"Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut."
Cicéron

mardi 28 février 2012

Un roman américain de Stephen Carter

















Lecture en partenariat avec Livraddict et les éditions Robert Laffont: un grand merci à tous deux pour ce livre passionnant !



Le résumé de l'éditeur :

Été 1952, Martha's Vineyard. Vingt hommes se réunissent dans le plus grand secret. Politiciens, avocats, hommes d'affaires, universitaires, Blancs et Noirs, ils sont l'élite de l'Amérique. Ce soir-là, ils signent un pacte diabolique destinéà manipuler le président des États-Unis pour les décennies à venir...

Deux ans plus tard, au coeur de Sugar Hill, par une nuit glaciale de février, à la sortie d'une réception huppée, le jeune écrivain noir Eddie Wesley tombe sur un cadavre. Lequel cadavre agrippe entre ses mains une étrange croix inversée. Qui a tué ce riche avocat blanc croisé quelques heures plus tôt à la fête ? Que signifie cette croix ?

Alors que la curiosité d'Eddie commence à déranger, sa petite soeur, Junie, promise à un brillant avenir à la Cour suprême, s'évanouit brusquement dans la nature. Quel est le lien entre cette disparition, le meurtre de l'avocat et le complot visant à contrôler le président des États-Unis ?

Avis :

En compagnie d’Eddie Wesley, un jeune noir qui rêve d’écriture, Stephen Carter nous narre vingt années de l’histoire de “l’obscure nation”, cette élite noire de Harlem, composée de politiciens, d’hommes d’affaires, d’avocats, ... Des débuts de Kennedy au désaveu de Nixon, l’auteur nous livre ici une fresque passionnante qui mêle la fiction à la réalité, venant appuyer de l’actualité de ces deux décennies le « périple » d’Eddie.

Jeune journaliste dans les années cinquante, Eddie aspire à devenir écrivain. Il rêve également d’épouser Aurelia. Celle-ci lui préférant Kevin Garland, la soirée des fiançailles sonne le glas pour Eddie. A plus d’un titre d’ailleurs : c’est au cours de cette soirée qu’il découvrira le cadavre de Philmont Castle, un homme d’affaires dont le meurtre le hantera pendant de longues années. Découverte sur le corps inanimé, une mystérieuse croix inversée guidera sa quête de la vérité et l’amènera à poser des questions qu’il vaudrait mieux taire. Parallèlement à cette recherche, la disparition de sa jeune sœur Junie le poussera à remuer ciel et terre pour faire éclater la vérité. En coulisses, Aurelia mène de pareilles recherches, intriguée par les curieuses et soudaines disparitions de celui qu’elle a épousé. Les anciens amants réussiront-ils à faire toute la lumière sur cette sombre affaire qui semble même concerner le plus haut niveau de l’état américain ? A quel prix ?

Plus qu’un thriller, Stephen Carter nous propose un roman mêlant suspense, analyse politique et étude de société. Les protagonistes sont légion et il m’a plu de les côtoyer au fil de ces décennies plutôt mouvementées, revisitant grâce à cette lecture l’actualité des années cinquante à septante. Prise par la narration et par le style fluide et agréable de l’auteur, j’ai suivi avec intérêt les déboires d’Eddie et d’Aurelia au sein de cette « obscure nation ». Un grand merci à Livraddict et aux éditions Robert Laffont pour cette lecture enrichissante.

Logo Livraddict

lundi 27 février 2012

MademoiselleBerenice fête son anniversaire


Créatrice de talent, MademoiselleBerenice a créé sa marque il y a un an déjà.

Des sacs à tarte aux trousses de toilette en passant par les couvertures Doudou, son imagination est débordante et ses créations superbes. Un petit dernier a vu le jour il y a peu : le sac à cake !

J'ai pour ma part opté pour le modèle Smarties mais j'ai eu du mal à faire mon choix, tant le choix est grand. Et je n'ose pas l'emporter au boulot, de peur de faire pâlir mes collègues. Quoi que...

N'hésitez pas à visiter son blog, son site ou encore sa boutique ALM. Un concours est organisé pour fêter l'événement, ça se passe par ici...

Ces 9 et 10 mars...

les Restos du Coeur organisent leur collecte alimentaire pour offrir des repas aux plus démunis. Cette année encore, ils comptent sur les blogueurs pour relayer les opérations mises en place :










Les 9 et 10 mars, la collecte des Restos du Cœur avec l'aide de 3000 salariés Danone pour épauler les bénévoles.







