"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

lundi 29 juin 2015

Harry Potter and the prisoner of Azkaban by JK Rowling


La présentation de l’éditeur :

When the Knight Bus crashes through the darkness and screeches to a halt in front of him, it's the start of another far from ordinary year at Hogwarts for Harry Potter. Sirius Black, escaped mass-murderer and follower of Lord Voldemort, is on the run – and they say he is coming after Harry. In his first ever Divination class, Professor Trelawney sees an omen of death in Harry's tea leaves … But perhaps most terrifying of all are the Dementors patrolling the school grounds, with their soul-sucking kiss.

Avis :

Cet été encore, la cohabitation entre Harry Potter et sa famille se passe mal : Harry quitte la maison en pleine nuit et se retrouve seul, un peu perdu.  Après quelques péripéties, grâce à l’aide du Minsitre de la Magie Cornélius Fudge, il s’installe au Chaudron Baveur et attend la rentrée : il profite bien de ses quelques jours de liberté. 

Dans les journaux moldus, comme sorciers, un nom fait la une : Sirius Black, un dangereux individu, est activement recherché.  Il se serait échappé de la terrible prison d’Azkaban et sans qu’Harry le sache, leurs deux destins sont liés…

Mois après mois, je poursuis ma (re-)découverte de la série Harry Potter : je n’avais pas encore lu ce titre-ci en v.o. et je suis toujours autant passionnée, tant par l’histoire que par le vocabulaire particulier, propre à l’univers mis en place par JK Rowling.  La suite en juillet donc !









Challenge Une lecture V.O chaque mois avec Ellielivre : Juin

mercredi 17 juin 2015

Même les stars aiment les sardines à l'huile de Maïa Brami

Lecture en partenariat avec les éditions La Martinière Jeunesse

La présentation de l'éditeur :

Alors que ses copines sont en vacances, Douce fait un stage dans le magazine féminin d'une amie de sa mère.

Hélas ! Le journal est en difficulté et l'ambiance est désastreuse. Livrée à elle même, Douce est complètement perdue et démoralisée.

On finit par lui confier la rédaction de tests psychologiques pour le site Internet, mais les journalistes les méprisent et Douce se trouve encore plus isolée.

Alors quand, par hasard, elle rencontre Amira, sa star préférée en pleine crise de déprime, elle saisit sa chance. Si elle réussit à décrocher une interview exclusive, peut-être parviendra-t-elle enfin à être reconnue ?

Mais les stars sont des gens très spéciaux, et Douce n'est pas au bout de ses surprises…

Avis :

Pour Douce, 15 ans, l'été sera synonyme de travail: elle a décroché un stage dans un magazine féminin grâce à une amie de sa mère.  La voilà donc chargée de rédiger des tests psychologiques, un poste qui semble porter malheur à sa titulaire.  Pour son premier jour, Douce est plutôt gâtée : un job dont personne ne veut, un essai beauté qui tourne mal, la rencontre de son idole qui la charge d'une course pour le moins insolite...  C'est sûr, pour les vacances, cette année, Douce ne s'ennuiera pas un instant !

Avec ce roman dont j'ai d'emblée adoré titre et couverture, Maïa Brami nous propose un roman amusant, plein de vivacité et de justesse.  Je n'appartiens pas à la génération représentée mais à plus d'une reprise, j'ai retrouvé un air connu ou un visage familier dans les situations évoquées, à commencer par l'épisode des chaussettes baladeuses.

Pour son personnage central, Maïa Brami gâte ses lecteurs : Douce est un personnage entier, volontaire et décidée.  Elle est adorable, un concentré d'idées géniales et d'optimisme.    J'ai pris plaisir à suivre ses aventures, à lire ses tests.  Avec elle, j'ai craint la fin de Bella, déploré la pression autour d'Amira, pesté contre ses parents absents...

Alternant au culot les chapitres d'action avec les tests psychologiques, l'auteur nous offre un roman à l'image de son héroïne, audacieux et positif, un titre qui donne le sourire et s'accorde parfaitement avec les vacances tout proches.  

lundi 15 juin 2015

Double sens de Lauren Barnholdt

Lecture en partenariat avec Babelio et les éditions Castelmore.

Le résumé de l'éditeur :

Leur road trip aurait dû être parfait… s’ils n’avaient pas rompu quelques jours plus tôt !

