboyante !

lundi 11 janvier 2016

Pablo, drôle de chevalier d'Alain Chiche et Sylvain Diez

Lecture en partenariat : merci aux éditions Belin pour cette découverte !

La présentation de l'éditeur :

Ce matin, à Blackorbac, valets, écuyers et tailleurs s'activent ! Tout le monde prépare la grande fête du château… sauf Pablo. 

Lui est un chevalier, et un chevalier ne fait que ce qu'il lui plaît ! Il se dirige donc tranquillement vers les cuisines pour prendre son petit-déjeuner. Mais autour des fourneaux, l'agitation règne aussi ! Voilà comment Pablo devient cuisinier malgré lui…

Avis 

Aujourd'hui, Pablo a décidé de n'en faire qu'à sa tête : il commencera sa journée par son petit-déjeuner et rien d'autre.  En chemin vers les cuisines, les propositions ne manquent pas mais Pablo est inflexible.

Pourtant, face au nouveau cuisinier, Pablo n'en mène pas large et le voilà embauché comme marmiton.  A la cuisine, il n'y a pas de mais qui tienne...

Pablo est un petit chat rebelle, né de la collaboration entre Alain Chiche et Sylvain Diez : ensemble, ils proposent au jeune lecteur une histoire amusante, entraînée par quelques rebondissements. 

Pablo est ici mis en scène dans l'univers de la chevalerie : le château prépare une grande fête et tous sont bien occupés.  C'est l'occasion d'en parcourir les pièces, avec une mention spéciale pour les motifs présents dans les décors et d'en découvrir tous les habitants.  Sans oublier le dragon...


Pour les petits lecteurs : un récit vivant et amusant dans un décor vif et coloré.

dimanche 10 janvier 2016

Retour à Stonemouth d'Iain M. Banks

Lecture en partenariat : merci au  Livre de Poche pour cette lecture !

Le résumé de l'éditeur :

Écosse, Stonemouth : petite ville portuaire maussade réputée pour sa brume, ses gangsters, sa drogue à bas prix et ses suicidés. Après un exil de cinq ans, Stewart Gilmour est convoqué pour les obsèques de Joe, le patriarche du clan Murston, l’une des deux familles régnant sur la ville. La dernière fois qu'il a vu les Murston, ils voulaient sa peau. Si son retour sème la discorde, il représente aussi une seconde chance : l'occasion d'affronter son passé et, peut-être, de revoir Ellie, la jeune femme qui hante ses rêves. Des souvenirs à l'instant présent, Stewart passe de l'adolescence à la maturité, des anciennes amitiés encore flamboyantes aux ennemis qui n'ont rien oublié. La semaine de deuil s'écoule entre douceur diffuse et violence extrême jusqu'à sa conclusion explosive.

Avis 

Jeune artiste reconverti dans la conception de solutions d'éclairage, Stewart Gilmour vit à Londres.  Revenu pour un enterrement à Stonemouth, la cité de son enfance, il doit faire face aux raisons qui lui ont fait quitter la ville en urgence cinq ans plus tôt.  Notamment sa tête plus ou moins mise à prix par la  toute puissante famille Murston.

La situation est pour le moins tendue et si sa présence est tolérée, Stewart doit pourtant faire preuve de la plus grande prudence. Entre les amis de toujours et les inimitiés inébranlables, sa position est plutôt compliquée.

Égrenant pêle-mêle des souvenirs de jeunesse plus ou moins heureux et relatant la parenthèse difficilement acquise pour la période de l'enterrement, Iain M. Banks nous emmène en compagnie de son héros dans des retrouvailles mouvementées : bouffées de nostalgie et montées d'adrénaline garanties.


Le retour de Stewart à Stonemouth est une savoureuse évocation de son adolescence, centrée sur son amour pour Ellie, relevée par une touche d'enquête policière sur fond de mafia.  A nouveau plongé dans l'ambiance de sa jeunesse, Stewart se pose bien des questions, notamment à propos de la faute qui a mené à son exil.  Le mélange est savoureux, captivant et l'Ecosse se montre sous un jour inattendu, oscillant entre modernité et traditions, malmenée par la mafia.  Autour du poids du passé et des choix, Iain M. Banks nous offre ici un récit dynamique et mélancolique.

samedi 9 janvier 2016

Literary Life : Scènes de la vie littéraire de Posy Simmonds

Lecture en partenariat avec Livraddict et les éditions Folio : un grand merci à tous deux pour cette lecture !