Du 8 au 14 mars dans les magasins Carrefour et du 21 au 26 mars chez Carrefour Market, opération promo-partage en magasin : pour 4 produits achetés, un repas pour les Restos.







Pensez à faire circuler l'info : un billet = 10 repas offerts ! Toutes les infos se trouvent sur Tous ensemble, aidons les Restos !

vendredi 17 février 2012

jeudi 16 février 2012

Crime-City de Gudule

Quatrième de couverture :
Bienvenue dans le monde merveilleux et «dégoulinant de perfection» de Cream–City!
Tout est parfait dans ce monde virtuel: il ne pleut jamais‚ les maisons sont couleur de crème glacée‚ et les Lovely sont la famille idéale tout droit sortie des feuilletons télé...

Pour Corentin‚ ce nouveau jeu virtuel où il crée la famille rêvée‚ c’est le bonheur. Mais le jour où Corentin veut faire faire à l’un de ses personnages autre chose que ce que le programme informatique autorise‚ tout se dérègle et les personnages disparaissent les uns après les autres. En voulant rétablir la situation‚ il se trouve piégé au cœur de la simulation. Lui qui croyait trouver le paradis‚ découvre que derrière cette façade lisse et sans nuage‚ c’est presque l’enfer... Cream–city se transforme en Crime City.

Avis :

Une fois encore, lors de mes lectures jeunesse, le livre choisi est tiré de la bibilothèque de mes ados. Pour cette lecture, fait assez exceptionnel pour être souligné, ce titre m'a été conseillé par mon fils : il a reçu ce livre au moment des fêtes, l'a lu très rapidement et n'a eu de cesse que je le lise à la suite... C'est donc chose faite et j'ai pris plaisir à y retrouver la plume de Gudule, auteur que j'apprécie, même si j'ai trouvé ce récit plus léger que d'autres de ses textes.

Corentin est un jeune garçon qui doit faire face à la séparation de ses parents et à la dépression de sa mère. Pour oublier ce quotidien difficile, il se réfugie dans le jeu Cream City, un jeu de simulation qui met en scène la famille Lovely. A ses yeux, les Lovely sont la famille idéale et Cream City est le paradis sur Terre.

Le jour où Corentin veut sortir de la routine du jeu, tout se dérègle et les personnages disparaissent peu à peu. En voulant réparer ses erreurs, Corentin se trouve transporté dans le jeu et y découvre une réalité bien triste.

Gudule nous décrit donc la vie de Corentin, écartelé entre des parents qui se déchirent et le bonheur qu’il retrouve dans le jeu vidéo. Elle signe ainsi une histoire facile, agrémentée d’un léger suspense qui plaira aux adolescents, fans de jeux de simulation, qui pourront se retrouver dans ce récit. Si l’histoire comporte quelques stéréotypes et se conclut sur une morale un peu téléguidée, il devrait séduire les plus jeunes par sa construction intelligente et son action captivante. En conclusion : un petit roman sympathique pour adolescents !






Challenge Littérature jeunesse/Young adult : 24/24

mercredi 15 février 2012

Le froid modifie la trajectoire des poissons de Pierre Szalowski



Résumé de l'éditeur :

Un petit garçon de dix ans apprend que ses parents vont se séparer. Désespéré, il demande au ciel d’intervenir. Une incroyable tempête paralyse Montréal. Ce bouleversement météorologique va changer la vie de tout le voisinage pour leur plus grand bonheur ! Julie la ballerine va vivre avec Boris, deux “frères” vont aider leur voisin homophobe... Quant au petit garçon, il est heureux, son père qui voulait partir glisse, se casse les bras et réintègre le foyer.

Avis :

Au moment de la rentrée littéraire 2010, un roman (parmi d’autres) avait attiré mon attention : Le froid modifie la trajectoire des poissons de Pierre Szalowski. Le titre m’intriguait et avait éveillé ma curiosité. Il y a quelques temps, Syl me l’a gentiment offert et il s’agissait là d’un beau cadeau. Car ce livre s’est révélé conforme à mes attentes et il m’a enchantée…

En compagnie du narrateur, un jeune garçon dont nous ne connaîtrons jamais le prénom, nous découvrons son quartier au moment des fêtes de fin d’année. Un moment pénible pour lui cette année car il vient d’apprendre la séparation de ses parents. Il en appelle donc au ciel pour trouver un peu d’aide et lorsqu’une terrible tempête de neige s’abat sur Montréal, il entrevoit la fin de ses problèmes... Mais, conséquence inattendue, ces bouleversements climatiques vont concerner ses voisins également…

C’est donc une tempête et la panne d’électricité qui en découle qui vont réunir, de manière improbable, tous ces gens qui se croisent chaque jour sans se voir vraiment. Leur vie en sera changée à jamais. Une strip-teaseuse, un couple d’homosexuels qui se cachent, un immigré russe préoccupé par sa thèse sur les poissons, un père célibataire homophobe, … Voici quelques-uns des personnages attachants et drôles que met en scène Pierre Szalowski. Il nous trace un récit tendre, émouvant et signe ainsi un plaidoyer contre l’exclusion et les préjugés.