Courtney n’avait absolument pas prévu de tomber amoureuse de Jordan. Ni Jordan de Courtney, à vrai dire. Elle est obsédée par l’ordre et les listes et lui est incapable de prendre quoi que ce soit au sérieux. Ils forment un couple improbable… et génial !

Jusqu’au jour où Jordan rompt. Courtney ne l’a pas vu venir non plus. Hors de question de rester en présence de ce traître une minute de plus ! Sauf que les amoureux avaient prévu de faire la route ensemble jusqu’à l’université, dans la voiture de Jordan. Trois jours d’enfer assis à moins d’un mètre l’un de l’autre…

Attention, mauvaise foi et règlements de comptes à l’horizon !

Avis :

A la veille d’entrer à l’université ; Courtney traverse une mauvaise passe : elle avait prévu de rejoindre le campus par un road trip de trois jours avec Jordan, son petit ami mais ses plans ont été revus.  Jordan l’a quittée pour une autre et elle choisirait volontiers un autre moyen de transport mais ses parents refusent d’engager davantage de frais.

Le jour du départ, tout va de travers : pour commencer, Jordan est en retard et Courtney, très organisée, fulmine.  Tout le voyage sera à l’avenant : l’ambiance est plutôt tendue, chacun restant sur la défensive.  Jusqu’au Massachussetts,  la route s’annonce longue, très longue.

Le roman de Lauren Barnholdt tourne essentiellement autour de l’histoire entre Courtney et Jordan : tour à tour, chacun prend la parole, à propos du voyage ou de leur histoire aujourd’hui terminée.  Passé et présent s’entrecroisent, dévoilant peu à peu la trame du récit.

Du côté des personnages, Jordan est un garçon sympathique, même s’il est sûr de lui et de son charme.  Courtney est, elle, le prototype de la casse-pieds, chicanant pour le moindre détail : elle en veut à Jordan et entend le lui faire payer.

Sur le fond, l’histoire n’est pas foncièrement originale et malgré un départ intéressant, s’écarte peu d’un canevas trop couru.  Rien de transcendant ne vient pimenter le récit.  C’est bien dommage car l’auteur lance quelques tentatives prometteuses : les personnages des amis, assez originaux ; quelques quiproquo semés ça et là, … sont trop peu exploités.


Pour terminer, un bon début mais des personnages et une intrigue qui se perdent en route : une lecture qui s’achève donc sur une déception.





tous les livres sur Babelio.com

dimanche 14 juin 2015

Eton Mess

Pour le mois anglais organisé par LouTitine et Cryssilda, la brigade cuisine british : Syl des sandwiches pour le tea timeSandrion, Hilde un Eton Mess, une recette proposée initialement par Choupynette et  que j'ai adoptée également.   








Ingrédients 

4 œufs - 3 cuillères à soupe de sucre - 6 cuillères à soupe de miel liquide - 30 cl de crème fleurette à 30 % de MG - 35 fraises - 12 framboises - feuilles de menthe fraîche

Préparation

Pour les pressés : des fraises, une grosse meringue toute faite, de la chantilly en bombe... pour les gourmands pressés ! Si vous utilisez une meringue toute faite, cette recette ne nécessite pas de cuisson. Armez-vous donc de vos fraises, de votre chantilly, et de votre meringue et rendez-vous à l'étape 4 !

ETAPE 1 : LES MERINGUES.

Battre les 4 blancs d'oeufs et le sucre, en neige assez ferme ; former des petites meringues à l'aide d'une cuillère à soupe et les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Faire cuire à 100°C (thermostat 3-4) pendant 1h15 (les meringues doivent être blondes et bien craquantes).

ETAPE 2 : LE COULIS DE FRAISE.

A feu doux, dans une casserole, faire compoter une quinzaine de fraises dans un peu d'eau et 3 cuillères à soupe de miel liquide. Ajoutez aussi les framboises et 3 ou 4 feuilles de menthe.

Quand les fraises commencent à compoter, mixer le tout et passer au chinois.

Remettre sur le feu jusqu'à ce que le coulis mousse bien et commence à bouillir. Retirer alors du feu et laisser refroidir.

ETAPE 3 : LA CREME FOUETTEE.

Battre la crème fleurette avec le reste du miel liquide et quelques cuillères du coulis (afin de colorer joliment la crème). La consistance doit rester crémeuse, on ne cherche pas à avoir une vraie chantilly (c'est tout l'intérêt de préparer soi-même sa crème : elle peut ainsi être rose grâce au coulis, pas trop sucrée, et bien crémeuse !)

ETAPE 4 : LE GRAND MELANGE !