La présentation de l'auteur :

«Ces chroniques ont paru chaque samedi entre 2002 et 2005 dans The Guardian Review. Ma seule consigne était que tout devait tourner autour de la vie des lettres. Je travaillais en flux tendu – recherche d’une idée le lundi, fol espoir de l’avoir trouvée le mardi, et le mercredi, jour de remise, frénésie de travail matinal, en robe de chambre parmi les miettes de toast. Puis à 11 h 50, course jusqu’aux bureaux du journal, au bout de la rue (mais pas en robe de chambre) pour livrer ma planche. Le reste du mercredi était en général consacré à un lunch bien mérité.» 
                                                                              
                                                                  Posy Simmonds

Avis 

Literary Life reprend les chroniques en bande dessinée de Posy Simmonds, publiées entre 2002 et 2005 dans le Guardian Rewiew.  L'auteur y met en scène, et égratigne volontiers, le monde de l'édition dans l'ensemble du circuit : de la création littéraire à l'ouvrage dans les mains du lecteur.  De l'auteur tiraillé entre sa création et sa vie réelle, au libraire confronté à l'arrivée de colossaux concurrents en passant par les choix difficiles de l'éditeur...  Ce ne sont que quelques exemples parmi tant d'autres mais tous ont un dénominateur commun : chacun y prend pour son grade.

Parmi les angles de vue proposés par l'auteur, certains personnages sont présents de manière récurrente,  créant ainsi de mini-séries, comme le Docteur Derek et son infirmière, très plaisantes à retrouver.  Dans un autre registre, le quotidien de la petite librairie indépendante  a beaucoup plu à la lectrice que je suis, mettant en avant une existence parfois bien compliquée.  J'ai également apprécié la présence de quelques figures bien connues en  guest star, comme Pierre Lapin de Beatrix Potter ou l'univers d'Harry Potter. 

Un seul bémol : j'aime beaucoup le format choisi, plus grand qu'une édition de poche mais dans le cas présent, il ne donne pas à cette bande dessinée toute l'ampleur qu'elle mériterait et implique par là-même de tout petits caractères parfois difficiles à déchiffrer.


Le propos est drôle, cynique; le trait est vif et nerveux.  La lecture n'en est que plus savoureuse.  J'ai trouvé certains passages très drôles, d'autres sont tombés un peu à plat et n'ont pas trouvé d'écho en moi.  Un trop grand décalage entre ma réalité et celle évoquée par l'auteur sans doute : il est évident que l'auteur connaît bien son sujet et par conséquent, son décryptage est quelquefois trop pointu.  C'est un peu dommage mais dans l'ensemble, je garderai de cette lecture une bonne impression : celle d'une plongée dans l'univers du livre intéressante et drôle.

jeudi 7 janvier 2016

Giratoire de Dominique Paravel

Lecture en partenariat avec les Editions Serge Safran : un grand merci pour cette découverte.

La présentation de l'éditeur :

Lui, Joaquin, est chargé de concevoir la décoration d’un rond-point pour une petite ville de la Drôme. Elle, Vivienne, est mandatée afin de l’assister – ou de le surveiller. Elle arrive de Paris en Mercedes et, sans se connaître, ils partent ensemble assister à la réunion du conseil municipal de La Virote, non loin de Montélimar.

S’enchaînent alors, dans une sorte de road novel, multiples péripéties rencontrées par ces deux personnages que tout oppose et qui portent chacun un lourd secret. Leur aventure prendra une tournure inattendue. À la fois cocasse et tragique, en tout cas, hors du commun.

Par sa construction originale, son écriture incisive, Giratoire confronte un homme et une femme obsédés par le désir de la fuite, le désir d’un lieu où la mort s’abolit dans la beauté.

Avis 

La Virote et son rond-point : voilà un départ inattendu pour un roman.  C'est pourtant ce qui va réunir pour quelques heures Joaquin et Vivienne, dans une escapade un peu folle. 

Joaquin travaille pour Savinco : il est responsable de la décoration du rond-point de La Virote, petite commune proche de Montélimar et espère beaucoup de ce dossier.  Vivienne Hennessy est envoyée par le département marketing de l'entreprise pour l'accompagner dans sa mission. Ensemble, ils doivent rencontrer le conseil communal de La Virote, ce qui représente à peine trois heures de route.  Pour l'instant, ils ne se connaissent pas encore et Joaquin angoisse un peu à l'idée d'un possible retard de la consultante.

Il faut bien le reconnaître : dans la vie de Joaquin, tout est soigneusement réglé, minuté même.  Adolescent, il a dû renoncer à la liberté et il en tait toujours la raison.  Vivienne a, elle aussi, un secret, caché derrière son mépris des conventions.  Fidèle à elle-même, elle n'hésite pas à bouleverser les plans de Joaquin.   Faisant route vers La Virote dans une vieille Mercedes, ces deux individualités, secrètes et complexes, vont se découvrir, s'apprivoiser peut-être...

Au diapason de son titre et de son élément central, le roman de Dominique Paravel mène le lecteur de surprise en surprise : ce qui devait être plié en quelques heures se dévoile au fil des fantaisies des personnages et ne se réalise qu'après bien des détours.  De menus incidents surgissent, marquant les différences entre Vivienne et Joaquin et les quelques heures semblent vouloir s'éterniser.

Dans un texte en demi-ton, l'auteur joue sur la confrontation et les non-dits : à mi-chemin entre comédie et drame, le récit est empreint d'un grand réalisme et ponctué d'éclats de vie.  Le résultat est vif et (sur)prenant,  à l'image des ronds-points du roman, empruntés comme autant de carrousels.

vendredi 1 janvier 2016