Ce roman atypique est délibérément fantaisiste et optimiste, charmant. Il s'agit assurément d'une lecture qui donne le sourire, doucement euphorisante, à recommander absolument ! Merci, Syl, pour ce petit bonheur !

mardi 14 février 2012

Abécédaire de 2011


Sous l'impulsion de Syl, je tente de vous livrer mon année 2011 à travers un abécédaire. J'y ai mis le temps mais je suis arrivée au bout et voici le résultat...

A. Austen, un auteur que j'ai découvert avec beaucoup de plaisir.

B. Broderie, un passe-temps que j'apprécie mais que j'avais tendance à délaisser. Je m'y suis remise avec bonheur !

C. Clafoutis, crumble et autres douceurs que j'ai retrouvées avec joie, en même temps qu'une cuisine digne de ce nom ^^

D. Dormir : j'ai dû être un loir dans une autre vie...

E. Elza, Eliott, Maxime et les autres... Des petits bouts qui ont illuminé cette année !

F. Frileuse : pour 2011, l'avant et l'après, définitivement !

G. Gnoméo et Juliette : un film qui m'a beaucoup plu, notamment pour sa B.O. qui déménage...

H. Harney and sons, un thé que j'ai découvert grâce à Argali et qui m'a conquise !

I. Ile comme Guernesey et la lecture du Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, grâce à Syl !

J. J'ai réussi à trouver des cours d'espagnol compatibles avec mes horaires de travail. ¡ Qué suerte !

K. le prénom d'un de mes trois ado-rables, l'occasion de penser à eux et de me débarasser facilement d'une lettre difficile ;o)

L. Lectures communes et la joie de partager, d'échanger...

M. Moufles dont j'ai fait une guirlande, un bricolage en famille et une jolie soirée !

N. Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur : une découverte magnifique ! Je me suis demandé comme je ne l'avais pas lu plus tôt...

O. Oiseaux qui peuplent le jardin et viennent s'y nourrir pour la joie de toute la famille ! Encore un des points positifs de la cuisine retrouvée...

P. Portable, mon indispensable outil de travail ^^

Q. Quarantaine, hi hi !

R. Rencontres grâce à ce blog, qu'elles soient virtuelles ou physiques, elles me font d'excellents souvenirs et autant de projets !

S. Soulagement : ma cuisine est (quasi) finie! En tout cas, j'ai pu réintégrer les lieux et me remettre aux fourneaux. Par contre, j'ai laissé sur la porte l'affichette "La fin des souffrances est proche"...

T. Toutankhamon : l'occasion d'une sortie en famille !

U. Utile : pour chaque année, c'est ainsi que j'aime voir mon métier...

V. Vélo qui m'attendait depuis quelques temps et que je viens de reprendre, en tandem !

W. Whoopies, une gourmandise que je dois tenter !

X. Xmas : une fête que j'aime beaucoup et que j'ai eu, cette année, l'occasion de passer en Espagne...

Y. Y'a d'la joie : un hymne éternel...

Z. Zou, l'exercice est fini !Vive 2012 !

lundi 13 février 2012

La radio des blogueurs : session de Saint Valentin






En cette veille de Saint Valentin, Leiloona nous revient avec la radio des blogueurs : au menu, des chansons hot, hot, hot !

Pour cette session tout en rose, mon choix s'est porté sur You can leave your hat on de Joe Cocker.

En vous souhaitant à tous une bonne Saint Valentin !



Arlette d'Olivier Cabiro

Lecture en partenariat avec News Book et Les Editions Arléa, un grand merci pour cette découverte.

Résumé de l'éditeur :

C’est l’histoire d’un homme et d’une femme qui vivent une passion amoureuse de six mois et mettent vingt ans à s’en défaire.

Arlette est danoise, Olivier français, et ils se rencontrent au Pakistan. Jeunes, mariés chacun de son côté, ils s’attirent et s’aiment dans un conte de fée pour expatriés. Mais Olivier part pour un autre pays. Dès lors, incapables de chasser le souvenir de leur passion autant que d’unir leurs existences, ils se jettent dans des vies qu’ils voudraient flamboyantes mais qui tracent de dangereux méandres.