L'Eton Mess est le dessert servi traditionnellement au Collège d'Eton, en Angleterre. Comme son nom l'indique, c'est un "mess"... il faut donc briser les meringues, couper les fraises restantes en morceaux, et tout mélanger dans la crème fouettée ! En l'absence de coulis, il suffit d'écraser quelques fraises à la fourchette pour qu'elles colorent bien la crème. Facile et rapide à faire... et ô combien délicieux ! L'alliage parfait entre le croquant de la meringue et le fondant de la crème demande bien sûr une préparation au dernier moment, juste avant dégustation (sinon la meringue ramollit et on perd tout l'intérêt de ce dessert).

Chacun est libre de présenter son "mess" comme il l'entend ; l'idée originelle est plutôt de tout mélanger mais on peut aussi choisir d'alterner une couche de crème fouettée, une couche de fraises, une couche de meringue concassée, et de nouveau de la crème fouettée sur le dessus.

Quelques fraises et feuilles de menthe pour décorer, de la brisure de meringue saupoudrée sur le dessus... et bon appétit !












vendredi 12 juin 2015

Aux délices des anges de Cathy Cassidy

La présentation de l'éditeur :

Anya quitte son pays natal, la Pologne, avec sa petite sœur et sa mère. Elle va rejoindre son père en Angleterre. Mais à l’arrivée, le choc est grand. 

Loin des rêves qu’elle s’était fait, son quotidien s’avère des plus rudes : son appartement est un taudis, son collège lui fait l’effet d’un zoo plein d’animaux hostiles et survoltés, sa famille manque d’argent… 

Il y a bien Dan, ce garçon dont la mère tient le salon de thé « Bienvenue au paradis », qui s’intéresse à elle. Mais il a tout du bad boy. 

Alors que le monde s’écroule autour d’elle, Anya va découvrir que la douceur se cache parfois là où on ne l’attend pas…

Avis 

Originaire  de Cracovie, Anya quitte sa Pologne natale avec sa mère et sa sœur pour rejoindre son père à Liverpool.  A leur arrivée sur le sol anglais, la désillusion est grande : le climat est morose, Anya a du mal à s’intégrer à sa nouvelle école et la maison rêvée est un sombre appartement.

Petit à petit pourtant, la jeune fille s’acclimate, se fait quelques amis et craque même pour le mauvais garçon du collège.  Finalement, ce n’est pas si mal la vie à Liverpool !  Reste à savoir si Anya et sa famille pourront y rester…

Avec ce roman au titre et à la couverture délicieusement gourmands, Cathy Cassidy nous propose un roman jeunesse plutôt agréable, elle y mêle des thèmes classiques liés au quotidien des adolescents : amitié, premières amours, famille, à des sujets plus sensibles comme la crise, le chômage ou le choc des cultures.

Les personnages sont joliment décrits, avec réalisme et franchise : jeunes et sympathiques, ce ne sont pas des ados parfaits, riches et beaux mais des ados avec des problèmes et des défauts.  J’ai aimé les suivre et leur famille, dans les bons et les mauvais jours. D’ailleurs, si le dénouement semble un peu facile, il ne gâche pas vraiment le plaisir de lecture procuré par ce titre sensible et attachant.


Enfin, dans un tout autre registre, on parle beaucoup de gâteaux dans ce roman: un petit côté gourmand qui n’est pas pour me déplaire.  Un titre à ne pas réserver aux amateurs de pâtisserie !


jeudi 11 juin 2015

Le singe et le crocodile d' Anne Fronsacq et Jess Pauwels


Lecture en partenariat avec les éditions Flammarion : un grand merci !

La présentation de l'éditeur :

Un singe qui vit au sommet d'un cocotier se trouve en pénurie de noix de coco. Pour traverser le fleuve et trouver d'autres cocotiers, il accepte l'aide d'un crocodile, mais ce dernier ne cherche en fait qu'à le manger. Le singe rivalise alors d'imagination pour échapper au prédateur. D'après un conte traditionnel africain.

Avis : 

Amateur de noix de coco, un singe accepte par gourmandise l'aide d'un crocodile pour traverser le fleuve.  Au milieu des flots, les ennuis commencent lorsque le crocodile se fait menaçant : comment le singe parviendra-t-il à se tirer de ce mauvais pas ?


Adaptant un conte africain, Anne Fronsacq oppose le crocodile sournois au singe ; en d’autres termes : la ruse à la fourberie, la jeunesse à la vieillesse.  