Avis :

Employé par une banque prestigieuse, Oliver est envoyé au Pakistan et y coule une existence paisible et dépaysante tandis que son épouse Maria poursuit des études en France. Quand il rencontre Lars et Arlette, un couple de jeunes Danois, il tombe immédiatement sous le charme de la jeune femme. L’attirance est réciproque et Arlette et Olivier ne tardent pas à succomber à la passion qui les habite.

Officiellement, Olivier est le meilleur ami de Lars et d’Arlette. Lorsque Lars est retenu par son travail de biologiste marin, il est chargé de tenir compagnie à la jeune femme et les amants tirent parti de cette situation ambigüe. Sans vraiment se cacher, le couple fréquente les soirées des expatriés mais leur liaison n’est pas vue d’un très bon œil et Olivier est rapidement muté au Bengladesh.

Ce roman, raconté par Olivier, est la chronique de sa passion pour Arlette : vingt ans durant, du Pakistan à Paris, en passant par le Danemark, leur histoire est constituée de rencontres furtives, de lettres, d’appels au bout du monde…

Dans un premier temps, le quotidien leur est favorable, facile, un univers paradisiaque sous le soleil. Même avec le mari d’Arlette dans les parages... Vient ensuite le retour en France mais ils gardent contact de façon épisodique.

Le récit est plaisant, agréable et facile à lire. Les phrases semblent couler toutes seules et l’aventure se poursuit. Olivier est un personnage sympathique : insouciant, cynique, léger. De son côté, Arlette est une jeune femme séduisante et chaleureuse. J’ai pris plaisir à suivre le périple d’Olivier, son retour à la « vie normale », ses errances, sa recherche d’un emploi, … avec Arlette toujours présente ou proche.

Sous la plume d’Olivier Cabiro qui signe ici son premier roman, le propos est léger, à l’image de son héros, fluide ; un auteur que j’ai découvert avec bonheur ! Je remercie News Book et Les Editions Arléa pour cette lecture plaisante.

dimanche 12 février 2012

La maison où je suis mort autrefois de Keigo Higashino


Billet publié ce 12 février, dans le cadre de l'hommage à Hubert Nyssen, fondateur des Editions Actes Sud.

Le résumé de l'éditeur :

Sayaka Kurahashi va mal. Mariée à un homme d’affaires absent, mère d’une fillette de trois ans qu’elle maltraite, elle a déjà tenté de mettre fin à ses jours. Et puis il y a cette étonnante amnésie : elle n’a aucun souvenir avant l’âge de cinq ans. Plus étrange encore, les albums de famille ne renferment aucune photo d’elle au berceau, faisant ses premiers pas… Quand, à la mort de son père, elle reçoit une enveloppe contenant une énigmatique clef à tête de lion et un plan sommaire conduisant à une bâtisse isolée dans les montagnes, elle se dit que la maison recèle peut-être le secret de son mal-être. Elle demande à son ancien petit ami de l’y accompagner. Ils découvrent une construction apparemment abandonnée. L’entrée a été condamnée. Toutes les horloges sont arrêtées à la même heure. Dans une chambre d’enfant, ils trouvent le journal intime d’un petit garçon et comprennent peu à peu que cette inquiétante demeure a été le théâtre d’événements tragiques…

Avis :

Mariée et mère de famille, Sayaka pourrait mener une existence paisible. Sa vie est pourtant loin d’être une réussite : son mari est souvent absent et elle maltraite sa fille. Désireuse de comprendre le pourquoi de son mal-être, elle souhaite se replonger dans sa petite enfance dont elle a tout oublié. La mort de son père lui en donne l’occasion grâce à une mystérieuse clé qui ouvrirait une maison abandonnée et peut-être sa mémoire capricieuse. Sayaka sollicite alors l’aide de son ancien petit ami et tous deux partent pour la montagne, à la rencontre de cette étrange bâtisse...

J’ai découvert Keigo Higashino avec ce roman policier un peu atypique, décrit d’ailleurs comme étrange et obsédant par l’éditeur dans la quatrième de couverture. Atypique car l’auteur ne met en scène que deux personnages et le reste de l’action est relaté via un journal intime, journal qui conduira les protagonistes à éclaircir cette étrange affaire.

D’entrée de jeu, j’ai été happée par le récit et c’est avec réticence que j’ai interrompu ma lecture. C’est presque calmement que l’auteur mène sa barque d'un bout à l'autre du livre, sans course-poursuite haletante, sans rebondissements en série mais son écriture est diablement efficace et m’a conquise.