Appuyé sur un fond bleu-gris, le dessin de Jess Pauwels s’accorde bien au récit : il joue sur les couleurs vives, utilise la transparence dans les décors, orne la végétation de motifs ethniques.  

Tout ceci donne à l’album un côté moderne et enlevé au conte original ; le duo d’auteurs offre ainsi un album amusant et frais pour une histoire traditionnelle qui plaira aux plus jeunes.

mercredi 10 juin 2015

La double vie de Cassiel Roadnight de Jenny Valentine


La présentation de l'éditeur :

Chap n’a pas cherché à se faire passer pour un autre, il a simplement laissé faire…

Dans ce foyer d’urgence pour jeunes paumés où il refusait obstinément de donner son nom, les gens du centre sont venus le voir avec une photo, celle d’un ado porté disparu qui lui ressemblait comme deux gouttes d’eau. Chap a fini par dire ce que les autres attendaient, que c’était bien lui Cassiel Roadnight ! Et puis tout s’est enchaîné, la soeur de Cassiel est venue le chercher pour le ramener chez lui, dans sa maison, où l’attendaient sa mère et son grand frère.

Chap n’a pas pensé qu’il allait vivre sous leur regard, chaque jour, chaque heure, chaque seconde et qu’il ne pourrait jamais se détendre ni se laisser aller. Un geste déplacé, un mot de travers, une mauvaise réaction risqueraient de donner l’alarme et de tout faire basculer ! Il n’a pas imaginé non plus que Cassiel pouvait cacher un secret monstrueux, et que c’est lui, Chap, qui allait en hériter…

Avis 

Séparé de son grand-père, Chap vit seul, dans la rue : placé dans un foyer, il est identifié comme le jeune Cassiel Roadnight, disparu depuis deux ans.  A l’idée d’une famille, Chap n’a pas vraiment démenti et « ses proches » sont venus le récupérer.  Le jeune garçon est dans une situation bizarre et compliquée car tous s’attendent à ce qu’il soit Cassiel.

Lorsqu’il découvre que Cassiel se croyait menacé, Chap se pose bien des questions sur la justesse de son choix et la sécurité que lui offre cette famille…

J’avais beaucoup aimé la fourmilière de Jenny Valentine, aussi n’ai-je pas traîné à lire ce titre, une fois entré dans ma PAL.   Une sage résolution : Jenny Valentine nous propose un roman accrocheur et dense. 

Chap se présente à peine : c’est petit à petit, à contrecœur dirait-on, que son histoire est dévoilée.  Dans sa nouvelle famille, il en va de même : tout ne semble pas clair, des secrets sont tus et pèsent sur la maisonnée.  Chap n’est pas le seul à être mal à l’aise, l’ambiance est lourde et le jeune garçon devra manœuvrer prudemment. 


Jenny Valentine sème les pistes, entrecroise les destins, elle distille le suspense avec maestria.  Elle met en scène des thèmes qui lui sont chers,  les questions d’identité et de faute passée autour du personnage de Chap/Cassiel, y ajoutant une dose d’angoisse qui garde le lecteur ferré jusqu’au dénouement.  Addictif et inquiétant : un excellent roman jeunesse !



dimanche 7 juin 2015

Breakfast cake

Pour le mois anglais organisé par Lou, Titine et Cryssilda, la brigade cuisine british : Sandrion a préparé une tarte au citronSyl une bakewell tart, Hilde des petits sandwiches.  Ici, un cake au cidre et aux pommes : un gâteau délicieux, léger et peu sucré mais relevé par l'acidité des fruits.  

Ingrédients 

3 pommes reinette - 300 g de farine - 150 g de beurre - 50 g de sucre - 1 sachet de levure - 3 œufs - 50 cl de cidre brut

Préparation

Pelez les pommes et coupez-les en morceaux.  Dans une poêle, faites fondre 50 g de beurre puis mettez les morceaux de pommes à revenir à feu doux une dizaine de minutes, jusqu'à ce qu'elles soient fondantes à l'extérieur.

Dans une terrine, versez la farine puis ajoutez la levure et le sucre, mélangez au fouet.

Préchauffez votre four à 220 ° et mettez le reste du beurre à fondre dans le moule.

Ajoutez le beurre dans la terrine, mélangez bien, puis cassez les œufs et incorporez-les un à un à la fourchette.

Versez le cidre dans la terrine et mélangez jusqu'à former une pâte très homogène, puis ajoutez les morceaux de pommes.