Prise au jeu de l’amnésie de Sayaka et de son malaise, j’ai pris grand’plaisir à suivre les découvertes des héros et leurs tentatives pour débloquer la mémoire défaillante de la jeune femme. L’intrigue est plantée de manière magistrale et les aller-retour dans le passé de Sayaka qui découvre peu à peu qu’elle a sa place dans le drame qui s’est joué dans cette étrange maison viennent compléter le journal intime au centre du récit.

Je pense que l’on peut qualifier de roman de policier psychologique et sous la plume de Keigo Higashino, le malaise est palpable, prenant. En compagnie de Sayaka et de son ami, nous découvrons des secrets de famille, les travers de chacun dans un passé a priori sans histoire mais qui se fait plus lourd au fil du récit. Dans sa recherche de la vérité, l’auteur n’hésite pas à montrer les travers de ses héros et à nous les dépeindre sous un jour peu flatteur. Un réalisme que j’ai apprécié.

Vous l'aurez compris, il s’agit donc d’une découverte qui m’a enthousiasmée et d’une lecture très plaisante et réellement accrocheuse. Un auteur que je prendrai plaisir à lire à nouveau !






Ce billet fait partie de l’hommage à Hubert Nyssen, orchestré par Denis du blog “Au bonheur de lire”.

mardi 7 février 2012

Les livres gourmands de Syl




Il y a quelques jours, Syl a eu l'idée d'un challenge autour des livres de cuisine et nous propose de la rejoindre dans sa brigade. L'idée est de présenter des livres de cuisine en réalisant une recette.

Diverses catégories sont prévues, d'aide cuisinier à chef. Je crois que chacun pourra y trouver son bonheur, n'hésitez pas à aller faire un tour dans sa cuisine, il y a de l'ambiance : c'est par ici !

Pour ma part, je me suis inscrite comme chef et je suis accompagnée de ma fille, Barbouille, dans la catégorie tutti frutti. Elle adore cuisiner et a déjà pris de l'avance en réalisant des gaufres au potiron et des crèmes au caramel dont elle livrera bientôt la recette, si Syl est bien sage...

Envie de nous rejoindre ? N'hésitez pas, Syl embauche encore !

vendredi 3 février 2012

SOS Flemmards de Sandra Ganneval

Lecture en partenariat avec Le Bouquinovore et Les éditions Sandra Ganneval : un grand merci pour cette découverte !

Quatrième de couverture : Qui n’a pas souhaité un jour devenir riche sans pour cela lever le petit doigt ? C’est le rêve éveillé que fait Joseph, le jour où il reçoit dans sa boîte e-mail le message d’un certain Monsieur Mumba. Heureusement, Joseph, amateur de bière, coureur de jupons et moqueur invétéré, a comme garde-fou son ami Martial. Tous deux, adulescents attachants, se fraient bon gré, mal gré, un chemin dans la vraie vie.



Avis :

C’est grâce au Bouquinovore que ce petit livre est arrivé chez moi pour une lecture en partenariat : auto-publié, il était accompagné d’un petit mot de l’auteur, ce qui fait toujours plaisir.

Sandra Ganneval me souhaitait donc un bon moment en compagnie de Martial et Joseph, ses deux héros. Et c’est assurément le résultat de ma lecture : j’ai pris grand’plaisir à rencontrer ces deux acolytes et à partager leur vie tout au long des trois cents pages de cet ouvrage.

Entre les premiers emplois, la grande sœur autoritaire, les démêlés sentimentaux, l’épreuve des fêtes en famille, les thèmes sont nombreux et tous prêtent à rire en compagnie de Joseph et Martial. Autant l’un est sérieux, ordonné, autant l’autre est bohème et nonchalant… Au final, la rencontre des deux est savoureuse et agréable à étudier, sous la plume de Sandra Ganneval.

Ainsi, la dissection des cadeaux de Noël ou le baby sitting de la petite nièce sont deux extraits que j’ai fortement appréciés, pour ne citer qu’eux. Difficile de ne pas s’y retrouver ou de ne pas y voir l’un ou l’autre de nos proches … Une proximité encouragée par le style direct et sans chichis de Sandra Ganneval qui donne ainsi vie et réalisme à ses deux personnages et à leurs proches et assure à son lecteur de passer un moment très distrayant et bien agréable.

Un grand merci au Bouquinovore et à Sandra Ganneval pour cette lecture délassante !