Faites cuire 35 minutes en baissant la température à 180 ° au bout de 20 minutes, sans ouvrir le four durant des 20 premières minutes, pour laisser le cake monter.  Démoulez le gâteau à la sortie du four, puis dégustez chaud ou froid.













une recette tirée de Alimentaire, mon cher Watson !

samedi 6 juin 2015

Agatha : La vraie vie d'Agatha Christie d'Anne Martinetti, Guillaume Lebeau et Alexandre Franc

La présentation de l'éditeur :

La vie d'Agatha Christie - auteure de 80 romans et nouvelles vendus à deux milliards d'exemplaires dans le monde - enfin racontée en roman graphique !

Saviez vous qu'Agatha Christie a elle-même organisé sa propre disparition pour punir un mari infidèle, qu'elle n'a eu de cesse de voler, de faire du surf, qu'elle a voyagé en Irak, en Egypte, n'imaginant pas de limite à sa liberté. Indéniablement Dame Agatha nous est familière, et sa reconnaissance internationale. Pourtant qui connaît le vrai visage de la Duchesse de la mort ? Loin de n'être que cette bourgeoise conservatrice à l'embonpoint sympathique, coupable de romans policiers populaires, la vénérable Anglaise était avant tout une femme moderne, complexe et secrète. Un personnage bien plus énigmatique que tous ceux qu'elle a inventés !

"Agatha Christie, une femme libre" propose d'appréhender les multiples facettes de la reine du whodunit. D'explorer sa part d'ombre, son univers crypté, et ses fascinantes mille et une vies..

Avis 

Connue pour ses romans policiers, Agatha Christie a connu une vie mouvementée :  trois auteurs nous la racontent à travers une bande dessinée.

Tout commence par sa disparition en 1926 et une discussion avec Hercule Poirot, son personnage fétiche; la bande dessinée d'Anne Martinetti, Guillaume Lebeau et Alexandre Franc revient sur la vie de l'auteur, ses déboires amoureux, ses voyages...  Elle présente habilement les circonstances réelles qui ont mené Agatha Christie à écrire tel ou tel roman.  Elle inclut fréquemment les êtres de papier créés par la romancière au sein de sa vie privée et leur donne volontiers la parole.  Entre Agatha Christie et Hercule Poirot, l'humour et les sarcasmes sont monnaie courante.


Le récit est drôle et plaisant : Agatha Christie était une femme moderne et dynamique, découvrir sa vie est passionnant.  L'approche choisie par les auteurs donne à la romancière une vitalité et une étoffe très réalistes, le croisement œuvres-réalité est également très intéressant. Le dessin d'Alexandre Franc, clair et précis, travaille également dans ce sens et s'harmonise parfaitement avec les textes.  Cette collaboration est une réussite et offre aux fans de la Reine du crime un album permettant de découvrir sa vie, et son œuvre, de manière très agréable. 



Malade de... jalousie ! d'Anne-Marie Pol et Isabelle Maroger

Lecture en partenariat avec les éditions Flammarion : un grand merci !

La présentation de l'éditeur :

Cléo pense que sa meilleure amie a tout pour elle. Quand Chloé termine sa récitation de poésie sous les applaudissements, Cléo l'envie. De plus, son amie raconte aux autres des choses qu'elle ne lui a pas confiées

Avis 

Deux amies pour la vie ! est une série destinée aux jeunes lecteurs, aux petites filles plus précisément.  Anne-Marie Pol y met en scène Chloé et Cléo, deux meilleures amies dans leur quotidien.  Certains jours, le ciel est bleu; d'autres fois, quelques nuages viennent assombrir la joie des petites filles  : ici, la jalousie est au centre du récit et sépare les héroïnes.

Cléo a du mal à se comparer à son amie Chloé : en récitation par exemple, où Chloé brille alors qu'elle-même est paralysée par le trac.  Dès lors, il suffit d'un rien pour déclencher un petit drame entre les deux amies.


De manière simple et amusante, le récit rappelle des situations vécues : nul besoin de dramatiser, il montre des petites filles normales dans un univers de tous les jours.  Les jeunes lectrices pourront s'y identifier facilement et relativiser face à la jalousie.  Les dessins d'Isabelle Maroger viennent soutenir le texte et alléger la lecture. Cette fois encore, avec le livre, un petit bonus : une carte à découper pour une amie.  Une attention qu'apprécieront les jeunes lectrices, dès 8 ans.